Les murs de l'ancien état-major des Armées en partie vendus à un groupe qatari (presse)

Avion de chasse
© mattei - Fotolia.com

Une partie des murs de l'ancien état-major de l'armée française, dans le septième arrondissement parisien, ont été vendus pour près de 300 millions d'euros à un investisseur qatari, déjà propriétaire de plusieurs hôtels de luxe, rapporte jeudi le site spécialisé Cfnews Immo.

« L'État vient de vendre la partie Est de l'Îlot Saint-Germain, l'historique siège de l'institution militaire française », dit le site. « Le processus d'appel d'offres a été remporté par le fonds Constellation Hotels » pour « un montant supérieur à 300 millions d'euros ».

Contactée par l'AFP, la Direction générale des Finances publiques, dont dépend ce type d'opération, s'est abstenue de confirmer l'identité de l'acheteur ou le montant. Quant à Constellation Hotels, il ne dispose pas de contact public.

Selon un document de la Commission européenne, il s'agit « du principal véhicule d'investissement du groupe d'une famille qatarie ». D'après CFNews, l'entité est contrôlée par le fonds souverain du Qatar.

En tout état de cause, le groupe détient déjà de multiples hôtels de luxe en France dont le Martinez cannois et l'InterContinental à Paris, qu'il avait acheté pour 300 millions d'euros en 2015.

L'ancien siège de l'état-major, qui l'a quitté pour un nouveau site dans le 15e arrondissement de Paris la même année, se trouve dans l'îlot Saint-Germain, un ensemble de bâtiments situé à proximité des Invalides et de l'Assemblée Nationale.

Selon le site, la transaction concerne six immeubles, le long de la rue de l'Université et du boulevard Saint-Germain, qui vont faire l'objet d'une « importante restructuration ». Comme ses précédents investissements, Constellation compte en faire un hôtel de luxe.

L'Etat avait déjà cédé en 2016 une partie du site à un bailleur HLM de la Ville de Paris, afin de créer 400 logements sociaux.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire