Débuter oui, mais quelle action choisir ?

#1
Bonjour à tous,

j'ai décidé d'ouvrir un PEA et d'y investir 1000 € au départ puis entre 50 et 100 € par mois en moyenne.

Etant débutant, je souhaiterai savoir si vous avez des conseils sur les actions à choisir pour un PEA? J'entends par là des valeurs à avoir et qui sécurisent le capital investi.

Exemple: Total

A noter également que je ne souhaitent pas mettre ces 1000 € sur une seule action, mais au moins sur 3 ou 4 au départ et je souhaite également éviter les titres au delà de 100 €

NB: Arrêtez moi tout de suite si ce type de débat est interdit sur le forum *

Merci par avance
 

paal

Top contributeur
#2
Bonjour à tous,
J'ai décidé d'ouvrir un PEA et d'y investir 1000 € au départ puis entre 50 et 100 € par mois en moyenne.
Vous avez un objectif de placement, et c'est bien ....

Comme j'ai cru comprendre que vous aviez l'intention de l'ouvrir chez Bourse Direct, vous serez soumis aux courtages qui respectent des paliers (500, 1000, etc ....), et il vous faudra commencer par définir le niveau de vos ordres, surtout dans les mois qui vont venir ....

Etant débutant, je souhaiterai savoir si vous avez des conseils sur les actions à choisir pour un PEA? J'entends par là des valeurs à avoir et qui sécurisent le capital investi.
Exemple: Total ...
Aucune valeur boursière ne sécurise un capital investi ; il faut donc apprendre à maîtriser un risque qui est présent en permanence, même s'il peut être tout à fait variable ....

Mis puisque vous êtes étudiant, vous êtes dans un cycle d'apprentissage d'une ou plusieurs disciplines, et il faudrait que vous en fassiez autant avec les opérations boursières ...

Il se trouve que certaines sites (c'est le cas d'ABC Bourse) proposent la constitution de portefeuilles virtuels, et c'est alors une excellente occasion de les expérimenter, avant de vous lancer en réel, même modeste ....

A noter également que je ne souhaitent pas mettre ces 1000 € sur une seule action, mais au moins sur 3 ou 4 au départ et je souhaite également éviter les titres au delà de 100 €
NB: Arrêtez moi tout de suite si ce type de débat est interdit sur le forum *
Merci par avance
Non, au contraire, et même s'il existe des opinions divergentes, et tant que l'on reste dans le cadre des règles définies par le site, tout débat de bonne tenue est le bienvenu ...

J'ai consulté ma liste de valeurs (constituée sur ABC Bourse), et j'ai retenu des valeurs dominantes dans leur secteur, à savoir Axa au niveau des assurances, et Michelin (ou Faurecia) dans le domaine des équipementiers automobiles ...

Pourquoi ces 2 valeurs ?
Parce qu'elles présentent actuellement deux tendances opposées, et qu'il est utile d'apprendre dans une tendance haussière autant que dans une tendance baissière ...
 
Dernière modification:
#3
Aucune valeur boursière ne sécurise un capital investi ; il faut donc apprendre à maîtriser un risque qui est présent en permanence, même s'il peut être tout à fait variable ....
Merci pour votre retour.

Je citais Total comme exemple, car en analysant l'évolution sur les 10 dernières j'ai pu remarquer que le titre était toujours en croissance.

Après je regarde également s'il y a un éventuel dividende à percevoir.

Mais est-ce que les grosses entreprises sont des valeurs à avoir , elles semblent plus "sûres" que de plus petites valeurs (arrêtez moi si cette idée est complètement erronée)

Ensuite j'essaye de me projeter dans 5 -10 ans en me disant " Quels sont les marchés d'avenir, et quelle entreprise est déjà dans le coup ? "

Par exemple, il y a une start-up Française de navette autonome qui est entrée en bourse cet été, est-ce que le risque vaut la peine d'être pris ? Le titre est autour de 6 euros
 

paal

Top contributeur
#4
Merci pour votre retour.
Je citais Total comme exemple, car en analysant l'évolution sur les 10 dernières années j'ai pu remarquer que le titre était toujours en croissance.

Après je regarde également s'il y a un éventuel dividende à percevoir.
Disons que le titre est majoritairement (et non toujours) en croissance modérée, et qu'il est tributaire de son marché dominant qu'est le marché pétrolier, qui devrait devenir de plus en plus volatil, au fur et à mesure de l'épuisement prévisible des ressources à long terme ; vous remarquerez que même sur une échelle mensuelle, il présente des ondulations assez marquées ...

https://www.abcbourse.com/graphes/temp/2vlqbfaw.rjx.png

Mais est-ce que les grosses entreprises sont des valeurs à avoir, elles semblent plus "sûres" que de plus petites valeurs (arrêtez moi si cette idée est complètement erronée)
Le maître mot de la gestion boursière, c'est la diversification, diversification des secteurs, des zones géographiques et des tailles d'entreprises ...

