Nombreux prêts

#1
Bonsoir

Vendredi j’ai découvert avec stupeur que ma mère de 67 ans, retraite de 1400€/mois, était sous l’emprise de plusieurs hommes venant d’internet (Abidjan) et qu’ils avaient eux mêmes contacté les organismes de crédits pour faire souscrire des prêts à ma mère.
En confiance, et surtout avec beaucoup de bêtises, leurs a donné des copies de tous ses documents, les codes d’accès à ses comptes et son espace personnel des impôts.
Résultat elle ne gère plus rien, est complètement dépassée, et surtout surendettée.
Ils ont réussi à lui faire vendre sa voiture, celle de mon frère sans son accord (fausse signature), ses bijoux, sa télé ...

Comment s’en sortir? On va déposer un dossier de surendettement dès demain, mais il n’existe pas de texte de loi pour contester ces prêts? La banque, la sienne, n’aurait pas dû signer un signal d’alarme lorsqu’elle retirée 6000€ le matin, 2000€ l’après midi et 500€ tous les jours??

Ils ouvraient des dossiers de crédit, puis demandaient à ma mère de leurs envoyer le code reçu par sms.

Si vous avez des idées pour contester ces prêts (dans l’historique des conversations, on peut lire tout ça mais est ce une preuve?).

Merci
 
#3
Plainte refusée par la gendarmerie, ma mère ne veut pas porter plainte. J’ai un courrier avec des copies d’écran pour le procureur de la république.
 
#5
Pensez si ce n'est pas déjà fait à changer les codes d'accès de ce qui peut être changé facilement. Faire opposition ou bloquer toute manipulation pouvant encore intervenir à distance est également urgent si pas déjà fait non plus.

Légalement non, une banque n'a pas à prévenir quelqu'un (d'ailleurs qui ?) si un client, même âgé, se met à avoir un comportement de dépenses différent de d'habitude. Tout client est libre est de faire ce qu'il veut de son argent, sauf tutelle spécifique.

Votre mère a clairement été abusée, mais puisqu'elle ne souhaite pas porter plainte, c'est qu'elle est probablement encore sous influence. Les brouteurs ont tout fait pour lui soutirer le maximum d'argent en un minimum de temps. Peut-être s'en rendra-t-elle compte un jour... Si ça n'est pas le cas, il vous faut vous poser la question de son état mental (même si ça n'est pas facile quand il s'agit d'un parent !) et envisager la mise en place d'une tutelle (qui peut-être vous ou quelqu'un d'autre).

Tout mon soutien dans cette période difficile.
 
#6
Elle est sous influence, refuse d’y croire, encore hier elle me disait que ce monsieur allait venir et rembourser ses dettes.
Elle ne veut pas porter plainte car ce monsieur et sa petite fille de 13 ans sont honnêtes, ils n’y sont pour rien ...
je lui ai prouvé hier que les connections se faisaient d’Abidjan, donc on verra si ce matin j’arrive l’emmener à la gendarmerie.
Mon courrier pour le procureur de la république est prêt, le dossier de surendettement est en cours, en espérant qu’elle a tout dit.
Tous les mots de passe ont été changé, je m’en suis occupé dès vendredi. Tous les organismes de crédit ont été contacté.

Merci pour votre soutien. Tout comme poam5356, j’avais dû mal à y croire, faut être débile pour en arriver là. Mais plus je lis les échanges avec ces monsieurs, plus je ressens l’influence, la pression qu’ils exercent sur elle et elle, son mal être.
Je suis mal pour ça.
 
#7
Devenir parent pour l'un de ses parents est une expérience riche mais complexe, et pour être passé par là il y a quelques années dans un autre registre, je vous renouvelle mon soutien.

Gardez en tête qu'il existe en France une obligation d'assistance vers un ascendant qui ne peut plus subvenir à ses besoins. Dit autrement, le dossier de surendettement devrait aboutir à étaler les dettes dans le temps en lui laissant juste de quoi vivre de sa pension de retraite (il faudra d'ailleurs rouvrir un compte bancaire pour qu'elle puisse la toucher !) mais que vous pourriez être mis à contribution financièrement ainsi que votre frère (je déduis de votre message que votre mère vit seule).

Des infos très complètes ici si besoin sur le surendettement, il me semble que compte tenu de la situation c'est vers la commission de surendettement qu'il vous faut vous tourner et non vers le tribunal : https://www.inc-conso.fr/content/le-surendettement-2 (c'est touffu et très formel, pensez à vous faire aider si besoin)

Le solde bancaire insaisissable : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1437

Si vous vous en sentez la force, étudiez la possibilité de médiatiser l'affaire auprès d'un journal local par exemple. Tout en restant dans l'anonymat, vous pourriez témoigner de ce que vous vivez et de la solitude de votre mère qui s'est faite piéger par des brouteurs. Ce que je vais dire est cynique voire cruel : pour avoir travaillé avec eux, les journalistes locaux aiment bien les histoires de ce genre, et en romançant à peine, ils sont capables d'en faire une page entière... J'y vois deux avantages : la possibilité de prévenir d'autres personnes via le témoignage et la médiatisation d'une cagnotte en ligne que vous ouvririez pour vous faire aider. Cette solution a déjà été pratiquée dans divers cas et a parfois pu donner de bons résultats.
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
#8
faut être débile pour en arriver là..
Bonjour,
Non, pas du tout : N'avez-vous pas vu tout récemment le reportage sur les 'reclus de Monflanquin'?
Toute une famille aisée qui a été sous la coupe d'un escroc pendant des années. Il les a dépouillés de tous leurs biens.
Pour ahurissant que ça puisse être... ça existe, et peut-être plus souvent que l'on ne l'imagine.
Selon le degré d'implication de la victime, et de sa capacité de perception de la situation l'ayant amenée à subir cette escroquerie, Il y a l'abus de faiblesse, et l'abus de confiance. Mais dans les 2 cas, elle doit être la plaignante.
Et avec des étrangers... Bonjour la galère.
Quoique! Ils peuvent faire leurs exactions depuis Abidjan... Mais peut-être passent-t-ils la plupart de leur temps en France! Peut-être ont-ils la nationalité française.
 

2PassaG

Contributeur régulier
#9
Légalement non, une banque n'a pas à prévenir quelqu'un (d'ailleurs qui ?) si un client, même âgé, se met à avoir un comportement de dépenses différent de d'habitude. Tout client est libre est de faire ce qu'il veut de son argent, sauf tutelle spécifique.
Pas tout à fait exact.
Une banque a le devoir de protéger ses clients de l'abus de faiblesse.

Un conseiller doit discuter avec son client lors de changements dans ses habitudes, et peut au besoin bloquer les transactions s'il a un doute raisonnable.
 

hargneux

Contributeur régulier
#10
Non, il y a le principe de non ingérence.
En cas de doute on peut interroger la personne sur ses motivations et éventuellement lui expliquer qu'elle devrait se méfier mais en aucun cas l'en empêcher.
Si vous avez une impression d'abus de faiblesse, vous devez avertir le procureur de la République en AR seul habilité à enclencher une enquête sociale ou autre.
 
Haut