Fortuneo

Banque : ces 7 tarifs d'un autre temps

relevé de compte, engrenage
© Sergey Yarochkin - Fotolia.com

Un espace client payant, et, qui plus est, facturé à la connexion, des virements en ligne onéreux ou encore le relevé de compte papier envoyé quotidiennement… Autant de lignes tarifaires qui détonnent au regard de l’évolution des usages.

Les banques modifient en principe une fois par an leur brochure tarifaire. C’est souvent l’occasion, pour elles, de faire évoluer leur gamme de produits et services et, malheureusement, aussi l’occasion d’augmenter leurs prix. Toutefois, à la lecture des plaquettes de certaines enseignes, plusieurs lignes tarifaires n’ont vraisemblablement pas dû être revues depuis fort fort longtemps... Voici un petit florilège.

L’espace client payant et parfois facturé à la connexion

A l’heure où les clients se font de plus en plus rares dans les agences – ce qui découle aussi d’une volonté des banques de faire des économies sur les réseaux – facturer l’abonnement pour gérer leur compte à distance peut sembler désuet. Et pourtant, quelques banques font de la résistance, à l’image du groupe Crédit du Nord (2 euros par mois), du Crédit Mutuel Océan (2,70 euros par mois) ou encore de la Banque de Savoie (4,26 euros par mois). Mais la politique tarifaire la plus surprenante émane du Crédit Mutuel Maine Anjou Basse Normandie. Plutôt que de facturer un abonnement mensuel, cette banque régionale précise dans sa plaquette faire payer 0,50 euro la connexion à l’espace client (après deux connexions gratuites par mois). Autrement dit, si un client en attente d’une opération urgente se connecte à 5 reprises dans une journée, la banque lui facturera, à ce titre, jusqu’à 2,50 euros ! Une pratique qui - à rebours des conseils de la profession - n'incite pas les clients à surveiller leurs comptes...

Les alertes par SMS devraient être systématiquement gratuites

Ces alertes reçues sur son téléphone qui préviennent le client d’un découvert bancaire ou d’une opération atypique sur son compte sont très pratiques. Elles permettent de rester informé du solde de son compte. Et pourtant, si les banques en ligne fournissent gratuitement ce service, les banques avec agences peinent à suivre. Elles sont encore rares à avoir adopté cette politique tarifaire. Dans le détail, d’après notre relevé au 1er avril, seuls 14 établissements sur 124 ne font pas payer les alertes sur la situation du compte. Les autres appliquent soit un abonnement mensuel (facturé entre 1 et plus de 4 euros par mois) ou un prix à l’unité (revenant souvent entre 20 et 75 centimes d’euro par texto). Plus surprenant encore, plusieurs établissements ne proposent toujours pas ce service comme Allianz Banque ou Milleis Banque (ex-Barclays France).

Le virement en ligne facturé

Afin d’inciter leurs clients à gérer en autonomie leur compte, leur permettre d’initier eux-mêmes et gratuitement des virements devient ces dernières années la norme. Certaines banques – et pas des moindres – ont récemment changé, en ce sens, leur politique tarifaire. C’est le cas de La Banque Postale qui, jusqu’en 2017, facturait à chaque débit du compte 0,50 euro les virements permanents programmés en ligne. L’année dernière, la Banque Populaire Côté d’Azur, la Macif ou encore le Crédit Mutuel Nord Europe ont, à leur tour, opté pour la gratuité. Mais aujourd'hui, une enseigne continue à faire payer les virements effectués en ligne. Il s’agit de la Bred Banque Populaire. Ainsi, pour les clients n’ayant pas souscrit à l’abonnement banque à distance payant, un virement initié via Dispobank est facturé comme une opération en agence, à savoir 3,98 euros pour un virement ponctuel et 1,24 euro par virement permanent.

Les irréductibles du prélèvement SEPA

Avec la généralisation du prélèvement aux normes SEPA, à l’été 2014, les banques ont progressivement fourni gratuitement ce moyen de paiement, en sus de l’obligation légale de ne pas facturer les prélèvements émanant du Trésor Public. En effet, la norme SEPA a simplifié la gestion des prélèvements : les banques n'ont même plus besoin de vérifier le mandat de prélèvement. Résultat, alors qu'au 1er janvier 2014, une cinquantaine d’enseignes facturaient les prélèvements, elles ne sont aujourd'hui plus qu'une dizaine. Parmi les banques à faire de la résistance, on trouve le Crédit Maritime Méditerranée, la Banque Marze et la Banque Dupuy de Parseval. Qui plus est, ces 3 établissements tarifient tous les prélèvements (hors impôts) alors que la plupart des banques, chez qui ce service est payant, exonèrent de frais les opérations servant à payer les services de première nécessité comme le règlement des factures d’énergie ou de téléphonie. A noter également que quelques caisses du Crédit Agricole font indirectement payer les prélèvements en facturant la notification de leur mise en place.

Le relevé de compte papier quotidien

Recevoir toutes les semaines, voire tous les jours, un relevé de compte dans sa boîte aux lettres, c’est possible à La Banque Postale ! C’est en tout cas ce que l’établissement indique dans sa brochure tarifaire. Mais cela a un coût : 1 euro par mois au titre de l’abonnement, puis 0,80 euro par relevé. Sinon, il y a l'espace client en ligne...

L’appel surtaxé au service client

Vous n’arrivez pas à joindre votre conseiller personnel mais vous avez besoin d’un renseignement qui ne peut pas attendre ? Dans ce cas, les banques proposent des hotlines téléphoniques qui permettent de contacter un conseiller sur des plages horaires étendues. Pratiques, mais pas toujours gratuites ! Quelques banques, dont le Crédit Mutuel Alliance Fédérale, la Société Générale et La Banque Postale, appliquent une surfacturation de 15 à 30 centimes d’euro la minute, selon les établissements.

L’épargne automatique qui s’avère payante

De nombreuses banques proposent à leurs clients des services d’épargne automatique. Il s’agit de virer automatiquement leur surplus de trésorerie vers leur Livret A ou tout autre livret d’épargne. Les arguments commerciaux sont évidents : cela permet d’épargner sans y penser et en toute sécurité puisque l’opération est déclenchée si le compte de dépôt est suffisamment approvisionné. Mais, bémol de taille, ce service peut être payant. Il coûte ainsi 8,16 euros par an à la Caisse d’Epargne Ile de France, 9 euros à La Banque Postale, 16 euros à la Banque Populaire du Sud ou encore 21 euros à la Banque Populaire Grand Ouest… ce qui, au final, paraît onéreux pour un virement interne.

Lire aussi : Packages bancaires : le top 5 des services inutiles

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Avril 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 24 avril 2019 à 10h24 - #1Client_Banque

Merci pour cet article très révélateur. Il me semble que d'autres banques facturent le relevé de compte quotidien papier...Crédit Agricole Brie Picardie notamment (16,60€/mois).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?01
Publié le 26 avril 2019 à 17h27 - #2Pigeaon

Je viens d’avoir sans me demander mon accord ni même me prévenir un prélèvement sur mon compte de 270€ pour « information des cautions » (Banque Crédit du Nord). C’ est du vol !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?23
Publié le 27 avril 2019 à 13h23 - #3Rem
  • Homme

Y' a pas que le taux du crédit immobilier à regarder... Ce genre de tarifs ahurissants démontre le modernisme de la banque qui les pratiquent...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20

Ajouter un commentaire