Faillite bancaire : le fonds de garantie a choisi qui va gérer son portefeuille obligataire

  • Par
billets de 500 euros
CC 1Suisse / Flickr

Le Fonds de garantie des dépôts de résolution (FGDR) vient de mandater quatre sociétés de gestion pour gérer les avoirs qui doivent protéger les clients des banques en cas de défaillance.

Le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) répond aux nouvelles normes européennes établies dans une directive sur la garantie des dépôts publiée le 16 avril 2014. Son fonctionnement a été précisé à travers cinq arrêtés en date du 27 octobre 2015. A ce titre, le FGDR assure la gestion de la garantie de dépôt (comptes courants, comptes sur livret, plan d'épargne réglementé, comptes espèces rattachés à un comptes titres ou PEA, chèque de banque non encaissé) dans la limite de 100.000 euros par client et établissement, la garantie des titres (actions, obligations, SICAV, FCP…) confiés à un intermédiaire financier et la garantie des cautions (garantie de la banque sur les fonds qui lui sont confiés).

Dans un communiqué publié aujourd'hui, le FGDR affirme avoir 3,4 milliards d'euros d'actifs en gestion. Et depuis le 11 juillet dernier, il indique avoir mandaté « quatre sociétés de gestion qui seront chargées de gérer (...) environ 1 milliard d'euros. Dans des conditions de marché rendues difficiles par un environnement de taux bas, le FGDR a choisi d’adapter sa gestion obligataire pour laisser davantage de souplesse d’adaptation à ses gérants, y compris dans le choix des couvertures, à l’intérieur d’un budget de risque déterminé, tout en respectant les fondamentaux de sa gestion. »

Qui sont les heureuses sociétés de gestion retenues ? AXA IM, Candriam, Edmond de Rothschild et La Française AM. Elles ont pour mission « d'assurer le pilotage dynamique du portefeuille obligataire, en s’adaptant à la fois aux conditions de marché et en remplissant les objectifs de gestion définis par le FGDR qui sont par ordre d’importance la liquidité, la sécurité et la performance », insiste le Fonds dans son communiqué. Elles auront aussi la capacité d'« élargir l'univers de placements ».

Partager cet article :
Baptiste Julien BLANDET

© cbanque.com / BJB / Juillet 2016