psa

Cofidis s'intéresse aux nouvelles façons de payer des jeunes

Jeunes gens sur une rembarde avec des paquets devant eux
© oneinchpunch - Fotolia.com

Comment payent les plus jeunes ? Dans une récente enquête (1), Cofidis a comparé les usages de la « génération Z » - les moins de 25 ans - avec ceux du reste de la population. Résultat : une appétence certaine pour les innovations, mais pas de révolution.

Sans surprise, la génération née avec un mobile dans la main y a plus souvent recours que les autres pour payer. Mais ce n’est pas encore le raz de marée : seuls 18% des moins de 25 ans ont réglé un achat sans contact avec leur téléphone au cours de l’année écoulée, contre 10% de la population générale. Ce résultat un peu faible est probablement la conséquence d’un manque d’offres, les solutions de paiement mobile étant encore loin d’être généralisées. Car les plus jeunes sont 43% à aspirer à payer avec leur téléphone à l’avenir, contre 28% de l’ensemble des sondés. Et ils sont aussi 27% à s’intéresser au paiement par objet connecté (montre, bracelet, etc.).

Plus de virements, moins de chèques

Plus généralement, leur intérêt pour les solutions de paiement dématérialisées est réel. Un exemple : ils utilisent ainsi plus le virement bancaire que leurs aînés (65% contre 56%), et beaucoup moins le chèque (58% contre 79%). Deux jeunes sur 3 apprécient également, pour une question de simplicité, d’authentifier leurs paiements par l’empreinte digitale plutôt que par code secret, contre 46% des Français dans leur ensemble.

Prudence sur le bitcoin

53% d’entre eux connaissent au moins une monnaie virtuelle (le bitcoin en général) contre 39% des Français. Ce qui ne signifie pas qu’ils sont prêts à les utiliser : seuls 17% des rejetons de la génération Y se déclarent intéressés par ces nouveaux moyens de paiement hautement volatils.

La carte transcende les générations

Toutes les générations se retrouvent toutefois sur un point : la carte bancaire, moyen de paiement numéro 1. Sans surprise, son usage est quasi généralisé dans la population : 97% des sondés l’ont utilisée au cours des 12 derniers mois. Son attrait a encore été renforcé, semble-t-il, par l’apparition du paiement sans contact, une fonction désormais utilisée par 6 Français sur 10. Derrière la carte, les espèces font mieux que résister (96%). Le chèque, lui, est distancé, mais est encore loin d’avoir perdu tout intérêt : 79% des Français en ont signé au moins un au cours de l’année écoulée.

L’appétence des plus jeunes pour les nouveaux moyens de payer n’est donc pas un frein à l’usage de la carte. Au contraire : ils sont 78% à souhaiter qu’elle soit leur moyen de paiement par défaut, contre 73% de la population générale. La puce a encore de beaux jours devant elle.

(1) Etude réalisée par Gfk pour Cofidis Retail, du 6 au 15 février 2018, auprès d’un échantillon national représentatif de 1 000 individus âgés de 18 ans et plus, constitué avec la méthode des quotas.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Avril 2018