Habitat indigne en outre-mer : des sénateurs demandent le rétablissement de l'APL-accession

Hémicycle du Sénat
CC - Wikimedia commons / Jg281

La commission des Affaires économiques du Sénat a appelé mercredi le gouvernement à rétablir « d'urgence » l'APL-accession, dispositif destiné à aider les ménages les plus modestes à devenir propriétaires, « pour lutter contre l'habitat indigne en outre-mer ».

Dans le cadre de ses travaux préparatoires à l'examen d'une proposition de loi visant à améliorer la lutte contre l'habitat insalubre ou dangereux, la présidente de la commission, Sophie Primas (LR), s'est rendue du 9 au 13 mai en Guadeloupe et en Martinique, accompagnée de la rapporteure, Dominique Estrosi-Sassone (LR).

Pour cette dernière, « l'APL-accession était un outil essentiel de la politique de lutte contre l'habitat indigne ». « Sa suppression a fortement impacté les programmes de résorption de l'habitat indigne notamment en outre-mer, alors même que l'économie budgétaire pour l'État est minime, de l'ordre de 50 millions d'euros », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Le gouvernement « ne doit pas tergiverser sur une éventuelle solution alternative et revenir simplement et rapidement sur sa décision en rétablissant l'APL-accession », a déclaré pour sa part Mme Primas.

La suppression de l' APL-accession a été décidée lors de la loi de finances pour 2018.

La proposition de loi de Bruno Gilles, sénateur LR des Bouches-du-Rhône et candidat déclaré à la mairie de Marseille en 2020, sera examinée en commission le 29 mai puis en séance publique la semaine du 11 juin.

Ce texte fait suite à l'effondrement de deux immeubles marseillais qui a tué huit personnes rue d'Aubagne à Marseille, en novembre 2018.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire