Assurance emprunteur : la botte secrète de votre banque pour vous retenir

Jeune couple face à son conseiller
© ldprod - Fotolia.com

Souscrire une assurance individuelle plutôt que le contrat groupe de sa banque permet, pour les meilleurs profils, de diviser par 10 le coût de l’assurance de son prêt immobilier. Pourtant, en dépit des évolutions réglementaires, la délégation d’assurance emprunteur reste rare, et ce, parce que les banques ont dégainé leur botte secrète.

Stimuler la concurrence pour améliorer les couvertures et baisser le prix de l’assurance emprunteur : ce sont les deux objectifs des évolutions réglementaires impulsées par Christine Lagarde (2010), Benoît Hamon (2014) et Martial Bourquin (2018). La première a ouvert le marché de l’assurance de prêts immobiliers aux acteurs non bancaires. La loi Hamon a ensuite permis aux emprunteurs de résilier leur contrat, quand ils le souhaitent, durant les 12 premiers mois. Et, depuis janvier 2018, il est désormais possible de passer à la concurrence tous les ans, à la date anniversaire de la signature de l’offre de prêt. A la clef, de réelles économies pour les assurés au profil peu risqué ! Ainsi, pour un trentenaire qui ne fume pas et occupe un emploi de bureau, le prix de son assurance emprunteur peut passer de 0,40% (taux annuel sur le capital emprunté) avec le contrat groupe de sa banque à 0,04% en optant pour un contrat individuel d’un assureur alternatif (1).

Et pourtant, les banques contrôlent 85% du marché de l’assurance emprunteur, un chiffre qui serait stable année après année. « La grande inquiétude des banques de voir partir leurs clients existants vers des assureurs ne s'est pas réalisée. Sur l'année 2018, seulement entre 1% et 2% du stock, selon les enseignes, a fait l'objet d'une renégociation de l'assurance emprunteur », souligne Charles Berkovits, directeur général adjoint de CBP, gestionnaire d’assurances de prêt.

A voir aussi : Le sénateur Bourquin veut mettre les banques à l'amende sur l'assurance emprunteur

Une stratégie en trois actes

Est-ce que cela signifie que la législation n’a eu aucun impact ? Non, assurent les professionnels du secteur. Selon Charles Berkovits, « ce qui a réellement bougé, c'est le comportement des clients. Plus sensibilisés sur la réglementation, ils arrivent de plus en plus devant leur banquier avec des propositions alternatives ». Et en réponse, les banques ont développé une stratégie bien rodée, en un, deux, voire trois actes !

Tout d'abord, lorsqu’un emprunteur manifeste son mécontentement, les établissements bancaires commencent par diminuer le prix de leur contrat groupe de 20% à 30%. Et une telle ristourne n’est pas exceptionnelle. Suite à l’amendement Bourquin, la majorité des réseaux commerciaux - BNP Paribas, Crédit Agricole ou encore la Société Générale - auraient, selon plusieurs sources, adopté cette stratégie. Mais, pour les jeunes actifs notamment, cette réduction ne suffit pas toujours à rendre le contrat de la banque compétitif face à la délégation d’assurance. Dans ce cas, l’enseigne passe au plan B : le contrat individuel de sa filiale.

En effet, les groupes bancaires disposent de leur propre compagnie d’assurance, ce qu’ils appellent leur captive. A la Société Générale, il s’agit de Sogecap. Chez BNP Paribas, elle s’appelle Cardif. Quant à l’assureur Predica, il appartient au Crédit Agricole. Ainsi, lorsqu’un emprunteur est tenté par l’assurance individuelle d’un concurrent, son conseiller bancaire est en capacité de lui faire une contre-proposition en piochant dans le catalogue de la société d’assurance filiale.

Des comparateurs internes d'assurance emprunteur

Encore trop chère ? Le banquier sort alors sa botte secrète. Il se transforme en courtier allant jusqu'à vanter les mérites de l’assurance emprunteur d’un concurrent. Ciblant ainsi essentiellement les jeunes emprunteurs, « certaines enseignes se sont dotées de plateformes comparatives où sont recensées leur contrat groupe, le contrat individuel de la captive, plus deux ou trois contrats de compagnies d'assurance concurrentes », observe Jean-Christophe Boccon-Gibod, patron du courtier Le Partenaire et d’Eloa.

Ce virage est facilité par des intermédiaires, comme CBP et BPSIS, qui démarchent et développent des offres sur-mesure. Interrogé, le directeur général adjoint de CBP explique effectivement que « certaines enseignes, comme les Banques Populaires, les Caisses d'Epargne ainsi que, prochainement, Milleis Banque [ex-Barclays France, ndlr] ont fait le choix d'avoir à côté du contrat groupe, plusieurs assurances emprunteurs individuelles de producteurs différents ». Autre exemple : la Société Générale qui propose dans le cadre de son partenariat avec la Banque Française Mutualiste (BFM) le contrat de CNP.

Est-ce une tendance de fond ou une stratégie testée par quelques établissements ? La Fédération française de l’assurance n’a pas donné suite à nos sollicitations. Cependant, les résultats de CBP plaident en faveur d’un réel essor de cette solution défensive. L’intermédiaire revendique avoir dépassé le million de contrats d’assurance emprunteur individuels souscrits, dont 200 000 uniquement sur l’année 2018, ce qui représente donc une croissance de 25% sur un an de ce pan d’activité.

Faire jouer la concurrence reste pertinent

Les réseaux bancaires y trouvent aussi leur compte. Leurs clients continuent ainsi à les considérer comme des interlocuteurs sur l’assurance. « La banque aura plus de marge de manœuvre pour vendre par la suite une assurance habitation par exemple », résume Charles Berkovits. A court terme, l’enjeu est aussi pécuniaire. Devenant apporteur d’affaires pour les compagnies d’assurance, la banque touche une rémunération quand elle distribue le contrat d’un concurrent. « Une régulation s'est opérée quant à la commission de courtage retenue par les banques ; elle oscille autour de 20% », détaille Jean-Christophe Boccon-Gibod.

Qu’en est-il du côté de l’assuré ? Réalise-t-il autant d’économies qu’en contractualisant en direct avec l’assureur ? La réponse est plus mitigée. Car la commission prise par la banque peut être réintégrée dans la prime d’assurance du client. Toutefois, selon le patron du courtier Le Partenaire, l’écart reste faible : « qu'une assurance individuelle soit distribuée par une banque ou directement par l'assureur, c'est le même contrat. Ce n'est pas dans l'intérêt de la banque d'appliquer une commission trop élevée qui risque de rapprocher le coût du contrat individuel de celui du contrat groupe ».

A lire également : 8 conseils pour négocier soi-même son crédit immobilier

(1) Simulation faite le 31 mai 2019 sur le comparateur Meilleurtaux pour une personne âgée de 30 ans ayant emprunté 200 000 euros sur 20 ans avec une assurance emprunteur minimale couvrant son décès et la perte totale et irréversible d’autonomie.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Juin 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 3 juin 2019 à 15h09 - #1Alexandre V

La plupart des acteurs du marché sont surtout équipé d'un comparateur de contrat proposé par l'entreprise Profideo

Trouvez-vous ce commentaire utile ?12

Ajouter un commentaire