Démarrer en bourse

putois

Membre
Réponse de Binck :

"Nous vous informons qu'une vente ne modifie pas le prix de revient. Seuls les achats changent votre prix de revient unitaire."

Je trouve cela quand même pas très pro pour une gestion et suivi de portefeuille. Je vais devoir me faire mon fichier excel afin d'avoir les vraies valeurs
 

paal

Top contributeur
Bonjour,
.......
Est-ce normal, il me semblait que le PRU devait baisser suite à une vente en PV.
Je suis chez Binck, quelqu'un pourrait-il m'éclairer?
Non, et où que vous soyez, c'est bien Binck qui a raison ; votre prix de revient unitaire provient exclusivement de vos achats, et ce que vous pouvez faire, c'est d'acheter des titres à plusieurs cours unitaire, et c'est cela qui devient le PRMP
ou
Prix de
Revient
Moyen (il est moyen puisqu'il y aura plusieurs coures d'achats)
Pondéré (et il est pondéré par le fait qu'à ces différents cours, vous pouvez en acheter des quantités différentes ....)

Ensuite, et en cas de cession, vous allez réaliser un résultat de cession, qui sera soit bénéficiaire (tant mieux), soit déficitaire, mais en aucun cas ce résultat de cession n'interviendra sur le PRMP ....

Pour vous qui souhaitez démarrer en bourse, autant démarrer sur de bonnes bases ....

Si vous transposez le raisonnement sur un bien immobilier, vous allez tout de suite constater, que le résultat de cession n'interviendra jamais sur la valeur d'origine d'achat du bien immobilier ...
 
Dernière modification:

paal

Top contributeur
Un dividende peut aussi faire baisser le PRU.
Pour le gestionnaire que je fus, et au même titre qu'un résultat de cession, aussi bien le dividende que la plus-value sont des revenus, les uns plus ou moins exceptionnels, et les autres présentant une certaine régularité ....

Si l'on continue la comparaison avec l'immobilier, c'est comme si vous considériez que les loyers encaissés viennent réduire le prix d'achat initial du bien ; en forçant encore un peu le trait et quitte à louer longtemps, on finirait par faire apparaître une valeur d'acquisition négative ....

Et je me serai très mal vu en train d'affirmer mordicus une telle chose à mon auditrice préférée d'il y a 10 ans ...

Sur ce coup, sanction immédiate et illico presto, viré dans la minute le paal si ce n'est accompagné d'une lettre circulaire à l'ensemble des États / actionnaires ..... ; serait-ce l'effet du Champagne de Buffeto ??

Avec de tels concepts, nul doute que votre contrôleur des impôts, il va vous attendre au coin de l'immeuble, pour encaisser une dîme encore plus importante ....
 
Dernière modification:

lopali

Modérateur
Staff cBanque
Pour le gestionnaire que je fus, et au même titre qu'un résultat de cession, aussi bien le dividende que la plus-value sont des revenus, les uns plus ou moins exceptionnels, et les autres présentant une certaine régularité ....
J'apprends donc au gestionnaire que vous étiez, qu'un dividende peut faire baisser un PRU. En particulier lorsqu'il est distribué sous forme d'un remboursement d'apport. Et dans ce cas, ce n'est pas considéré comme un revenu distribué.

Si l'on continue la comparaison avec l'immobilier, c'est comme si vous considériez que les loyers encaissés viennent réduire le prix d'achat initial du bien ; en forçant encore un peu le trait et quitte à louer longtemps, on finirait par faire apparaître une valeur d'acquisition négative ....
Oui, sauf que là on parle de PRU et d'actions. Les comparaisons c'est rigolo, mais ça a ses limites. ;)

Et je me serai très mal vu en train d'affirmer mordicus une telle chose à mon auditrice préférée d'il y a 10 ans ... Sur ce coup, sanction immédiate et illico presto, viré dans la minute le paal si ce n'est accompagné d'une lettre circulaire à l'ensemble des États / actionnaires .....
Vous étiez mal entouré alors... :(

Avec de tels concepts, nul doute que votre contrôleur des impôts, il va vous attendre au coin de l'immeuble, pour encaisser une dîme encore plus importante ....
Aucun souci avec Bercy, puisque c'est inscrit au Code Général des Impôts.
 

paal

Top contributeur
J'apprends donc au gestionnaire que vous étiez, qu'un dividende peut faire baisser un PRU.
En particulier lorsqu'il est distribué sous forme d'un remboursement d'apport.
Et dans ce cas, ce n'est pas considéré comme un revenu distribué.
Si vous le dites, alors on ne va pas chicaner, mais je me demande alors pourquoi, ce qui reste un revenu (un dividende, cela reste un dividende), sa nature juridique changerait de statut au prétexte qu'il soit réglé d'une façon ou d'une autre ....

