Automobile : quand le malus auto permet jusqu'à 30% de remise

Automobile
© sabdiz - stock.adobe.com

Au 1er janvier 2020, une nouvelle grille de malus auto va entrer en vigueur. Et certains véhicules très populaires en France vont voir leur malus grimper en flèche. Du coup, les concessionnaires vont proposer de fortes remises en novembre et décembre.

Si vous comptiez acheter une voiture neuve bientôt, c’est sans doute le bon moment pour sauter le pas ! En effet, à partir du 1er janvier 2020, la note sera potentiellement plus salée qu’en cette fin d’année 2019. En cause : l’application d’une grille de malus bien plus sévère pour les véhicules les plus polluants à partir de l’année prochaine. Jusqu’à présent, une « taxe verte » s’appliquait lors de l’achat d’un véhicule émettant plus de 117 grammes de CO2 par kilomètre. A partir de 2020, le seuil de déclenchement du malus auto est abaissé à 110 g/km. Résultat : les véhicules émettant entre 110 et 116 g/km, non « malussés » auparavant, seront frappés par une taxe comprise entre 50 et 190 euros. Par ailleurs, les montants du malus sont aussi revus à la hausse et augmentent plus rapidement dans le nouveau barème : la pénalité maximale (d’un montant de 12 500 euros en 2020 contre 10 500 cette année) s’appliquera dès 173 g/km contre 191 g/km aujourd’hui.

Avec ce durcissement du dispositif, certains modèles, qui se vendent bien actuellement, vont voir leur malus exploser. Le site spécialisé Caradisiac prend l’exemple du Renault Scénic TCe 115 chevaux qui, avec une émission de CO2 de 134 g/km, va passer d’un malus de 300 à 1 172 euros, « soit quasiment quatre fois plus ». Autre exemple avec une sportive : « Pour la Ford Focus ST essence qui rejette 179 g/km, le malus va passer de 7 073 à 12 500 euros ! ». Le magazine Auto-Plus, en comparant les barèmes 2019 et 2020, a aussi mis en évidence qu’une voiture émettant 128 g/km de CO2 sera affectée par un malus de 650 euros, soit 7,2 fois plus qu’en 2019 (la plus forte hausse en proportion).

Mais une mauvaise nouvelle peut en cacher une bonne pour les consommateurs : les concessionnaires vont chercher à se débarrasser de ces voitures trop polluantes, au malus dissuasif, avant 2020. Sur RTL, Guillaume Paoli, fondateur du site de vente automobile AramisAuto.com, évoque de bonnes affaires à réaliser avant la fin décembre : « Tout ce qui est véhicule qui consomme, type SUV, essence ou gros diesel, c'est des véhicules qu'il faut mieux acheter avant la fin de l'année. On va avoir des remises qui vont monter jusqu'à 30% sur ce type de véhicule. On aura besoin de déstocker, avant le 1er janvier ».

Attention : le malus auto s’applique à la livraison de la voiture, et non à la date de la commande. Mieux vaut donc acheter une voiture « en stock ». Si, pour un modèle nécessitant une commande, le concessionnaire ne peut s’engager à une livraison avant le 31 décembre 2019, il vous reste malgré tout une solution : intégrer le futur malus auto dans la négociation du prix…

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / MR / Novembre 2019

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire