Entrepreneur

Actualités Entrepreneur

auto-entrepreneur

Impôt à la source et auto-entrepreneurs : pas de choix rétroactif possible

Bercy a adressé une fin de non-recevoir aux auto-entrepreneurs par le biais d'une réponse à la question écrite du député Jean-Bernard Sempastous (1). Ce dernier s'est ainsi fait le porte-voix des micro-entrepreneurs ayant choisi, dès décembre 2016, d'opter pour le régime de droit commun de l'impôt sur le revenu à la place du prélèvement libératoire dédié à la micro-entreprise. Ce député LREM demandait la possibilité pour ces contribuables de modifier leur choix suite au report de la réforme du prélèvement de l'impôt sur le revenu.

Businessman concentré sur son travail

Micro-entreprise : que change la fin du compte bancaire obligatoire ?

Depuis le 1er janvier 2015, les micro-entrepreneurs ont l'obligation d'ouvrir, dans les 12 mois suivant la création de leur statut, un compte bancaire dédié aux opérations liées à leur activité, notamment pour encaisser des ventes et payer des fournisseurs. Ce n'est pas nécessairement un compte professionnel : un compte courant classique suffit.

Homme tapant sur un clavier d'ordinateur

Les auto-entrepreneurs plébiscitent la banque en ligne

Depuis le 1er janvier 2015, les auto-entrepreneurs ont l'obligation d'ouvrir un compte bancaire distinct de leur compte personnel - mais pas forcément un compte pro - pour gérer les opérations liées à leur activité. 44% d'entre eux se conforment à cette obligation, selon un sondage (1) réalisée par Evo'Portail, un portail d'accompagnement des auto-entrepreneurs. Pour ce faire, il s'en remettent massivement à la banque en ligne, voire aux néobanques : 52,7% d'entre eux envisagent de déposer et de gérer leurs actifs chez un nouvel acteur plutôt que dans une banque traditionnelle. C'est beaucoup plus que la population générale : seulement un Français sur 4 environ est intéressé par ces fintechs, selon une récente étude Bain & Company.

dossier salaire

Un revenu mensuel moyen de 2 510 euros pour les non-salariés

Et pour cause : les revenus d'activité des auto-entrepreneurs est moyenne huit fois inférieur à celui des non-salariés classiques. « Ainsi, hors revenus nuls et hors auto-entrepreneurs, la moyenne nationale passe à 3 610 euros. » Quant aux auto-entrepreneurs, ils se contentent de 410 euros par mois.

Forum Entrepreneur

Comment ouvrir un compte dans une banque qui ne veut pas de moi?

https://www.cbanque.com/banque/compte-auto-entrepreneur.php [Message de hargneux] Chaque banque a son process. Dans la mesure où vous détenez un compte à la BNPP, je ne suis pas sur que vous puissiez demander à la Banque de France de vous désigner un établissement, mais vous pouvez toujours leur poser la question. [Message de Kurley] Merci Edouard pour ta réponse rapide mais pour le moment je préfère privilégier une banque physique plutôt qu'en ligne. Je pense que j'irais chez une banque en ligne en dernier recours.

auto entrepreneur, prelever clients reglement factures

Mais si on souhaite effectuer des prélèvements réguliers et occasionnels pour le règlement des factures de ses clients, est-ce qu'il y a une banque qui autorise les auto-entrepreneurs à faire des prélèvements pour des frais de tenue de compte raisonnable ?? Je n'ai pas forcément besoin de carte bleu ou de gros pack de service. Est-on obliger de prendre un compte pro ? ou peut-on faire des prélèvement avec un compte courant classique ? Quels sont les banques qui offre cette possibilité pour un coût raisonnable.

PRELEVEMENTS INDUS PAR ADMI- PAY

J'ai retrouvé le débiteur qui n'était autre que : POLE ENTREPRENEUR - Tel : 01 70 71 29 88 - mail : pole-entrepreneur.net-

PEA Suravenir : arnaque ?

Les fonds sur lesquels j'avais investis ne sont plus disponibles (Echiquier Entrepreneurs et Raymond James Microcaps) et mon versement mensuel part directement sur un fonds AXA PEA Régularité, indexé sur l'EONIA donc je perds de l'argent chaque jour qui passe...

Autres articles

Choisir un compte bancaire auto-entrepreneur

La première étape pour choisir l'établissement dans lequel ouvrir un compte auto-entrepreneur est de bien définir ses besoins. En effet, les banques traditionnelles proposent des comptes spécifiques aux entreprises ou aux professionnels, mais ils correspondent le plus souvent aux besoins des personnes morales (EIRL, SARL, SAS...) avec une offre complète de services et un niveau de frais trop élevés pour les auto-entrepreneurs. Quelques banques se sont toutefois adaptées, en proposant des formules spécifiques aux micro-entrepreneurs. Il est également possible de choisir une solution proposée dans plusieurs des banques en ligne.

Compte auto-entrepreneur de Monabanq : Compte spécial auto-entrepreneur

Ainsi, ce compte spécialisé permet de réaliser l'ensemble des opérations du quotidien d'un auto-entrepreneur : consultation des comptes en ligne ou sur l'application dédiée, alertes SMS, domiciliation de virements et prélèvements, retraits aux DAB, opposition sur les chèques en cas de perte ou vol... Pour les remises de chèques, Monabanq permet de les effectuer dans les guichets automatiques du CIC ou par courrier en utilisant le bordereau numérique. Il est également possible d'effectuer des dépôts d'espèces dans les agences du CIC (les cinq premiers de l'année étant gratuits). C'est d'ailleurs l'un des points forts de l'offre Monabanq que de pouvoir bénéficier de ces remises en agence.

Compte bancaire Boursorama pour les professionnels : 80 € offerts pour l'ouverture d'un compte pro

Boursorama Pro est un compte à destination des entrepreneurs individuels et des auto-entrepreneurs. Sans condition de ressources ou de flux financiers, le compte donne accès à une carte Visa et à l'ensemble des opérations du quotidien pour moins de 10 € par mois.

Surendettement : Dossier et Procédure de Surendettement

Une personne physique dont le surendettement résulte de l'engagement qu'elle a donné de cautionner ou d'acquitter solidairement la dette d'un entrepreneur individuel ou d'une société, peu importe que le surendetté soit ou non dirigeant de la société cautionnée (Cass. Civ. 2ème - 27 septembre 2012 - n° 11-23285) .