Ensuite, et dans une gestion de particuliers, chacun fait ce qu'il veut, tant que cela ne porte à conséquence réglementaire ou fiscale ; mais dans le monde de l'entreprise, cela me semble tout à fait contraire à la doctrine comptable ....

Enfin, et avec une détention de titres dans le cadre d'un PEA, il n'existe même pas d'incidence fiscale ....

Mais comme à titre personnel, je ne pratique généralement pas le règlement des coupons sous forme de rétribution en titres, (je sais certains diront que ce n'est pas bien malin, parque si l'on doit racheter ultérieurement, on doit régler un courtage et la TTF & tutti quanti), mais comme je rachète alors généralement bien plus bas, après détachement et mise en distribution, cela n'est pas de nature à impacter fortement mes transactions, et j'en sors globalement gagnant ...

Alors bien entendu, j'ai le temps pour procéder à cette nouvelle acquisition, le seul moment qui puisse être critique, c'est pour optimiser la prise de bénéfice partiel (affectant donc les plus-values)

Oui, sauf que là on parle de PRU et d'actions. Les comparaisons c'est rigolo, mais ça a ses limites. ;)
Et pourtant .....

Vous étiez mal entouré alors... :(
Ne vous inquiétez pas pour la qualité technique de mon entourage ; il s"agissait d'un cabinet d'expertise comptable établi à Monaco, et je peux vous assurer que l'on n'y prend pas n'importe qui ....

Et puis de toute façon, c'est le histoire ancienne, puisque ma mission est maintenant terminée sur le plan de l'approbation des comptes, et qu'en plus la mission de l'auditeur se trouve soumise à renouvellement période (ou à remplacement), ce qui aura été fait récemment, mais pour un faisceau de raisons qui auront été toutes autres ....

Là aussi, et même en retraite, je me tiens informé, et j'ai régulièrement l'occasion de rencontrer les nouveaux dirigeants, qui changent également périodiquement ....

Aucun souci avec Bercy, puisque c'est inscrit au Code Général des Impôts.
Intéressant cela ; puisque cela semble prévu par le CGI, je suppose que vous en avez le texte de référence ??

Je serais intéressé (juste pour ma culture personnelle) ; mais dans ce cas, ce serait assez curieux, car l'imprimé 2074 me semble être muet sur le sujet, alors que le Bofip qui le concerne parle bien du PRMP (mais n'y mentionne que les acquisitions et frais qui s'y rapportent ....)

Détrompez-moi si j'ai loupé quelque chose, ce qui peut toujours arriver ....

Ce serait d'ailleurs intéressant que Jm12, qui dispose de l'expérience pratique du contrôle en entreprise intervienne sur ce point ....
 
Dernière modification:

lopali

Modérateur
Staff cBanque
Intéressant cela ; puisque cela semble prévu par le CGI, je suppose que vous en avez le texte de référence ??
Code général des impôts - Article 112

Détrompez-moi si j'ai loupé quelque chose, ce qui peut toujours arriver ....
Un exemple avec Natixis (FR0000120685 KN) en 2013 :

"Distribution exceptionnelle
En date du 17 février 2013, il a été décidé un projet de cession des Certificats Coopératifs d'Investissement (CCI) qui consiste en un rachat par chacune des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne de l'ensemble de leurs CCI détenus par Natixis, pour un prix de 12,1 Md€ en numéraire.
L'opération a eu un impact très positif sur la structure financière déjà solide et fait donc ressortir un excédent de capital significatif (2,2 Md€ environ), dont l’essentiel a été reversé aux actionnaires par une distribution exceptionnelle de 2 Md€, soit un montant de 0,65 euro par action.

