45% des Français souhaitent Hollande comme président, devant Bayrou et Sarkozy (Viavoice)

  • cBanque avec AFP
François Hollande
Page facebook François Hollande

François Hollande est largement en tête des candidats que les Français souhaitent voir élus président de la République avec 45%, devant François Bayrou (31%) et Nicolas Sarkozy (30%), selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération.

Dans cette enquête, 45% des personnes interrogées souhaitent que le candidat socialiste soit élu (52% ne le souhaitent pas et 3% ne se prononcent pas). Le candidat du MoDem obtient 31% (66% ne le souhaitent pas, 3% NSP), juste devant le chef de l'Etat à 30% (67% ne le souhaitent pas, 3% NSP). Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche), Dominique de Villepin (République solidaire) et Marine Le Pen (Front national) sont à égalité de souhaits favorables, à 15%. Eva Joly (EELV) est à 10%, Hervé Morin (Nouveau centre) à 4%. Les autres candidats ne sont pas évalués.

Une très forte majorité des personnes interrogées, 71%, pensent que le prochain président de la République devra s'occuper en priorité de l'emploi. 42% jugent que la priorité devra être le pouvoir d'achat. Suivent la santé (28%), les déficits publics (27%), l'enseignement (25%), la protection sociale (22%), l'insécurité (20%). L'immigration et l'environnement arrivent en dernière position avec 11 et 9%.

Par ailleurs, cette enquête fait apparaître une baisse de popularité de l'exécutif : 34% des sondés ont une opinion favorable du chef de l'Etat, en baisse de 2 points par rapport au mois dernier. Le Premier ministre obtient 42% d'opinions favorables (-5 points)

Sondage réalisé par téléphone du 2 au 4 février sur un échantillon de 1.391 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Cet échantillon de 1.391 personnes comprend un sous échantillon de 402 personnes déclarant appartenir aux classes populaires. Notice complète consultable auprès de la commission nationale des sondages.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.