Vous comprendrez mieux que plus il y aura de diversification, plus la taille du portefeuille devra suivre ...

Ensuite j'essaye de me projeter dans 5 -10 ans en me disant " Quels sont les marchés d'avenir, et quelle entreprise est déjà dans le coup ? "
En l'an 2000, et une fois le bug du passage d'un siècle à l'autre vécu comme une assez vaste plaisanterie, on va dire que nous sommes entrés dans le siècle par les technologies, et depuis les années 80 (ce n'est pas si vieux que cela), c'est un secteur qui aura énormément progressé ...

Par exemple, il y a une start-up Française de navette autonome qui est entrée en bourse cet été, est-ce que le risque vaut la peine d'être pris ? Le titre est autour de 6 euros
Votre exemple me fait penser à cette période de la fin du siècle écoulé (1998-2005), et à la revendication que la nouvelle économie, allait mettre au rebut l'ancienne économie qui allait succomber (et c'est ce qui se disait à l'époque ...) ; comme si Air Liquide, Total et quelques autres allaient purement et simplement sortir du paysage boursier ...

Nous ne sommes que quelques années plus tard, et qu'en est-il ?
Les prédictions de l'époque se sont-elles réalisées, et toutes les start-up de l'époque ont-elles réussi ?
La réponse aux deux questions est négative !!

L'ancienne économie aura persisté, et parmi les start-up, celles qui auront réalisé un chiffre d'affaire sur un secteur porteur auront survécu ; mais combien sur la quirielle de toutes les autres qui ne promettaient que des budgets de R&D, et un endettement à défier tous les ratios des plus mauvais économistes .....
 
Dernière modification:

Tomas466

Contributeur régulier
#5
Et n'oubliez pas que nous sommes depuis 10 ans dans un marché actions haussier en moyenne (en France en tout cas, mais aussi ailleurs), le dernier point bas du CAC40 datant de début 2009. Même si certains pipoconomistes économistes plus ou moins sérieux clament que le krach est pour-demain-c'est-sûr-achetez-mon-livre-pour-vous-protéger, le consensus est que les marchés mondiaux sont hauts et qu'il arrivera bien un jour prochain où on subira des -30%/-40% en quelques semaines ou mois. Là il est impossible de prédire ce qu'il se passera.

Un seul maitre-mot : diversification ! (au sein de votre PEA mais aussi de votre épargne)
 

poam5356

Modérateur
Staff cBanque
#7
Paal, très pédagogue, a dressé les lignes directrices qui doivent diriger les réflexions d'un investisseur particulier que nous sommes tous.
Je vais descendre dans l’écheveau de la réflexion boursière.
Pensez d'abord macro économie :
Les taux remontent après 30 ans de baisse.
Même si la hausse se mesure en 1/10ème de point, elle est réelle.
C'est plus la tendance qu'il faut prendre en compte.
Ceci signifie qu'il ne faut pas investir sur les entreprises endettées, et encore moins sur le secteur obligataire.
Evitez les secteurs qui ont besoin de capitaux :
- L'immobilier et donc les foncières cotées en bourse.
- Les entreprises qui dégagent peu de croissance mais procurent du rendement comme les services à la personne.
- Les entreprises de téléphonie très endettées.
A l'inverse, le secteur financier profitera d'une remontée des taux.
Axa, BNP, Amundi, Crédit Agricole, SG devraient s'apprécier avec la normalisation de la politique monétaire de la BCE.

D'un autre côté, des secteurs profitent des mutations de nos sociétés. Le secteur de la santé profitera pleinement du vieillissement des populations.
Si on confronte ces 2 tendances, on devrait écarter des sociétés comme Orpea ou Korian (maisons médicalisées) qui sont très endettées. Orpea vient d'ailleurs de dévisser en bourse avec la récente petite hausse des taux en France.
Donc : méfiance, toujours regarder le niveau d'endettement d'une entreprise avent d'investir quand on est dans une tendance haussière sur les taux.

Je citais Total comme exemple, car en analysant l'évolution sur les 10 dernières j'ai pu remarquer que le titre était toujours en croissance.
Après je regarde également s'il y a un éventuel dividende à percevoir.
Mais est-ce que les grosses entreprises sont des valeurs à avoir , elles semblent plus "sûres" que de plus petites valeurs (arrêtez moi si cette idée est complètement erronée)
Bien sûr que l'on peut... correction : Que l'on doit avoir en portefeuille.
Total est capable de délivrer un rendement régulier en totale indépendance des cycles du pétrole. 30€ il y a 2 ans, 80 aujourd'hui, le rendement est de 5% et les cours amortissent le grand écart des prix du brut.
C'est ma valeur fond de portefeuille par excellence.
Ce n'est pas pour rien qu'on les appelle action de fond de portefeuille. Ce sont les plus grosses capitalisations de la cote. Elles existent depuis très longtemps et leur modèle économique ne peut être remis en cause. Total, Air Liquide, L'Oréal, LVMH, ont leur place dans un portefeuille.