Calendrier :

- date de détachement de la distribution exceptionnelle : 14 août 2013
- date de paiement de la distribution exceptionnelle : 19 août 2013

Fiscalité :
Le montant de la distribution exceptionnelle de 0,65 € par action se décompose en deux parties :

- une partie, évaluée à 0,359 €, est considérée comme un revenu distribué soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux et,
- une autre partie, évaluée à 0,291€, est considérée comme un remboursement d’apport (en application de l’Article 112,1° du Code Général des Impôts) non soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux venant en diminution du prix d’acquisition des actions."
 

jmi12

Contributeur régulier
Si vous le dites, alors on ne va pas chicaner, mais je me demande alors pourquoi, ce qui reste un revenu (un dividende, cela reste un dividende), sa nature juridique changerait de statut au prétexte qu'il soit réglé d'une façon ou d'une autre ....

Ensuite, et dans une gestion de particuliers, chacun fait ce qu'il veut, tant que cela ne porte à conséquence réglementaire ou fiscale ; mais dans le monde de l'entreprise, cela me semble tout à fait contraire à la doctrine comptable ....

Enfin, et avec une détention de titres dans le cadre d'un PEA, il n'existe même pas d'incidence fiscale ....

Mais comme à titre personnel, je ne pratique généralement pas le règlement des coupons sous forme de rétribution en titres, (je sais certains diront que ce n'est pas bien malin, parque si l'on doit racheter ultérieurement, on doit régler un courtage et la TTF & tutti quanti), mais comme je rachète alors généralement bien plus bas, après détachement et mise en distribution, cela n'est pas de nature à impacter fortement mes transactions, et j'en sors globalement gagnant ...

Alors bien entendu, j'ai le temps pour procéder à cette nouvelle acquisition, le seul moment qui puisse être critique, c'est pour optimiser la prise de bénéfice partiel (affectant donc les plus-values)


Et pourtant .....


Ne vous inquiétez pas pour la qualité technique de mon entourage ; il s"agissait d'un cabinet d'expertise comptable établi à Monaco, et je peux vous assurer que l'on n'y prend pas n'importe qui ....

Et puis de toute façon, c'est le histoire ancienne, puisque ma mission est maintenant terminée sur le plan de l'approbation des comptes, et qu'en plus la mission de l'auditeur se trouve soumise à renouvellement période (ou à remplacement), ce qui aura été fait récemment, mais pour un faisceau de raisons qui auront été toutes autres ....

Là aussi, et même en retraite, je me tiens informé, et j'ai régulièrement l'occasion de rencontrer les nouveaux dirigeants, qui changent également périodiquement ....


Intéressant cela ; puisque cela semble prévu par le CGI, je suppose que vous en avez le texte de référence ??

Je serais intéressé (juste pour ma culture personnelle) ; mais dans ce cas, ce serait assez curieux, car l'imprimé 2074 me semble être muet sur le sujet, alors que le Bofip qui le concerne parle bien du PRMP (mais n'y mentionne que les acquisitions et frais qui s'y rapportent ....)

Détrompez-moi si j'ai loupé quelque chose, ce qui peut toujours arriver ....

Ce serait d'ailleurs intéressant que Jm12, qui dispose de l'expérience pratique du contrôle en entreprise intervienne sur ce point ....
Je suis entièrement d’accord avec Paal et je pense que Lopali se trompe, mais l’erreur est humaine, c’est bien connu. L’essentiel est de ne pas persévérer dans l’erreur et de garder son calme.
Un dividende reste un dividende, qu’il soit versé en numéraire ou par remise de titres. Au plan comptable et fiscal, il s’agit bien d’une distribution, imposable comme telle dans les 2 cas, soit en règle générale au PFU de 30 % ou à l’IR, après abattement de 40%, en cas d’option globale pour l’imposition au barème.
Bien évidemment, dès lors que le bénéficiaire des dividendes est payé en actions, le prix de revient moyen pondéré des titres concernés est nécessairement impacté.
L’article 112 du CGI invoqué par Lopali ne concerne pas les distributions de dividendes, mais les remboursements d’apports, ce qui, tout le monde peut en convenir, n’a rien à voir.
 

paal

Top contributeur
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006069577&idArticle=LEGIARTI000037987693&dateTexte=&categorieLien=id
Sauf que cet article, il se rapporte aux opérations de fusions et cession-absorptions d'une personne morale par une autre, ce qui s'apparente à une cession de titres (sous des conditions particulière et hors marchés boursiers ...), donc une opération sur le capital, et non sur les résultats de l'entreprise ....

