Il y a 10 ans, la crise des subprimes.

Aristide

Top contributeur
Et comme ledit État français n'a pas les moyens de rembourser ni le capital ni de payer le intérêts, il commence par emprunter 7 milliards €
=> La dette passe à 2307 milliards €
=> Il rembourse les 6 milliards en capital
=> Nouveau soldde de la dette = 2.301 milliards €
=> Si bien que chaque semaine - si toutes choses restent égales par ailleurs (ce qui n'est pas évident) le solde de la dette augmente de ~/~ un milliard € par semaine.

=> Pas de problème de gestion dites vous...!!!...???

https://www.cbanque.com/forums/fil/il-y-a-10-ans-la-crise-des-subprimes.30582/page-7#post-314097
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
restons en là, si vous le voulez bien, sur notre dette qui roule, roule, roulera longtemps encore. Même les dettes de l'Italie et de la Grèce s'arrachent comme des petits pains.
Qui est intéressé par le sujet peut ouvrir une file dédiée pour ne pas détourner celle-ci de son idée de départ.
 

2PassaG

Contributeur régulier
restons en là, si vous le voulez bien, sur notre dette qui roule, roule, roulera longtemps encore. Même les dettes de l'Italie et de la Grèce s'arrachent comme des petits pains.
Qui est intéressé par le sujet peut ouvrir une file dédiée pour ne pas détourner celle-ci de son idée de départ.
Vous pouvez noter que le roulement de la dette (privée cette fois) est justement un des rouages cruciaux de la crise de subprimes: lors du blocage du marché immobilier, les emprunteurs ne purent plus faire rouler leur dettes, ce qui entraina un effondrement global de ce système.
 

paal

Top contributeur
C'est un peu l'idée, en partie: tant que le peuple français est riche et épargne, il y a toujours moyen de le ponctionner pour rembourser.
C'est ce que l'on appelle le scénario à la chypriote ....

Il va falloir songer à répartir ses avoirs sur un certain nombre des pays de l'Europe du nord ; les classer parmi niveau décroissant d'endettement, et on peut ensuite y faire son marché .....

Tout le monde ne peut pas être en excédent ;)
Et les excédents généralisés ont un inconvénient : moins de dette, donc réduction de la masse monétaire... et des conséquences à ne pas négliger
Si seulement la France pouvait s'approcher même timidement du point d'équilibre dans sa gestion budgétaire ...

Je me souviens d'un principe que François BAYROU, actuel président du Modem (mais cela date un peu) réclamait à l'envie, qui consistait à ce que le budget français soit à l'équilibre au niveau des dépenses opérationnelles, c'est-à-dire avant charge des intérêts de la dette de l'État ...

Depuis, ce ne fut JAMAIS pris en compte, et maintenant, la France a de grosses difficultés à respecter, plusieurs limites et engagements du traité de Maastricht, à savoir :
- ne pas dépasser 3% de déficit budgétaire annuel (ce qui ne signifie nullement se trouver en excédent)
- ne pas dépasser un endettement global en respectant qu'il soit contenu sous les 60% du PIB ; actuellement on en est loin, car nous sommes à plus de 95%, ce qui fait de la France l'un des mauvais élèves pour cette épreuve ; on notera, qu'il n'est pas ici question de rembourser toute la dette, mais simplement d'en limiter l'évolution .....
 
Dernière modification:

paal

Top contributeur
Vous pouvez noter que le roulement de la dette (privée cette fois) est justement un des rouages cruciaux de la crise de subprimes : lors du blocage du marché immobilier, les emprunteurs ne purent plus faire rouler leur dettes, ce qui entraina un effondrement global de ce système.
Certes, mais nous oublions un peu que ce principe qui consiste à remplacer une dette, par une dette encore plus importante porte un nom tiré du vocabulaire militaire ; cela se nomme de la cavalerie financière, et c'est ce que nous avons sous les yeux ....
 

paal

Top contributeur
Restons en là, si vous le voulez bien, sur notre dette qui roule, roule, roulera longtemps encore. Même les dettes de l'Italie et de la Grèce s'arrachent comme des petits pains.
On va dire que parfois, certains ont la mémoire courte ....

Je me souviens bien de la période post 2008, car nous avions un système de retraite basé sur des contrats de capitalisation, et l'on demandait à nos assureurs de l'époque, de nous indiquer la décomposition de leurs portefeuille d'obligations, notamment avec l'Italie, le Portugal et bien entendu, la Grèce (je parle ici d'avoirs à titre pro ...)

Et face à la menace de rachats massifs, certains assureurs avaient réduit leurs engagements sur ces pays ...

Mais autrement, j'ai noté (mais tardivement) votre consigne de ne plus faire rouler la boule de dettes ....
 

2PassaG

Contributeur régulier
Si seulement la France pouvait s'approcher même timidement du point d'équilibre dans sa gestion budgétaire ...
"La France", c'est nous tous.
S'approcher du point d'équilibre et effacer rapidement toutes les dettes, c'est en fait assez facile. On peut même le faire de manière particulièrement juste.

Mais votre phrase laisse penser que ça ne vous plairait pas:
C'est ce que l'on appelle le scénario à la chypriote ....
Oui. Et je trouve que c'est un scénario pertinent.

Je vous décris le mien:
- inventaire du patrimoine NET de chaque foyer au 1er janvier 2019 (environ 15000 milliards), inventaire de la dette de l'état à la même date (2300 milliards) donc ratio dette/patrimoine = 15%
- création d'un impôt pour chaque foyer de 15% de son patrimoine net (on notera que les ménage endettés reçoivent de l'argent). Il s'agit ici d'un impôt assez progressif, épargnant les très pauvres, donc plutôt "juste".
- recouvrement de cet impôt sur 10 ans (donc 1.5% chaque année pour simplifier)
- mise en place dès 2019 d'une flat-tax sur (tous) les revenus ajustée automatiquement pour atteindre l'équilibre budgétaire.

Ce système éradique la dette en 10 ans et de manière définitive.
Il me touche relativement rudement (donc ne me reprochez pas de faire payer "les autres").

Combien des intervenants de ce forum seraient d'accord pour sa mise en place ?
 

Atys

Contributeur
La Suisse aussi est en excédent primaire. Le pays est bien géré. Tout est réfléchi. Par exemple il n'ont pas vu l'utilité de construire des lignes TGV alors qu'en France ce fut une question de prestige.
 

paal

Top contributeur
Combien des intervenants de ce forum seraient d'accord pour sa mise en place ?
Le Monsieur il a dit que l'on arrêtait de faire tourner le boule ....

Maintenant, s'il y a des partisans de la méthode chypriote, rien ne les empêche d'aller y ouvrir un compte, voire une file sur cet espace ....
 
Haut