Ensuite j'essaye de me projeter dans 5 -10 ans en me disant " Quels sont les marchés d'avenir, et quelle entreprise est déjà dans le coup ? "
Des marchés d'avenir... Vous les connaissez, non?
Suffit de regarder les infos pendant quelques jours pour commencer à les cerner.
Des thématiques à jouer :
- La révolution numérique et la digitalisation des entreprises (robotique, dématérialisation des documents, voiture autonome, etc)..
- Le vieillissement de la population (silver age).
- L'écologie (qui est mal valorisée par la bourse).
- La sécurité (individuelle, informatique ou militaire).

Par exemple, il y a une start-up Française de navette autonome qui est entrée en bourse cet été, est-ce que le risque vaut la peine d'être pris ? Le titre est autour de 6 euros
Non, clairement non, ne prenez pas ce risque.
Je pense que vous voulez parler de Navya.
On est exactement aux antipodes des actions de fond de portefeuille. Elles sont petites, très jeunes, non rentables et se bagarrent sur des marchés très concurrentiels. 1 sur 100 s'en sortira.
Mieux vaut investir sur des OPCVM ou des ETF pour mutualiser les risques et déléguer la gestion à des spécialistes des secteurs concernés :
Echiquier Artificial Intelligence, Pluvalca Disruptive Opportunities, CPR Invest Global Disruptive Opportunities.
Ou sur 1 ETF, c'est le seul que je connaisse sur le secteur : Lyxor Stoxx Europe 600 Technology (TNO), éligible PEA.
Les entreprises qui bénéficieront le plus de la révolution numérique sont sans doute à chercher aux USA : Amazon, Google, Microsoft, etc.
En France, ce sont les SII (Cap Gemini), ou de petites entreprises comme Esker ou Solution 30 qui surfent sur la digitalisation des entreprises ou développent les infrastructures nécessaires à la numérisation de la société.
Les équipementiers automobiles sont des entreprises de demain en intervenant sur des domaines en plein essor : écologie, sécurité, révolution numérique et véhicule autonome ou assisté.
Malgré cet avenir supposé radieux, le secteur est en pleine déroute à cause de la guerre commerciale lancée par Trump sur les droits de douane. Une entreprise comme Valeo a perdu 50% de sa valeur en 1 an.
Difficile de conseiller d'y investir aujourd'hui quand on ne sait pas jusqu'où ira la baisse.
Et pourtant, Valeo, Plastic Omnium et d'autres, seront largement gagnantes dans quelques années parce qu'elles sont incontournables dans le secteur auto.
Dans la sécurité, au sens militaire du terme, une entreprise comme Thalès doit bénéficier de la montée de l'insécurité internationale et des gouvernements qui augmentent les budgets militaires.
Dans le secteur de l'écologie, l'hydrogène doit prendre une place de plus en plus importante dans l'avenir.
Vous pouvez miser sur une petit entreprise comme McPhy. Entreprise dans laquelle EDF vient de prendre une participation significative. Mais c'est une toute petite entreprise, avec tout ce que cela implique comme risque.
Morgan Stanley vient de réaliser une étude sur le marché mondial de l'hydrogène : industrie et transports.
Un marché qui pourrait être multiplié par 20 au cours des 30 années à venir et représenterait alors ce que représente le marché pétrolier actuellement.
A très long terme, c'est Engie qui devrait en profiter, mais le grand bénéficiaire français sera Air Liquide.
C'est une thématique à jouer, surtout Air Liquide : valeur de fond de portefeuille par excellence, au parcours régulier (hausse moyenne annuelle de plus de 10% depuis 20 ans) et qui chouchoute ses actionnaires.
Quant au luxe à la française, inutile de le présenter ici : LVMH, Kering, Hermès... Les parcours sont spectaculaires et sont des titres de fond de portefeuille.

Vous avez de quoi faire, non?
 
Dernière modification:

paal

Top contributeur
#9
Paal, très pédagogue, a dressé les lignes directrices qui doivent diriger les réflexions d'un investisseur particulier que nous sommes tous.
Je vais descendre dans l’écheveau de la réflexion boursière.
Bigre !
Deux intervenants qualifiés de pédagogues qui, chacun à leur façon, me semblent bien se compléter ....

A bientôt sur la moulinette ......
 
Haut