Recherche proprietaires des Matins de Sancy

svrunner

Contributeur
Il se peut que la livraison ait ete realisee par le gestionnaire... si tous les coproprietaires ont signe un pouvoir (glisse dans les documents que vous avez signe chez le notaire).
Verifiez tous vos documents.
Vous auriez du recevoir un bordereau de livraison envoye par le gestionnaire... si vous n'en avez point demandez le lui par courrier RAC.
 

mamou9

Nouveau membre
bonjour,

OUI OUI je parle en fait du gestionnaire de la Résidence qui retarde sans arrêt la location du batiment pour différentes raisons.
Bien sur je l'ai contacté mais il ne répond jamais.
Ni aux lettres, ni aux mails, ni au téléphone !!

Il était prévu après bien des péripéties et plus d'un an de retard, de nous livrer les appartements au mois de décembre.

:mad:
 

investNancy

Contributeur régulier
La livraison devait intervenir au mois de janvier et des problèmes de construction se sont mélés. Bref pour faire simple aujourd'hui les logements sont donnés aux bailleur et il ne répond pas.
;)vous êtes sans bail signé : ce qui est une position qui vous permet de sortir encore du système en vous retournant contre le vendeur et le promoteur qui n'ont pas honoré leurs engagements de livraison à temps. Vous avez la possibilité de casser la réservation de la vente et d'exiger des dommages et intérêts.
Pour cela ne pas hésiter à trouver un avocat qui s'y connaisse. De toutre façon vu comme c'est parti vous allez bientôt rejoindre notre club arnaqués du zrr :cry: et être obligé de vous battre en justice, sauf que ce sera plus long (nous sommes dedans !!). Prenez le temps de lire les posts de ce forum en détails. Nous échangeons depuis près de 3 ans sur ça.
Sortez de ce truc, même des pros se sont fait avoir !!
 

sossa

Membre
Il y a une réunion prévue lundi 25 août 11h00 sur place en présence du promoteur et du gestionnaire, où seront présents certains copropriétaires et des avocats. J'y serai ; nous nous sommes regroupés à une trentaine de copropriétaires avec un avocat. Les dernières news sont :

- la société fournissant la garantie extrinsèque d'achèvement, SOVEREIGN UNION INTERNATIONAL PLC, ne semble pas y être habilitée en France, voir http://www.ceassur.fr/sections/communiques_du_cea/communique_de_mise_e_1. Or si cela s'avère vrai, c'est une cause de cassation de la vente (c'est un élément obligatoire de la vefa). Avec plusieurs copropriétaires, nous avons fait la demande au promoteur de prouver la validité de cette assurance, nous attendons sa réponse. Ceci étant dit, dixit le notaire, une fois que le bâtiment est clot et a un toit, ce n'est plus à eux d'intervenir, mais à l'assurance du promoteur (MAF, indiquée sur le contrat de vente). Il n'en reste pas moins que la garantie annoncée à la vente (et claironnée par le notaire et le conseiller financier, je m'en souviens très bien) était probablement du vent...

- le contrat de vente que nous avons signé ne comporte pas les éventuelles pénalités de retard, condition également obligatoire en vefa. Quoi qu'il en soit, d'après le code de la construction, ces pénalités ne peuvent être inférieurs à 1/3000e du prix convenu par jour (selon ce compte, j'en suis à 42000 euros, bientôt ils vont nous donner de l'argent pour acquérir ce bien...).

- l'exploitant menace d'abandonner la partie si le promoteur ne donne pas des garanties sérieuses de terminer le châlet A avant fin 2008 et le châlet B avant juin 2009 (quel optimisme!). Nous nous sommes retournés vers notre avocat, qui semble dire qu'il est possible qu'il puisse effectivement abandonner le bail signé. Nous serions dans de beaux draps.

Le cas le pire : c'est une arnaque organisée, le promoteur fait exprès de ne pas terminer, verse des indemnités somptuaires au gestionnaire (et rien à nous) qui se rétracte au dernier moment, il dépose le bilan et ils partagent les sous avec les complaisant notaire et architecte.

Le cas médiant : le promoteur est un naze (je pense que c'est le cas même dans le cas le pire...), le gestionnaire est de relative bonne foi, le promoteur dépose le bilan, nous faisons terminer les travaux en faisant jouer l'assurance MAF et le gestionnaire prend la résidence ou on en trouve un autre.

Le cas le meilleur (en tout cas pour les propriétaires du châlet A comme moi) : le promoteur (un naze, ça, ça ne change pas) attend en fait les sous qu'il doit toucher de son procès contre les entreprises qui lui dont fait faux bond il y a deux ans pour terminer le châlet A rapidement et le châlet B quand ça le prendra. Le châlet A est mis en exploitation avant la fin de l'année, et le châlet B courant 2009.

Dans tous les cas, je ne lâcherai pas tant que je n'aurais pas dégommé l'architecte et ses certificats bidons, le promoteur et ses mensonges permanents, le notaire et son contrat de vente foireux. Le vendeur du projet, il n'y a rien à faire je pense, même si je crois qu'il savait quelque chose, et le gestionnaire, bien qu'il ne s'occupe de la résidence que depuis récemment et qu'il ait changé le bail (sans baisse de loyer, mais avec une augmentation de la période de carence), il m'a l'air plutôt honnête (sauf si le cas le pire que j'envisage ci-dessus se matérialise).
 

svrunner

Contributeur
"gestionnaire est de relative bonne foi": je ne sais pas... reflechissez... et cherchez ... vous trouverez...
le mieux est de casser la vente et de sortir de la!
 

JSiversailles

Nouveau membre
Bonsoir,
J'étais sur le site lundi dernier et ne peut malheureusement que confirmer les propos de sossa. Par contre, je pense qu'il est peut-être possible d'intenter une action contre les commercialisateurs qui ont tout de même touché 15% de com. (source notariale). A part le promoteur qui a construit (très mal) les chalets, les gagnants de l'affaire sont LTB (qui doit reposer en paix sous des cocotiers) et CECIM. Je suis convaincu qu'ils en savaient plus qu'ils n'ont dit.
Ce lundi, plusieurs avocats étaient présents: un pour CECIM, un pour un collectif de locataires plus particulièrement concernés par le chalet B, et un représentant deux cabinets revendeurs (dont celui par lequel j'ai fait l'acquisition d'un appartement dans le lot A). Avec un peu de chance (enfin) une stratégie unique visant à tout faire pour obtenir la livraison du chalet A pourrait voir le jour. Une fois l'exploitation démarrée, nous concentrerons nos actions sur le chalet B et il sera temps de bien s'occuper de toute cette bande de "naze" (dixit sossa), d'incompétents, etc., qui nous prennent tout de même un peu trop pour des poires.
 

svrunner

Contributeur
Bjr
JSiversailles vous avez tout a fait raison: concentrer vos actions, regrouper vous et defendez vous. Organisez vous bien et foncez. Nous sommes des pigeons, c'est un fait avere. Vous n'etes malheureusement pas les seuls dans ce cas et de nouveaux (nazes ou pigeons) vont se joindre a nous tous...

Nous arrivons a 130 residences en france, declarees avec des pb... d'autres en ont surement mais je cherche aussi celles ou tout se passe bien...
 

stunt38

Contributeur régulier
si je puis me permettre :

intenter une action contre la com. du promoteur ou du cabinet a peu de chances d'aboutir.
chacun fixe sa valeur ajouté et ce dans tout les secteurs économiques.

il faudrait plus se centrer sur le non respect du contrat et le défaut de paiement des loyers pour essayer d'obtenir gain de cause.
 
Haut