Livret Distingo : PSA Banque vise une collecte de 400 millions d'euros fin 2013

  • cBanque avec AFP
Banque PSA Finance
DR

Banque PSA finance, filiale du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, a lancé jeudi un livret d'épargne baptisé Distingo, imitant ainsi son concurrent Renault qui s'était positionné il y a un an. Elle prévoit d'atteindre 400 millions d'euros d'encours fin 2013.

Pour assurer la promotion de son produit, qui débarque dans un paysage où la concurrence s'est nettement renforcée récemment, Banque PSA finance entend communiquer sur son taux mais aussi mettre en avant l'utilisation des fonds qui seront collectés. Pour toute ouverture jusqu'au 4 avril, Distingo offrira un taux d'intérêt promotionnel de 5,5% durant quatre mois. Au-delà, le taux sera de 2,30% brut. Ces conditions sont rigoureusement les mêmes que celles offertes par le livret Zesto de RCI Banque, la filiale bancaire de Renault.

Pour différencier son offre, Banque PSA finance fait valoir qu'en la choisissant, les épargnants seront « certains que leur argent est utilisé pour l'économie réelle », a expliqué Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier de PSA Peugeot Citroën, lors d'une conférence de presse. « Nous le dédierons entièrement au financement de nos concessionnaires et de nos clients », a-t-il détaillé.

Un milliard par an, à moyen-terme

Si la création de ce livret entre dans la stratégie de diversification des sources de financement de PSA Peugeot Citroën, le directeur fincancier a assuré que les besoins de financement actuels du groupe étaient déjà « couverts pour plusieurs années ».

Depuis l'annonce de la mise en place d'une aide de l'Etat, fin octobre, Banque PSA finance est parvenu à refinancer 11,5 milliards d'euros de prêts bancaires et a procédé à plusieurs opérations de titrisation (1), a indiqué Jean-Baptiste de Chatillon. L'épargne collectée via le livret « ne sera qu'une contribution très minoritaire dans le bilan de la banque », a affirmé M. de Chatillon. Banque PSA finance vise 400 millions d'euros fin 2013 et envisage d'atteindre, à moyen terme, 1 milliard d'euros.

(1) La titrisation consiste à émettre sur les marchés des titres qui sont garantis par des actifs, en l'occurence des portefeuilles de crédits automobiles.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.