Emprunteur

L'Assurance Emprunteur pour les crédits immobiliers

Depuis 2010, la donne a changé, avec la promulgation de plusieurs lois qui ont fait évoluer le code de la consommation. L'emprunteur peut désormais souscrire plus facilement, auprès de la compagnie de son choix, un contrat d'assurance présentant un niveau de garantie équivalent à celui proposé par la banque (autrement dit : une délégation d'assurance). Les banques, à garanties égales, n'ont plus la possibilité de refuser une délégation d'assurance. Cette mesure s'avère surtout avantageuse pour des personnes jeunes, en bonne santé et non fumeuses, qui peuvent (ou qui veulent) faire jouer la concurrence et négocier des primes moins élevées.

Le Prêt viager hypothécaire - Prêt Avance Mutation

Ce prêt a pour vocation de financer les besoins personnels de l'emprunteur : frais de santé, aide à domicile, maison de retraite, travaux d'amélioration ou d'entretien d'un immeuble, véhicule, voyages, loisirs, études des petits-enfants,… A peine de nullité, il ne peut pas financer les besoins professionnels de l'emprunteur.

Offre de prêt et contrat de prêt immobilier

La mise à disposition des fonds varie selon le projet. Pour une acquisition, le déblocage sera effectué en une seule fois. Généralement, c'est le notaire qui, préalablement à la signature de l'acte notarié, demande les fonds à la banque puis les versera au vendeur. En cas de construction, le déblocage a lieu progressivement, au fur et à mesure de l'avancement des travaux, selon les modalités prévues dans le contrat et sur présentation des appels de fonds du constructeur. Pour des travaux,…

La Fiche d'information standardisée européenne (Fise)

(Le cas échéant) Par exemple, si la valeur [de la monnaie nationale de l'emprunteur] baisse de 20 % par rapport à [la monnaie du prêt], la valeur de votre prêt atteindra [montant dans la monnaie nationale de l'emprunteur]. Cette augmentation pourrait être plus importante si la valeur [de la monnaie nationale de l'emprunteur] baisse de plus de 20 %.

Actualités Emprunteur

Conseil constitutionnel

Assurance emprunteur : l'UFC-Que Choisir intervient auprès du Conseil constitutionnel

Un enjeu d'importance, pour les emprunteurs immobiliers, se joue actuellement au Conseil constitutionnel. Les Sages ont un peu moins de 2 mois pour se prononcer sur la possibilité, pour tout emprunteur, de changer d'assurance de prêt immobilier à partir de 2018. Une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) a en effet été déposée début octobre suite au renvoi par le Conseil d'Etat d'une requête de la Fédération bancaire française (FBF).

Conseil constitutionnel

Changement d'assurance emprunteur : la FBF tente de faire abroger la mesure

Depuis plusieurs années, la résiliation annuelle de l'assurance emprunteur alimente un feuilleton judiciaire, parlementaire et constitutionnel. En février dernier, toutefois, une loi permettant aux emprunteurs de changer d'assurance de prêt chaque année a été votée puis promulguée. A partir de 2018, ce texte permet aux emprunteurs de résilier puis de substituer leur assurance par une autre, à chaque échéance annuelle. Une petite révolution à l'échelle du crédit immobilier.

Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux

Domiciliation de revenus : « 10 ans, c'est beaucoup trop long ! »

M.B. : « Dans les faits, aujourd'hui, comment se pratique la contrainte de domiciliation de revenus dans le cadre d'un crédit immobilier ? Tout d'abord, il existe relativement peu de clauses dans les contrats de prêt. Et lorsqu'elles existent, elles peuvent souvent être considérées comme abusives [Lire à ce propos l'article La domiciliation des revenus est-elle abusive ?, NDLR]. Donc, à ce jour, l'emprunteur n'est pas pieds et poings liés pendant plusieurs années à la banque prêteuse ! Avec…

Des pièces et des maisons

Assurance de prêt : la résiliation annuelle va redonner du pouvoir à l'emprunteur

I.T. : « Chez BAO, nous avons toujours pensé que les lois touchant à l'assurance emprunteur ne déchaînent pas les foules… Il n'y aura probablement pas de phénomène de masse ! Cette possibilité de changer d'assurance a tout de même un aspect vertueux : avant, les banques pouvaient user de mesures dilatoires au moment de l'offre de prêt, de façon à faire traîner la signature, pour que l'emprunteur se résigne à prendre leur assurance. Ensuite, ce délai de un an a été instauré. Maintenant, avec la…

Forum Emprunteur

Questions Assurance co-emprunteur sans emploi

De mon côté, en tant que co-emprunteur, je suis actuellement au chômage jusqu'à mon congé maternité où la sécu prendra le relais et je compte ensuite prendre un congé parental puis reprendre une activité professionnelle plus tard (pas avant 1 ou 2 ans donc).

Problème de surprime

Je m'explique: l'emprunteur entre pour 65% du prêt et le co-emprunteur pour 35%. L'emprunteur souhaite emprunter sur 18 ans, son taux d'assurance est de 0,13%. Le co-emprunteur souhaite emprunter sur la durée la plus courte possible car il a une surprime d'assurance de l'ordre de 2,94%!

La jungle pour le choix de mon assurance emprunteur ! Comment anticiper ?

D'après ce que je comprends les certificats médicaux qui me sont demandés sont valables 6 mois et je peux les faire jouer pour un autre assureur lors de ma démarche de recherche d'assureur emprunteur. Ce qui est un bon point car je me voyais mal aller autant de fois chez le médecin faire un certificat médical que d'assurance emprunteur démarchées.

Offre de prêt immo et petites lignes décortiquées posant problèmes

La garantie Crédit Logement peut être mise en jeu par Boursorama au constat d'impayés de l'emprunteur. Après avoir réglé Boursorama en lieu et place de l'emprunteur défaillant, la démarche de Crédit Logement s'inscrit dans une volonté de l'accompagner, prioritairement, vers une reprise du paiement des échéances de son crédit en privilégiant le dialogue. Les solutions amiables sont examinées et si la remise en gestion normale du prêt s'avère impossible, Crédit Logement privilégie l'accompagnement de l'emprunteur dans la vente du bien financé. Crédit Logement ne poursuit des actions de recouvrement judiciaire des sommes dues qu'à défaut de solution amiable."