Hausse de la CSG : une « réflexion » sur le pouvoir d'achat des retraités

  • cBanque avec AFP
  • ,
  • 4 commentaires
Christophe Castaner
Christophe Castaner - DR

Emmanuel Macron a demandé mercredi une réflexion « en parallèle » sur le pouvoir d'achat, notamment pour que certains retraités voient la hausse de la CSG prévue « mieux qu'annulée par la suppression de la taxe d'habitation », a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

Pour financer la suppression des cotisations maladie et chômage des salariés, le programme du président de la République prévoit une augmentation de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG), en protégeant les chômeurs et 40% des retraités les plus modestes. Le président de la République « a demandé qu'une réflexion soit conduite en parallèle sur la question du pouvoir d'achat des Français, et en particulier des salariés et des retraités, je pense à la réforme de la suppression des charges et à l'élargissement de la CSG », a indiqué Christophe Castaner dans son compte-rendu du Conseil des ministres.

« Le président de la République a insisté pour que le travail soit fait dans le temps, en corrélation, pour que les retraités qui ne bénéficient pas d'une CSG à taux partiel et qui subiraient une augmentation de CSG puissent retrouver un gain de pouvoir d'achat par la suppression de la taxe d'habitation », a développé le porte-parole.

Sur ces « dossiers importants que les Français attendent », l'objectif est de « faire en sorte que les un peu moins de 60% de retraités qui ne bénéficient pas de la CSG à taux réduit n'aient pas d'impact sur leur pouvoir d'achat » mais « un gain », et « que l'augmentation de la CSG puisse être annulée et mieux qu'annulée par la suppression de la taxe d'habitation », a insisté cet ex-socialiste, candidat à un nouveau mandat de député dans les Alpes-de-Haute-Provence sous l'étiquette de la République en marche (REM).

Législatives : la hausse de la CSG cible des critiques

Par ailleurs, Emmanuel Macron a « demandé que remontent en débat au sein du Conseil des ministres toutes les mesures du quotidien qui peuvent avoir un impact sur la vie des Français et sur leur pouvoir d'achat, pour que nous puissions dans la partie de discussion un peu générale en mesurer l'impact ». Les Républicains, qui se sont posés en défenseurs du pouvoir d'achat depuis le début de leur campagne législative, critiquent le « socialisme de contrebande » d'En marche. Il y a une semaine, Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France, a ainsi accusé le parti du président de « s'attaquer » aux retraités via la CSG.

Plusieurs responsables PS dénoncent aussi la hausse de CSG, qui « va frapper les retraités très durement », et Jean-Luc Mélenchon a dépeint mardi cette mesure comme « une ponction de 20 milliards sur l'économie et la consommation des ménages », soit selon lui « davantage » que le projet Fillon de hausse de la TVA.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Publié le 31 mai 2017 à 21h23 - #1agra07

Bonjour,
d'une façon générale les impôts qui introduisent un seuil du type "tout ou rien" sont mauvais (future taxe d'habitation, future CSG, ISF,...) car source d'injustice non maîtrisée.
Les impôts devraient tous être soit à taux fixe (TVA,..) soit à taux progressif (IR...)et intéresser tous les citoyens.
Les prestations sociales sont, elles, destinées à corrigées les inégalités.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?50
Publié le 2 juin 2017 à 08h38 - #2bernardw
  • Homme
  • Budapest
  • 68 ans

Une nouvelle ponction sur les classes moyennes, en particulier sur les retraités ou les indépendants, pour que l’État puisse continuer à gaspiller allégrement l'argent. Un nombre considérable d'élus avec attachés parlementaires à rémunérer, des administrations pléthoriques, sans parler des bateaux russes ou des portiques de l'éco-taxe. Hollande avait déjà frappé fort, Macron poursuit.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?40
Publié le 4 juin 2017 à 07h49 - #3Décryptage

C'est en effet le fils spirituel ...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?21
Publié le 6 juin 2017 à 06h28 - #4jeanréforme
  • Homme

Il faudrait élargir cette réforme à l'ensemble des dispositions dérogatoires, des avantages acquis en commençant par le haut, les anciens présidents, les parlementaires, ...
Et instituer enfin, un statut de l'élu et du ministre, au lieu d'en passer par des réformes qui s'ajoutent les unes aux autres, quand survient une affaire
Ainsi les réformes qui apparaissent justifiées seraient davantage admises

Trouvez-vous ce commentaire utile ?