Eurofins Scientific - FR0000038259 ERF

mvhrb888

Contributeur régulier
Cette entreprise, comme l’a déjà fait remarquer Poam, est en pleine progression. Elle semble explorer des pistes prometteuses, par exemple des tests de pharmacogénétique.
Qu’en pensez-vous ?
Serait-ce trop risqué d’acheter quelques actions ?
Quelqu’un la suit ?
Une analyse poamienne ?
 

trickster

Contributeur régulier
Sur les 5 derniers jours l'action a quand même perdu 40€. C'est passé de 390€ à 351€ quand même. Le pic était à 447 en novembre.
ça fait peur. Mais j'ai pas trop suivi pourquoi. Peut être en raison de la conjoncture.
Attendons une analyse de Poam.:)
 

paal

Top contributeur
Sur les 5 derniers jours l'action a quand même perdu 40€. C'est passé de 390€ à 351€ quand même. Le pic était à 447 en novembre.
ça fait peur. Mais j'ai pas trop suivi pourquoi. Peut être en raison de la conjoncture.
Attendons une analyse de Poam.:)
La conjoncture générale des marchés intervient toujours sur ce type de valeurs, mais en plus, le groupe a procédé à l'acquisition de plusieurs structures de laboratoires fin octobre (USA & Canada), et maintenant, les acteurs du marché doivent considérer qu'il n'y a plus franchement d'autre bonne nouvelle à attendre, et se pose maintenant la question du rendement de ces acquisitions ....
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
Attendons une analyse de Poam.:)
La voici!!

Eurofins Scientific est le leader mondial de l’analyse des produits agro-alimentaires et pharmaceutiques. Il est également le numéro un mondial dans le domaine des services d’analyses environnementales en laboratoire.
Eurofins Scientific, c'est 150 000 méthodes d’analyse exploitées par 34 000 employés dans plus de 400 laboratoires de par le monde.
En 2012, Eurofins "ne comptait que" 12500 employés qui mettaient en œuvre 100 000 méthodes dans 170 laboratoires répartis dans 33 pays.
En 6 ans, Eurofins a plus que doublé en nombre de laboratoires exploités et presque triplé en effectifs.

Eurofins est une pure valeur de croissance.
Et même une hyper croissance qui se retrouve dans le parcours boursier : + 25000% depuis son intro en 1997. C'est mieux que la Tech US.
Une performance qui doit se traduire par quelque-chose comme une hausse de 30% en moyenne annualisée depuis 1997.
La petite entreprise de 1997 capitalise en cette fin 2018 plus de 6 Mds€ en bourse. Elle a presque atteint la taille des plus petites sociétés du CAC 40 (7 Mds€ pour Valeo ou 8,6 Mds€ pour Atos).
Et c'est justement ce qui inquiète certains analystes, comme Morgan Stanley qui estime que plus le laboratoire grossit et plus il aura du mal à maintenir une croissance aussi élevée que celle qu'il a pu avoir jusqu'à maintenant. En somme, Morgan Stanley veut dire qu'Eurofins devient mature et devrait perdre son statut de valeur de croissance.
Et ceci, en sachant que la croissance se fait principalement par acquisition, et donc par l'emprunt.
Eurofins a 2,5 Mds€ de dettes. Un chiffre pouvant paraître élevé à l'aube d'une période qui devrait voir les taux d'intérêt remonter.
Le ratio d'endettement, le gearing, est dans la norme d'une entreprise industrielle : 56%. Tout comme le rapport dette/Ebitda qui représente la capacité d'une entreprise à rembourser ses dettes. Il est de 3,7x pour Eurofins.
C'est à dire qu'il faut 3,7 années d'activité pour rembourser la dette.
Comparons avec une entreprise directement dépendante des taux d'intérêt : Orpéa.
Pour une capitalisation presque identique, 6Mds€, Orpéa a une dette qui s'élève à 4,6 Mds€. Presque le double d'Eurofins.
Le rapport dette/Ebitda est de 7,6x pour cette année.
Au dessus de 5, on peut dire que la situation est plutôt très dégradée pour l'entreprise. L'idéal étant d'être en dessous de 2.
La dette d'Eurofins est importante, mais, à l'inverse des Utilities (endettées mais à faible croissance), sa croissance permet d'absorber facilement cette dette.

C'est là où 2 tendances s'affrontent.
La période actuelle est favorable à la réallocation des fonds vers des entreprises défensives, d'une part. Et, d'autre part, la croissance élevée de l'entreprise qui fait douter certains analystes sur la poursuite de cette croissance.
Selon les avis, certains sont positifs et visent plus de 500€ sur le titre (Jefferies par exemple), quand d'autres sont négatifs et vendeurs en visant 360€ sur le titre (Morgan Stanley).

On peut dire que les avis négatifs l'ont emporté puisque, à 351€ vendredi soir, le cours est en baisse de 37% sur son plus haut à 560€ en octobre 2017.
Il est certain qu'Eurofins doit digérer ses dernières acquisitions qui sont importantes :
EAG, fin 2017 pour 780 millions de dollars, et, plus récemment, Covance Food Solutions pour 670 millions de dollars.
Ces 2 acquisitions représentent presque la moitié de la dette d'Eurofins.

La société vient d'annoncer un 3ème trimestre avec une progression de 30,6% de son chiffre d'affaires, à 955 millions d'euros et prévoit 4,6 Mds€ l'an prochain alors que le consensus table toujours sur 4,4 Mds€.
Il y a 2 ans, Eurofins prévoyait d'atteindre un CA de 4 Mds€ en 2020. Eurofins a relevé de 300 millions d'euros ses prévisions de chiffre d'affaires pour 2019 et 2020, et table désormais sur 5 Mds€ en 2020.
On peut penser que ces prévisions seront relevées lors des prochaines annonces de résultats.

