Le Livret Distingo, « un placement attractif au service de l'économie réelle »

Logo Livret Distingo
DR

PSA Banque, nouvelle entité dédiée à l’épargne de Banque PSA Finance (BPF), a lancé hier son premier livret, baptisé Distingo. Entretien avec Frédéric Vercher, responsable de l’activité épargne de Banque PSA Finance.

Frédéric Vercher, comment en êtes-vous venu à choisir ce nom, Distingo, pour votre livret d’épargne ?

« Ce nom s’est dégagé lors de réflexions en interne, car nous voulons souligner le caractère distinctif de ce livret. En effet, les fonds collectés seront exclusivement utilisés pour financer les concessionnaires du groupe et les achats de véhicules Peugeot et Citroën par des particuliers. Distingo est donc la concrétisation d’une volonté : celle de créer un produit attractif qui soit aussi un moteur de l’économie réelle. »

Quels sont vos objectifs en terme de collecte ?

« Nous tablons sur une collecte de 400 millions d’euros pour la première année d’activité. Mais l’essentiel est d’installer ce nouvel instrument de notre politique de diversification des sources de refinancement. »

Ne craignez-vous pas que les difficultés du groupe PSA (1) nuisent à la collecte ? Les épargnants sont-ils prêts à confier leur épargne à un groupe en difficulté ?

« Il faut bien comprendre que la banque et le groupe sont deux entités strictement séparées en matière de refinancement. Banque PSA Finance bénéficie d’une assise financière très solide, avec notamment un excellent niveau de fonds propres. Son refinancement est d’ores et déjà assuré pour les trois prochaines années. Nous devons en revanche construire la notoriété de PSA Banque en tant que marque. C’est pourquoi nous avons prévu de lancer, dans les prochaines semaines, une campagne publicitaire à la télévision, dans la presse imprimée et sur le web. »

Votre offre de lancement (2) s’aligne sur celle affichée par le livret Zesto de RCI Banque (3), un de vos principaux concurrents. Est-ce un hasard ?

« Vous savez, ces offres promotionnelles changent tous les mois ou presque, donc cela pourra encore changer à l’avenir. Notre volonté était de proposer un placement très performant. Mais au-delà du taux, je le répète, nous attachons beaucoup d’importance à l’idée d’un engagement dans l’économie réelle. »

Pourquoi les banques des constructeurs français arrivent-elles seulement maintenant sur le marché de l’épargne, alors que leurs homologues allemands, par exemple, utilisent depuis des années ce levier de refinancement ?

« Les situations sont difficilement comparables entre la France et l’Allemagne, où le tissu bancaire est très différent. L’épargne grand public est un sujet que nous avions en tête depuis longtemps, et qui était en projet depuis un an et demi. Avant cela, Banque PSA Finance a fait le choix de se concentrer sur d’autres priorités, notamment son développement à l’international. »

Vous avez prévu une offre spécifique pour les collaborateurs du groupe PSA. Quelle est-elle ?

« Effectivement, les collaborateurs du groupe disposent d’un espace dédié, sur lequel ils pourront bénéficier, dans le temps, d’offres spécifiques. Pour le lancement, l’offre est légèrement différente de celle proposée au grand public, mais je ne peux en dire plus. »

Le Livret Distingo est distribué via un site internet créé pour l’occasion. L’avez-vous développé en interne, ou vous êtes-vous adressé à un prestataire extérieur ?

« Il y a effectivement une mécanique bancaire spécifique à la distribution de livrets, qui nécessite du savoir-faire. Nous avons fait le choix de nous adresser à Arkea Banking Services, une filiale du Crédit Mutuel-Arkea, qui dispose d’une solide expérience dans ce domaine. »

(1) Le groupe PSA Peugeot Citroën a subi en 2012 une perte nette de 5 milliards d’euros, la plus lourde de son histoire, et prévoit de supprimer 11.200 postes en France d’ici 2014.

(2) Voir notre page dédiée au Livret Distingo.

(3) RCI Banque est la filiale bancaire du constructeur automobile Renault. Elle s’est lancée sur le marché de l’épargne grand public il y a un an environ.

Partager cet article :

© cbanque.com / Propos recueillis par Vincent Mignot / Mars 2013

Commentaires

Publié le 8 mars 2013 à 17h15 - #1toledo

J'aimerais bien que le directeur de PSA Banque nous donne sa note bancaire, à court terme et à long terme. Il me semble que si l'Etat n'avait pas donné sa garantie, il n'y aurait plus eu de PSA Banque et donc, pas de Livret. Malgré cette garantie, la note est toujours mauvaise, ce que je ne comprend pas. Sur leur site, il élude aussi la question en disant que nous sommes protégés jusqu'à 100 000€ (donc, si il y a un problème, l'Etat paiera, ce que je doute, vu qu'il n'y a pas d'argent). Si la banque était nationalisée, je serais plus rassuré. Enfin, le fait de ne pouvoir être plus compétitif que Renault Banque (Zesto) sur les taux, alors qu'il on réussi a émettre une obligation à plus de 7%, cela fait réfléchir à 2 fois. Personnellement, je vais attendre et je suis curieux de voir si comment les épargnants et les concurrents vont réagir.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 9 mars 2013 à 15h09 - #2scaggio

Peugeot vendrait plus de voiture si la carrosserie faisait moins féraille quand on claque les portes. Prenez une VW ou une Opel, lorsqu'on claque une porte ca fait pas plus de bruit que la porte d'un frigo.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?