Taux d'endettement

Taux d'endettement et Capacité de financement

En effet, les banques considèrent qu'un niveau d'endettement supérieur à 33% présente un risque trop important, pour elles, de défaut de remboursement. L'analyse de ce risque ne repose pas uniquement sur le taux d'endettement mais aussi, et surtout, sur une étude approfondie du profil de l'emprunteur (le « scoring ») et particulièrement sur le « reste à vivre » et le « quotient familial ». En fonction de cette étude de dossier, le taux d'endettement autorisé peut ainsi être modulé à la hausse…

Scoring de l'emprunteur et étude de dossier de financement d'un projet immobilier

En complément du calcul du taux d'endettement, la banque réalise une étude des revenus (niveau, évolution possible, reste à vivre...) du demandeur afin d'anticiper la situation financière du ménage pendant le remboursement du projet. Selon les résultats obtenus, le prêteur pourra accepter un taux d'endettement « standard » de 33%, ou plus restrictif à 30%, ou au contraire, plus souple à 35%. Ces critères de revenus sont déterminants pour continuer l'étude de dossier, et si le projet ne peut être adapté pour y satisfaire, il fera l'objet d'un refus de financement.

Rachat de crédits - Regroupement de crédits

Il faut préciser qu'entre les prêteurs, les taux d'endettement avant ou après, ou, le reste à vivre ne sont pas calculés tout à fait de la même manière. Quelquefois encore, dans le même organisme, le taux d'endettement avant et le taux d'endettement après ne se calculent pas de la même façon ! Les différences se font sur les allocations familiales, les revenus du chômage, les revenus fonciers... que ne seront retenus qu'en partie ou pas du tout.

Prêt immobilier : crédit et capacité d'emprunt pour son logement

Taux d'endettement et capacité de financement - Avant de devenir propriétaire, la première étape consiste à déterminer sa capacité d'emprunt. Celle-ci sera le plus souvent calculée sur la base d'un...

Actualités Taux d'endettement

Epargner pour acheter

Taux immobiliers : les banques à l'offensive pour soutenir la demande

Les établissements de crédit ont également tendance à assouplir leurs conditions d'octroi. Les 33% de taux d'endettement maximum restent la norme ; en revanche les prêteurs sont plus souples sur l'apport et, note Meilleurtaux, « sont de plus en plus ouverts aux dossiers à 110% », où les accédants empruntent donc plus que la valeur du bien acheté, afin de financer tout ou partie des frais de notaire. « Dans un marché haussier, le risque est limité », estime le courtier, le bien ayant toutes les chances de reprendre de la valeur même en cas de revente rapide.

Une femme et un homme dans leur nouveau logement

Combien peut-on emprunter pour un achat immobilier ?

Pour définir l'enveloppe financière, il faut en effet estimer votre apport personnel, autrement dit l'épargne disponible, et définir le niveau envisageable des mensualités de remboursement. Les banquiers prennent le plus souvent un taux d'endettement maximum de 33% : les mensualités ne doivent donc pas dépasser un tiers de vos revenus, afin d'éviter de futures difficultés financières. Précision : il ne s'agit que d'une règle informelle, qui peut être modulée selon la situation !

Des clés et des maisons

Prêt immobilier : des banques moins exigeantes « depuis plusieurs trimestres »

Plus concrètement, les banques acceptent plus facilement de flirter avec la règle tacite du taux d'endettement, qui veut que la charge de remboursement des emprunteurs ne dépasse pas 33% des revenus. Si le HCSF souligne ce point, les statistiques sur le sujet n'ont toutefois rien d'alarmant : le « taux d'effort financier moyen à l'octroi » est passé de 29,4% à 29,6% en un an. Toutefois, « sur les premiers mois de 2017, la part de la production dont le taux d'effort est supérieur à 35% se redresse », précise le HCSF, avant de compléter : « Les segments des acquéreurs déjà propriétaires et de l'investissement locatif contribuent le plus fortement à la hausse de la part des emprunteurs dont le taux d'effort est supérieur à 35%. »

Une femme faisant ses comptes

Le crédit immobilier accapare moins d'un tiers des revenus des Français

En moyenne, ce taux d'effort, plus couramment appelé taux d'endettement en agence bancaire, serait donc bien inférieur à ces fameux 33%. Dans les faits, il ne s'approche de cette barre que pour les ménages les plus modestes, ceux qui sont contraints de jouer avec ce taux d'endettement et avec la durée du crédit pour pouvoir emprunter. Selon la Banque de France, « les emprunteurs disposant de moins de 20.000 euros de revenu net annuel consacrent en moyenne 32% de leur revenu au remboursement de…

Forum Taux d'endettement

Taux d'endettement bloquant

J'ai 2 emprunts à titre perso sur des biens Immos (principale et secondaire) m'emmenant à 42% de taux d'endettement. J'ai besoin, à titre pro d'un local de bureau avec un besoin de financement de 60 k€ J'aurais sur ce local, des revenus de loyers pour environ 400 € par mois. Je n'arrive pas à trouver de financement à cause de mon taux d'endettement personnel.

Garde d'enfant dans le calcul du taux d'endettement

Combien d'années/mois de frais de garde vous restent il ? Avez vous déjà fait une déclaration de revenus depuis que vous avez ces frais de garde ? [Message de kaziklu] Les frais de garde d'enfant n'entrent pas dans le calcul du taux d'endettement mais dans le calcul du reste à vivre. [Message de moietmoi] en fait la banque ne va aps spontanément demander cela, mais sur les relevés de banques, les frais apparaissent et la banque demandera à quoi correspond cette dépense;

Question sur le calcul (que je sais varié selon les banques) du taux d'endettement

Permettez moi de préciser, afin que je comprenne bien : Si j'ai un prêt A avec 100€ de mensualités sur 10 ans et que je convoite un prêt B avec 400€ de mensualité sur 20 ans, avec un salaire net de 2000 euros, le taux d'endettement est calculé à (100+400)/2000 soit 25%. La durée du prêt A n'a donc aucune influence sur le taux d'endettement, seul la mensualité initiale compte ?

prêt immo, est ce que ça peut passer

- un second acheteur de 56 ans, déjà propriétaire de sa maison, qui emprunterait à hauteur de 86000 euros sur 25 ans, sans apport. CDI, pas de baisse de revenu à l'horizon de la retraite, revenu mensuel de 1760 euros, taux d'endettement assurance et caution incluses à 22%.