Résidence principale mise en location et déduction des intérêts d'emprunt

Pipouli

Nouveau membre
Bonjour,

Nous avons acquis notre résidence principale en 2001 par donation (terrain + vielle grange que nous avons rénovée) et avons contracté un prêt immobilier. En 2006, nous avons fait racheter notre crédit par une autre banque. En 2007, nous avons mis notre résidence principale en location par une agence qui gère tout et avons loué une maison plus proche de notre lieu de travail. Le prêt immobilier n’a pas été modifié et c’est la première fois que quelqu’un (notre nouveau conseiller bancaire) nous parle des intérêts d’emprunt à déduire… Nous déclarons nos revenus par internet et pouvons modifier notre dernière déclaration jusqu'au 30 novembre. Jusqu'à présent, nous avions opté pour le micro-foncier...

Plusieurs questions : pouvons-nous déduire des impôts nos intérêts d’emprunt sachant que ce n’est pas un prêt locatif ? Quels justificatifs doivent être fournis pour les impôts et quels sont ceux qu'ils pourraient demander lors d'un contrôle ? Pouvons-nous revenir en arrière et modifier les anciennes déclarations ?

Merci pour vos réponses.
 

Pipouli

Nouveau membre
Je précise que :
- en 2006, le rachat de prêt a été une restructuration (rachats de prêts à la consommation + prêt immobilier)
- nous avons loué notre résidence principale pour nous rapprocher de notre lieu de travail (40 km) dans le même département.
 

Marie

Contributeur régulier
Bonjour,

pouvons-nous déduire des impôts nos intérêts d’emprunt sachant que ce n’est pas un prêt locatif ? Quels justificatifs doivent être fournis pour les impôts et quels sont ceux qu'ils pourraient demander lors d'un contrôle ?
Pour info, sur la page Fiscalité des revenus fonciers, vous pourrez trouver les différents éléments qui peuvent être déduits dans le cadre du régime réel d'imposition avec notamment un lien vers le bulletin officiel des impôts traitant de la question des intérêts d'emprunts et des conditions posées pour qu'ils soient déductibles. Les conditions lors d'un rachat de crédits sont plus strictes (voir page 93).
Vous pouvez également demander des conseils gratuitement au FISC.
 
Haut