Fortuneo-

Tarifs bancaires : le grand écart des frais de succession

  • cBanque avec AFP
  • ,
Recherche d'informations juridiques
© Picture Factory - Fotolia.com

Les frais de succession prélevés par les banques lors de la clôture de comptes de clients décédés diffèrent nettement d'un établissement à l'autre, selon une étude publiée mardi par le comparateur en ligne Meilleurebanque.com.

L'étude compare les tarifs bancaires de 115 établissements pour une succession moyenne : une succession simple d'un montant de 15.000 euros, réglée en moins de six mois. « Si la moyenne des frais de succession est, en 2018, de 215 euros, celle-ci masque des écarts de 75 à 450 euros », souligne un communiqué de Meilleurebanque.com.

Deux assureurs se trouvent en tête du classement et prélèvent les frais les plus élevés pour une succession moyenne : Allianz et Axa Banque facturent chacun 450 euros. A l'inverse, plusieurs caisses régionales du Crédit Agricole figurent parmi les établissements qui facturent le moins pour ce type de prestation. Ainsi, le Crédit Agricole Nord Est, qui prélève 75 euros, est la banque la moins chère selon l'étude, suivie de ses consoeurs du Val de France (90 euros) et de Touraine Poitou (95,29 euros).

Du côté des banques en ligne, « avec des forfaits à 300 euros, Boursorama, Fortuneo et ING Direct sont relativement coûteuses pour des successions moyennes », relève le document. « Seule BforBank (150 euros) est dans la moyenne basse au niveau tarifaire », précise-t-il.

Une facture de 120 millions d'euros en 2017

Au total, l'étude estime que les banques ont prélevé 120 millions d'euros en 2017 au titre des frais de succession. Meilleurebanque.com s'attend à ce que ce chiffre progresse pour l'année en cours, étant donné que ces frais sont en hausse de 3,8%, selon son comparatif.

Le comparateur en ligne Meilleurebanque.com est une filiale du courtier français Meilleurtaux.com, détenu par un fonds géré par la banque d'investissement américaine Goldman Sachs.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.