Hello Bank!

Tarifs bancaires : Axa Banque adopte la gratuité sous conditions

Carte bancaire et porte-monnaie
© Gina Sanders - Fotolia.com

A compter du 1er janvier 2017, Axa Banque va changer les tarifs mais aussi le mode de facturation de ses cartes bancaires. A l’image de certaines banques 100% en ligne, elle adopte une gratuité soumise à conditions.

Actuellement, Axa Banque facture annuellement les cartes Visa de son catalogue, de 28 euros pour l’Electron à 127 euros pour la Premier, en plus des 5,50 euros mensuels à régler pour bénéficier du package Oligo (1). Elle permet toutefois à ses clients les plus fidèles de récupérer tout ou partie de leur mise : la banque rembourse ainsi 50% de la cotisation annuelle lorsque le montant annuel cumulé des paiements effectués avec la carte atteint 6.000 euros, et 100% si ce montant dépasse 12.000 euros.

Une inversion de la perspective

Tout va changer en 2017, si l’on en croit la nouvelle brochure tarifaire publiée lundi, et qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Bonne nouvelle, au premier abord, pour les clients d’Axa Banque : les cartes bancaires deviennent gratuites. C’est ce qui figure en tout cas dans l’extrait standard des tarifs, cette liste des 11 lignes tarifaires les plus courantes placée en exergue des brochures.

Mais à y regarder de plus près, cette gratuité est conditionnée. Elle ne bénéficiera en effet qu’aux clients qui atteindront un montant cumulé de paiements de 900 euros par trimestre. Axa Banque inverse donc la perspective : plutôt que de faire payer ses cartes et de rembourser ceux qui les utilisent beaucoup (et lui permettent d’encaisser des commissions d’interchange), elle les rend gratuites, mais pénalise les clients pas assez actifs.

De 39 à 60 euros pour la Visa Classic

La manœuvre a un grand avantage, déjà souligné : celui de permettre à l’enseigne d’afficher trois nouvelles mentions « gratuit » dans son extrait standard des tarifs. Elle va même un peu plus loin, en rendant également gratuits les notifications par SMS (en deçà de 6 envois par mois) et tous les retraits.

Ce faisant, Axa Banque facilite grandement l’accès à la gratuité de la carte bancaire. 900 euros par trimestre, donc 3.600 euros par an : on est loin des 12.000 euros de paiement aujourd’hui requis. Le revers de la médaille, c’est la spectaculaire augmentation du prix de la carte la plus courante, la Visa Classic, qui passe de 39 à 60 euros annuels pour ceux qui n’atteindront pas les seuils requis. Le prix de l’Electron reste stable (28 euros), tandis que celui de la Premier baisse de 7 euros, à 120 euros par an.

Ces nouveaux tarifs ne concerneront que les comptes souscrits en 2017. Pour les autres, il faudra attendre la prochaine date anniversaire d’émission, dans le courant de l’année prochaine. Les anciens clients bénéficieront, eux, dès le 1er janvier du nouveau seuil de remboursement abaissé à 3.600 euros de paiements sur un an.

La gratuité sous conditions, un modèle en devenir ?

En changeant sa tarification, Axa Banque opère un rapprochement avec certaines enseignes bancaires 100% en ligne qui, elles aussi, adoptent le modèle de la gratuité sous conditions. On peut évoquer le cas de BforBank, qui demande en contrepartie à ses clients d’effectuer au moins 3 paiements par trimestre. Mais l’exemple le plus frappant est celui d’ING Direct. Depuis juin 2016, la banque en ligne conditionne la gratuité de sa carte bancaire à un certain niveau de dépôts (1.200 euros mensuels sur compte courant, ou 5.000 euros d'épargne). Si ces seuils ne sont pas atteints, le client est facturé 5 euros par mois.

