Révision du taux CICF...

alfadelta

Membre
Bonjour
J'ai un prêt immobilier à taux révisable chaque année, taux euribor du 1er jour ouvré de septembre + 1,5%.
En 2017 le taux euribor était de -0,161% soit pour moi 1,339%, en 2018 il est de -0,166% soit pour moi 1,334%.
La lettre de révision du crédit immobilier de France m'indique ceci:
"la stabilité des indices vous permet de bénéficier du maintien du taux d'intérêt de 1,339% jusqu'à la prochaine révision de taux."
Ce maintien implique que je dois débourser 0,22€ de plus par mois, que si le taux de 1,334% est appliqué.
Quelle attitude dois je avoir à votre avis pour cette défaveur?
Je dois dire aussi que déjà en 2012 le CICF ne m'avait pas appliqué le taux du 1er jour (0,805 au lieu de 0,798).
Le montant est évidemment minime mais je pense que c'est une question de principe.
J'espère avoir été clair dans mes explications et je vous remercie par avance de votre réponse.
Salutations
AD

PS: je dois dire aussi qu'il n'y a eu que ces 2 incidents depuis 2007. Et aussi que j'ai calculé mes mensualités avec JxprêtV2 et que ça a toujours collé avec le tableau d'amortissement envoyé chaque année par le CICF.
 
Dernière modification:

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Je vous suggère de vérifier les clauses exactes de votre offre/contrat car, souvent, il est prévu des seuils de variations maxi mais aussi mini.

Ce pourrait être l'explication ?

Cdt
 

gm43

Contributeur
Il faut voir le bon côté des choses: ils tiennent compte de l'euribor négatif !
Beaucoup de banques auraient fait: 0 + 1.5 = 1.5%, meme avec un euribor négatif.
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Oui; il faut écrire au service clients pour demander des explications.

Ensuite, si ces explications ne sont pas en conformité avec l'offre contrat, demander à ce que ledit contrat soit respecté.

Ce n'est qu'après ces démarches que, éventuellement, vous pourrez saisir le médiateur car, autrement, il n'acceptera pas votre demande.

Cdt
 

Cresus93

Contributeur régulier
Essayez de correspondre par courriel car sinon le courrier de réclamation à lui seul va vous couter entre plusieurs mois (lettre simple) et deux à trois ans (LRAR) du surcoût constaté...
 
Haut