Immobilier : la prison ferme requise pour des détournements dans une société de gestion

  • cBanque avec AFP
  • ,
Immeuble ancien
© Tiberius Gracchus - Fotolia.com

Une même peine de trois ans de prison, dont six mois ferme, le restant avec sursis avec mise à l'épreuve, a été requise mardi contre deux responsables d'une société de gestion immobilière accusés de détournements de fonds.

Le parquet a également requis contre ces deux responsables, Olivier Delannoy et Philippe Maurice, 150.000 euros d'amende, une interdiction définitive d'exercer la profession d'agent immobilier, et une interdiction de gérer pendant cinq ans.

Les deux prévenus ont été visés par de nombreuses plaintes venues de la France entière de propriétaires ou de syndicats de copropriétaires mettant en cause leur gestion.

Loyers non reversés aux propriétaires

Les plaignants déploraient que des entreprises n'étaient pas payées, que des loyers n'étaient pas reversés aux propriétaires. Selon l'accusation, qui souligne la confusion entretenue par les prévenus entre différentes sociétés, l'Immobilière Bords de Seine (IBS) présentait au moment de sa liquidation un passif de 20 millions d'euros, chiffre contesté par les prévenus, qui évoquent quatre millions d'euros.

L'entreprise avait racheté 22 cabinets immobiliers, au point de se retrouver débordée. « Nous n'aurions pas dû en reprendre autant », a concédé Philippe Maurice. De 334.000 euros en 2003, le chiffre d'affaires d'IBS est passé à plus de 5,5 millions d'euros en 2006. Contestant tout détournement de fonds au profit de ses clients, l'avocat des prévenus a affirmé qu'il n'y a eu aucun enrichissement personnel.

Les prévenus ont déjà été condamnés pour des faits du même ordre. Le tribunal correctionnel de Paris a mis son jugement en délibéré au 7 juillet.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.