Lire aussi : ING Direct : un nouveau deal pour conserver la carte Gold gratuite

(1) Dans le cadre de la formule Oligo, la carte est facturée entre 2,33 euros (pour l'Electron) et 10,58 euros (pour la Premier) par mois.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec Marie de BEAUDRAP / Novembre 2016

Commentaires

Publié le 4 novembre 2016 à 11h56 - #1Tours 37000
  • Homme
  • Tours
  • 53 ans

"La manœuvre a un grand avantage, déjà souligné : celui de permettre à l’enseigne d’afficher trois nouvelles mentions « gratuit » dans son extrait standard des tarifs."
Effectivement le terme "manœuvre" est celui qui convient. Héritière de Banque Directe, Axa Banque a dénaturé l'idée d'origine. J'ai quitté cette banque en 2007 pour une banque en ligne qui n'a cessé de croître depuis cette époque. A vous lire je n'ai décidément aucun regret d'avoir quitté Axa Banque. Son modèle économique est celui de la facturation de ses clients et ce n'est certainement plus maintenant qu'elle changera de posture ! Mais il faut bien se préparer dans le contexte de l'application de la loi Macron sur la mobilité bancaire à partir du 06/02/2017 !
En 2011, Axa Banque a 720000 clients et se fixe comme objectif de doubler d'ici 2015 pour atteindre 1.4 millions de clients (cf dépêche Agence Reuters: France - Axa Banque veut doubler le nombre de clients d'ici 2015 - jeudi 20 janvier 2011 16h52).
Quels sont ses ambitions aujourd'hui?
Y arrivera-t-elle?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 5 novembre 2016 à 11h20 - #2atlantis034
  • Homme

Pour ma part, je suis client d'une autre banque en ligne qui offre la gratuité de la carte bleue, j'ai souscris par le conseil avisé de mon agent Axa Assurance à l'offre AXA Banque tout en gardant bien toutes mes dépenses usuelles sur mon autre compte.
AU regard des frais appliqués par axa banque sur le compte chèque, PEA, cette banque n'a rien d'une banque en ligne et je n'y resterais pas longtemps, je suis déjà en train de rebasculer ma domiciliation de salaire sur l'autre banque.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 12 novembre 2016 à 09h07 - #3Pierre-de-Paris
  • Homme
  • Paris
  • 53 ans

Je suis ancien client de Banque Directe, devenue Axa Banque après son rachat. La qualité de service s'est peu à peu dégradée, et surtout la gratuité qui avait fait le succès de Banque Directe a progressivement disparu, au point que les tarifs d'Axa Banque sont bien souvent supérieurs à ceux des banques à guichet, un comble ! Le modèle d'Axa Banque est totalement décalé pour une banque en ligne. Je suis passé à la concurrence depuis plusieurs années et je m'en félicite chaque jour : le service est de très bonne qualité, sans aucun frais. Au fil du temps, on a fini par admettre la facturation de nombreuses opérations bancaires alors que dans le même temps, les agences disparaissent et que le client réalise lui-même toutes les opérations par Internet. L'idée sous-jacente est bien de faire réaliser le travail par le client et de le lui facturer... Il faut se souvenir qu'il y a 30 ans, il y avait beaucoup d'agences et beaucoup d'employés dans tous les réseaux bancaires, que tout était gratuit ou presque et les banques se portaient déjà très bien ! Après avoir tenté sans succès de facturer les chèques, les banques ont réussi à nous persuader qu'elles assuraient un "service public" (mais comment se passer d'elles ?) ! N'oublions jamais que ces établissements ne survivraient pas sans NOTRE argent, et que les bénéfices des banques de détail (agences ou banques en ligne) prennent une part croissante dans leurs résultats financiers. Certes nos banques nous fournissent un service. Il faut savoir que même s'il est "gratuit" dans certaines banques, il leur rapporte gros, très gros : par exemple, avec plus de 400 milliards d'euros d'encours sur les comptes courants en 2016, les banques ont de quoi se rémunérer... à bon compte. Demandez un prêt à la consommation et vous verrez à quel taux votre banque vous prête l'argent dont elle dispose gratuitement !
Pour terminer avec Axa Banque : en 2016, Axa Banque est dernier de la classe des banques en ligne en nombre de clients, et affiche pourtant l'un des meilleurs PNB (produit net bancaire). Pour en arriver là, il faut bien que quelqu'un paie : le client !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?