Quand la banque perd le droit aux intérêts, mise au point sur la déchéance du prêteur

Que se passe-t-il quand le contrat de prêt est rédigé par le notaire, dans l'acte d'acquisition?

Je veux dire, sommes-nous sensés recevoir un contrat de prêt de la banque ou le contrat rédigé par le notaire est-il le seul élément?

Dans ce cas, le contrat de prêt est partie intégrante de l'acte authentique, non? Et dans ce cas, l'intervention du notaire dans l'obtention du crédit ne se limite plus seulement à la souscription des garanties.

L'UFC Que choisir de Nancy soutient mordicus que la totalité des frais de notaire doivent être inclus au calcul du TEG dans ce cas précis. Ils soutiennent cette position en avançant une publication au JO du ministère de l'économie et des finances ainsi que diverses décisions de la cour de cassation.
 

Aristide

Top contributeur
Dans une acquisition avec un privilège de prêteur de deniers en garantie l'acte d'acqiusition et l'acte de garantie sont dans un seul et même acte.

Mais il y a des fais liés à l'acquisition qui sont dus même si même si vous l'aviez payée avec vos fonds (donc sans crédit) et des frais uniquement lié à la prise de garantie.

Vous recevrez effectivement une copie de votre acte d'acquisition quelques mois (au moins 6 mois ?) après sa signature; une copie de l'offre de prêt que vous avez acceptée y sera annexée.

L'UFC Que choisir de Nancy soutient mordicus que la totalité des frais de notaire doivent être inclus au calcul du TEG dans ce cas précis. Ils soutiennent cette position en avançant une publication au JO du ministère de l'économie et des finances ainsi que diverses décisions de la cour de cassation.
Demandez qu'ils vous les communiquent.

Cdt
 

moctey

Nouveau membre
Bonjour,
Nous avons contracé un prêt immobilier en 2011 pour lequel le dossier à traîné en longueur et la banque HSBC nous a poussé à accepter les offres de prêt le jour de leur réception. Les échanges de courriels que nous avons décrivent très bien la situation, les conseillers ont agi de façon parfaitement malhonnête en sachant très bien que les délais était intenable mais en réalisant quand même l'opération avec en plus des conditions différentes sur le remboursement anticipé que ce qui avait été promis. Le contact avec le médiateur HSBC a été surprennant, il a considéré que nos propos étaient extravaguants et après un courrier de plusieurs pages apportant des précisions sur les doutes avancés, la seconde réponse a été qu'il se limitait a un seul avis...
Je suis convaincu qu'HSBC mérite d'être sanctionné dans cette histoire, mais j'hésite à lancer l'action en justice sachant que le montant du prêt est assez faible, environ 55 000 €. Y-a-t il une solution pour lancer une action en justice sans tout perdre dans les frais ?
 

maxouv327

Membre
bonjour à tous,

je ne peux que vous incitez à le faire.
Est ce que fait peur ? oui
Est ce que ca coute de l'argent? oui les frais d'avocat
Est ce que le jeu en vaut la chandelle ? oui
Est ce que je peux détailler ? non...

++
et encore merci à elaphus qui a surement changer ma vie....
 

moctey

Nouveau membre
Ne voulez vous pas détailler un peu ? Est-ce que cela vous a pris beaucoup de temps au total ? Combien pour les frais d'avocats ? J'hésite encore à le faire... j'essaye de voir avec l'AFUB mais ils sont difficilement disponibles.
 

gillesdg

Membre
Bonjour à tous,

j'ai lu la discussion mais je suis un peu perdu, voici mon problème :

j'ai un prêt immobilier depuis fin 2009, j'essaie de renégocier le taux avec la banque, et au fil de la conversation on me dit que j'aurai un délai de 10 jours pour accepter les nouvelles conditions dans le cas ou la banque accepterai de renégocier (pas sûr donc)

Or lors de la signature en 2009, c'est un membre de la banque qui est venu à la maison, car le dossier avait trainé et les délais pour la signature devant le notaire était intenable.

Il est venu à la maison avec l'offre de prêt (antidatée) et nous a fait signé

il ne nous a pas laissé le delais de reflexion de 10 jours.


Que pensez vous de cela, est ce une faute permettant une action (nullité de intérets ou autre....) sachant que cela fait 5 ans et 3 mois, mais est ce que la prescription de 5 ans peut être repoussée sachant que je viens de prendre conscience que le delai de 10 jours de reflexion n'a pas été respecté.

j'ajoute que j'aurais du mal à prouver car les papiers sont anti daté et il y a 11 jours fictif mais la banque ne pourra pas prouver le delai car il n'y a pas eu de courrier, la personne s'étant déplacée à domicile.??? par contre je ne sais plus si il est reparti avec l'offre signée ou nous a dit de la poster ??

Il y a aussi une autre faute, la fausse datation par le preteur pour obtenir la déchéance totale mais est que le délai de 5 ans s'applique et peut il etre repoussé ?? Voici un extrait d'un post pris sur le forum :

6) La déchéance totale (cf article L312-33) est obtenue d’abord non pour violation du délai légal de réflexion…qui n’est pas sanctionnée par la déchéance (mais par une amende) mais pour ... l'absence de preuve de retour postal de l'offre (cf article L312-10: L'acceptation doit être donnée par lettre, le cachet de la poste faisant foi.).