Avec un PER revenu à 23, et estimé à 18 pour 2019, on peut dire que le cours actuel est une opportunité d'achat pour une entreprise de croissance comme l'est Eurofins.
C'est mon avis, bien sûr.
La baisse actuelle résulte de la défiance des investisseurs envers les entreprises endettées, et/ou ayant un PER élevé (il était de 42 en 2017), et/ou n'ayant pas la taille suffisante pour offrir le maximum de liquidité en période mouvementée.
Eurofins ne "match" pas sur ces 3 paramètres, et toutes les qualités de l'entreprise passent à la trappe.
Eurofins intervient sur un secteur, la traçabilité et l'analyse moléculaire allant de l'alimentaire à l'aéronautique et la médecine, qui ne peut que progresser dans l'avenir avec des réglementations de plus en plus contraignantes.
En ce qui me concerne, je viens de renforcer ce vendredi à 347,80€.


Graphiquement, l'UT hebdo pour tracer les grandes lignes :


Eurofins_25_11_2018_W.gif

2 lignes assez puissantes encadrent les cours : une ligne de résistance en rouge, et une ligne de support en vert.
2 phases de 'bear market' (un repli des cours supérieur à 20%) sont visibles en 2014 et en 2016. Elles ont laissé place a un marché haussier qui a permis aux cours d'aller toujours plus haut.
Ce constat ne signifie pas qu'il en sera de même lors de ce 3ème 'bear market'.
Ce qui est intéressant dans le niveau actuel, à 350€, c'est que l'on est à une conjonction de différents facteurs, graphiquement favorables au titre :
-> Un retracement de Fibonacci de 38,2%.
-> Un support horizontal correspondant au + haut de novembre 2015
-> Un support haussier (ligne verte) long terme débuté en 2012 et qui sera validé s'il joue son rôle sur les niveaux actuels
-> Des volumes qui augmentent
-> Un RSI qui va entrer en survente.



En journalier :


Eurofins_25_11_2018_D.gif
On peut affiner les niveaux.
Le support LT passerait plutôt vers 325€ (ligne en pointillés verts en bas à droite du graphique).
Les cours s'inscrivent dans un grand canal de consolidation débuté en automne 2017.
Ils pourraient même en sortir par le bas.
Les indicateurs RSI et stochastiques sont très survendus.
 

mvhrb888

Contributeur régulier
Merci Poam. Très intéressant comme d'habitude.
Si les indicateurs RSI sont en survente cela signifie une forte probabilité que le cours descendra dans les prochains jours ?
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
C'est l'inverse.
Des indicateurs en survente traduisent une pression vendeuse qui est très forte et atteint ses limites.
Dans ces conditions, on peut s'attendre à un renversement de tendance, sans pouvoir dire quand.
Suivant la stratégie prise par un investisseur, il faut attendre que les indicateurs se retournent et quittent la zone de survente, en entrant dans la bande rose de l'indicateur, pour initier une position acheteuse.
Ceci est valable en stratégie de court terme. Vous le constatez en voyant les stochastiques aller très vite d'une zone à l'autre. Ils passent le plus clair de leur temps à faire ça, d'ailleurs.
Pour le RSI, c'est bien moins fréquent.
La combinaison des 2 permet d'écarter de faux signaux. Ils ne sont pas pour autant un gage de réussite absolue, hélas!
Et si l'on n'est pas dans le court terme, le seul retour en zone de survente donne déjà une bonne indication pour qui veut se positionner sur la valeur.
Ce qui n'empêchera pas les indicateurs de rester un bon moment au plancher si jamais les cours continuent à baisser.
En principe, en position de survente, le plus gros de la baisse est passé, et l'on a bien plus de chance d'aller vers un rebond, que l'inverse. Ce qui n'empêchera le cours de, peut-être, revenir sur le support LT vers 325, ce qui fait encore 10% de baisse sur le cours actuel.
Evidemment, on fait le même constat avec le surachat.
 

trickster

Contributeur régulier
Super analyse Poam !
Par contre la valeur du titre est vraiment vraiment très très chère. Quand on la compare avec d'autres mastodontes du CAC 40, je me dis que rentrer sur cette valeur même si elle est en forte croissance est risqué alors que d'autres sociétés sont bien plus stables et surtout moins chers ! Après oui certes, la croissance d'un grand groupe qui est déjà numéro 1 ne sera pas la même qu'Eurofins.
 

hargneux

Contributeur régulier
Si le prix lui fait perdre en liquidité, rien n'empêche la société de diviser son titre pour le rendre plus liquide. Mais peut être n'en a t elle tout simplement pas envie.
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
Par contre la valeur du titre est vraiment vraiment très très chère.
Qu'entendez-vous par "très très chère."?
Pour moi, la seule manière de comparer des actions ayant un cours très différent, de quelques € à plusieurs milliers d'€ par titre, c'est de comparer le PER. Eurofins, avec un PER revenu à 23 est bon marché pour sa catégorie.
Je pense que par cher, vous voulez parler du cours de l'action, non?
 

trickster

Contributeur régulier
Qu'entendez-vous par "très très chère."?
Je me fie à la valeur de l'action en elle-même pour une société qui est certes en croissance mais qui a encore tout à prouver quand même. 370€ l'action pour une entreprise dont le résultat net ne se chiffre qu'à 200 millions.
Mais bon je ne suis pas un analyste comme vous, c'est juste la taille du chiffre qui me bloque psychologiquement, je me dis qu'il y a mieux pour moins cher. Puis à ce prix là les actions s'échangent plus difficilement j'imagine.
Peut être qu'un split sera bientôt d'actualité ?
 
Haut