psa

Immobilier : la part de Français propriétaires baisse, une première en 20 ans

Un clé sur un calendrier
© 1599685sv - Fotolia.com

Après avoir atteint des sommets au cœur des années 2010, le taux de propriétaires dans la population a désormais tendance à décroître. Sans pour autant menacer de s'effondrer.

A la lecture des études annuelles de l’Insee sur le logement, la part de propriétaires apparaît relativement stable ces dernières années, avec près de 6 ménages sur 10 propriétaires de leur résidence principale. Cependant, la dernière étude de l’institut sur le « patrimoine des ménages », avec des chiffres arrêtés début 2018, permet de mettre en perspective cette évolution sur 20 ans. La part de propriétaires immobiliers, et plus particulièrement de propriétaires de leur résidence principale, a reculé en 2018 par rapport à la dernière étude en 2015.

Part de ménages propriétaires dans la population française
19982004201020152018
Propriétaire de logement(s)58,50%60,50%61,90%62,70%61,60%
Propriétaire de sa résidence principale53,30%55,70%58%58,90%57,70%
Source : Insee

Un sommet atteint sur la période 2010-2015

A la lecture de ces chiffres, le taux de propriétaires semble avoir atteint un sommet lors de la première partie des années 2010, avec un taux de 63% pour l’ensemble des logements et de 59% pour les résidences principales. Cette période correspond notamment à la politique du « pays de propriétaires » voulue par Nicolas Sarkozy, dont la mesure emblématique est le renforcement du Prêt à taux zéro, le PTZ existant toujours depuis mais dans des versions plus ou moins généreuses pour les emprunteurs.

Lire aussi : Prêt à taux zéro : de quel montant pouvez-vous bénéficier ?

L’explication n’est pas uniquement politique. Elle tient aussi à la conjoncture et à l’évolution de la population. L’Insee relève ainsi qu’habituellement « la détention de patrimoine immobilier augmente de façon importante avec l’âge ». Ce qui est toujours le cas, puisque le taux de détention de la résidence principale est inférieur à 20% chez les ménages de moins de 30 ans, pour dépasser les 50% passé 40 ans. « Mais depuis 2010 les écarts se resserrent », souligne l’Insee.

Des quinquas et sexagénaires moins massivement propriétaires

Ainsi, le nombre de jeunes propriétaires continue d’augmenter : « +6,4 points [entre 2010 et 2018] pour ceux dont la personne de référence a moins de 30 ans et +4,7 points pour ceux dont la personne de référence est trentenaire ». Pour les trentenaires, la part de ménages propriétaires d’un logement atteint désormais 55%, pour 49,6% de propriétaires de la résidence principale début 2018. « Depuis la fin des années 2000, les jeunes ménages, les plus aisés en particulier, accèdent en effet davantage à la propriété par le biais du crédit (taux d’intérêts favorables, allongement des durées d’emprunt, etc.) », explique l’institut de la statistique.

Le mouvement est contraire chez les ménages les plus âgés, même s’ils restent très majoritairement propriétaires : « La détention a baissé de 6,8 points pour les ménages dont la personne de référence a entre 50 et 59 ans et de 7,4 points quand elle a entre 60 et 69 ans. » 65,8% des quinquagénaires possèdent un bien immobilier, et 62,1% sont propriétaires de leur logement. Cette proportion passe à 68,8% pour les sexagénaires (65,2% pour la résidence principale). « Ces diminutions pourraient traduire un accès à la propriété plus difficile pour les générations nées au tournant des années 1960 », et qui approchent aujourd’hui de l’âge de la retraite.

Lire aussi : Epargne, salaire, immobilier, quel est le niveau de vie des Français ?

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Décembre 2018