L'article L312-33 expose tout de même à la déchéance dès lors que le prêteur date faussement son offre, ou accepte une fausse datation de la part de l’emprunteur, mais pas pour une violation du délai légal sans fausse datation.
Mais à mon sens il n'expose pas à la déchéance sur le motif en cause, pourtant il n'y a pas eu pourvoi à ce sujet.




Merci de vos avis
 
Dernière modification:

moctey

Nouveau membre
pour la prescription je ne sais pas.

pour ma part je n'ai pas fait d'action en justice car le montant du prêt 50 000 EUR me semble trop peu important et que je n'ai pas envie de me faire plumer par les avocats.

le médiateur est incroyablement biaisé.

vive la justice
 

hargneux

Top contributeur
j'ajoute que j'aurais du mal à prouver car les papiers sont anti daté et il y a 11 jours fictif mais la banque ne pourra pas prouver le delai car il n'y a pas eu de courrier, la personne s'étant déplacée à domicile.??? par contre je ne sais plus si il est reparti avec l'offre signée ou nous a dit de la poster ??

La banque n'a reçu aucun courrier daté de ce jour Là ?;)
 

gillesdg

Membre
La banque n'a reçu aucun courrier daté de ce jour Là ?;)
la personne est venue avec une offre anti datée préparée la veille ou le jour même, du coup il y a 11 jours fictifs.
Et je ne me rappelle plus si elle est repartie avec l'offre signée ou si elle nous a dit de la poster ? je ne sais vraiment plus .

Dans tous les cas, l'offre n'a pas été envoyée par courrier par la banque.

Je viens de reprendre l'offre en détail car à l'époque, pressé par le temps et par la présence de ce conseiller chez moi je n'ai pas lu toute l'offre, le chose se sont passé très vite, impossible de lire l'offre à tête reposée bien sûr.

En fait la personne avait inclu dans l'offre un passage comme quoi nous avions recu l'offre par courrier et nous à fait signer ce paragraphe, je viens de m'en apercevoir.

. Donc il y a plusieurs éléments faussés, la date de l'offre, le mode d'envoi trafiqué.....le non respect des 10 jours de reflexion. Mais cela vient de dépasser 5 ans alors est il possible de repousser le point de départ de la prescription ???
 

Babass35

Nouveau membre
Bonjour,

Je vais vous présenter mon cas, qui à mon avis n'est pas un cas isolé.

En novembre 2011, nous avons acquis une maison financée en partie par prêts immobiliers.
La somme totale empruntée représente 210 000€ sur une durée de 25 ans.

En octobre 2011, via un courtier, nous avions obtenu une proposition (pas offre de prêt), sur cette dernière notre financement devait se réaliser via 3 prêts, un PTZ+, un 3,87%, un 4,22%. La signature de l'acte de vente était prévue le 24 novembre 2011.
Le banquier a tardé à nous faire l'offre de prêt, nous avons été directement invités à aller signer ce dernier le 19 novembre 2011.
Le jour où nous sommes présentés à la banque, il nous a été présenté une nouvelle offre de prêts, ainsi nous avions 4 prêts (PTZ+, 2,5%, 3,87% et 4,27% (coût total des prêts: 124 636,78€)). J'ai interrogé le conseiller sur le fait que l'un des taux avait été revu à la hausse. Sa réponse a été: "tout le monde doit être gagnant pour cette nouvelle offre."
Cette offre a été signée le jour où elle nous a été présentée, la signature de l'acte authentique étant trop proche. Nous n'avons pas bénéficié du délai légal de réflexion de 10 jours.
Je précise que le jour de la signature la directrice d'agence et mon conseiller étaient présents dans le bureau.

Mon courtier n'a été informé de ce changement que par mes soins. Il a été comme moi étonné de la modification de l'un des taux à la hausse.

En relisant l'acte authentique du prêt (privilège de prêteur de denier donc publication donc acte authentique), j'ai remarqué des erreurs concernant les dates reportées et il nous ait ainsi possible de prouver que le délai de réflexion n'a pas été respecté.

On peut ainsi lire sur l'offre de prêt signée:
"Emission de l'offre le 08/11/2011"
"Acceptation le 19/11/2011 de l'offre reçue par voie postale le 8/11/2011"

Même avec tous les efforts du monde, La Poste n'a pas pu nous remettre, le 08/11, une lettre postée le 08/11 (ouverture de la banque à 9h30, distribution du courrier vers 10h00). Néanmoins, je vais effectuer des vérifications près de La Poste.

En regardant de plus près, on s'aperçoit que la date "8/11/2011" devait être à l'origine "9/11/2011". Le "9" a été transformé en "8" (mention manuscrite de la date à deux reprises (ma compagne et moi-même))

Enfin, ce qui pourrait confirmer cette modification de la date c'est l'acte authentique.
Dans le chapitre "EXPOSE", on peut lire (littéralement repris): "Ce prêt résulte d'une offre prévue par les articles L 312-7 et suivants du code de la consommation en date du 8 novembre 2011, offre reçue le 9 novembre et acceptée le 19 novembre 2011 dont un exemplaire demeurera ci-annexé après mention".

Pensez-vous que je peux attenter une action contre la banque ou tenter un règlement à l'amiable en passant par un renégociation de prêt?

Est-ce que la responsabilité du notaire peut être engagée par rapport à l'acte authentique qui n'aurait jamais dû être signé en raison du non respect du délai légal de réflexion?

Quelles peuvent être les sanctions pour la banque et pur le notaire?

Merci de vos réponses.
 
Haut