Cela n'a donc rien à voir avec une distribution de dividendes classique, et même mon auditrice de l'époque vous l'aurait indiqué à l'époque, qui est représentative d'une distribution (totale ou partielle de résultats de l'entreprise) ; vous parlez donc d'un type d'opération, alors que vous indiquiez l'abaissement d'un PRU (ou PRMP) en tenant compte d'une distribution de dividendes au titre du résultat de l'entreprise


Un exemple avec Natixis (FR0000120685 KN) en 2013 :
"Distribution EXCEPTIONNELLE mixte
(je crois que ces deux derniers mots ne doivent pas être suffisamment pris en compte)


En date du 17 février 2013, il a été décidé un projet de CESSION des Certificats Coopératifs d'Investissement (CCI) qui consiste en un RACHAT par chacune des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne de l'ensemble de leurs CCI détenus par Natixis, pour un prix de 12,1 Md€ en numéraire.
L'opération a eu un impact très positif sur la structure financière déjà solide et fait donc ressortir un excédent de capital significatif (2,2 Md€ environ), dont l’essentiel a été reversé aux actionnaires par une distribution exceptionnelle de 2 Md€, soit un montant de 0,65 euro par action.
Il est plus que probable que ces certificats, ne sont pas éligibles au PEA, et qu'en conséquence, aussi bien les distributions de dividendes (résultats de l'entreprise), que les plus-values de cession des parts proposées à la cession ne suivront le régime du PEA

Calendrier :

- date de détachement de la distribution exceptionnelle : 14 août 2013
- date de paiement de la distribution exceptionnelle : 19 août 2013

Fiscalité :
Le montant de la distribution exceptionnelle de 0,65 € par action se décompose en deux parties :

- une partie, évaluée à 0,359 €, est considérée comme un revenu distribué soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux et,[/QUOTE]
- une autre partie, évaluée à 0,291€, est considérée comme un remboursement d’apport (en application de l’Article 112,1° du Code Général des Impôts) non soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux venant en diminution du prix d’acquisition des actions."
[/QUOTE]
Rappelons que nous somme dans le cas présent dans le cadre d'une opération de fusion-absorption, qui reste une opération assez exceptionnelle, opération qui se trouve effectuée hors cotation sur les marchés ...

Si je devais résumer, vous vous servez d'un exemple particulier à caractère exceptionnel, pour en faire une règle générale ....

PS = je n'avais pas lu l'intervention de Jm12, et je crois qu'il y a lieu d'en tenir compte, et elle me suffit ....

Et dans le cas présent, il va falloir bien regarder comment l'intermédiaire financier va présenter cette opération, sur l'IFU qu'il va devoir délivrer ....
 
Dernière modification:

lopali

Modérateur
Staff cBanque
Sauf que cet article, il se rapporte aux opérations de fusions et cession-absorptions d'une personne morale par une autre, ce qui s'apparente à une cession de titres (sous des conditions particulière et hors marchés boursiers ...), donc une opération sur le capital, et non sur les résultats de l'entreprise ....

Cela n'a donc rien à voir avec une distribution de dividendes classique, et même mon auditrice de l'époque vous l'aurait indiqué à l'époque, qui est représentative d'une distribution (totale ou partielle de résultats de l'entreprise) ; vous parlez donc d'un type d'opération, alors que vous indiquiez l'abaissement d'un PRU (ou PRMP) en tenant compte d'une distribution de dividendes au titre du résultat de l'entreprise
Donc pour vous la distribution d'un dividende exceptionnel suite à une cession générant un excédant de capital n'est pas un dividende... ?

Si je devais résumer, vous vous servez d'un exemple particulier à caractère exceptionnel, pour en faire une règle générale ....
Où ai-je écrit que c'était une règle générale ? J'ai dit "peut faire baisser le PRU" et non "fait".

Je suis entièrement d’accord avec Paal et je pense que Lopali se trompe, mais l’erreur est humaine, c’est bien connu.
Alors Tradingsat, Investir, Les Echos, Zonebourse, L'Express, L'Agefi se trompent aussi :


Même le directeur général de Natixis fait l'erreur :
"Laurent Mignon, directeur général de Natixis, a indiqué que l'assemblée générale extraordinaire qui devait valider ce dividende se tiendrait, « a priori, à la toute fin juillet ou tout début août pour un versement du dividende courant août »."​
 
Haut