Crédit immobilier : Pretto veut casser les codes

Pretto, courtier immobilier
DR

Simplifier le crédit immobilier et le rendre plus transparent : c’est l’ambition du courtier Pretto. Sa particularité : en quelques minutes et sans prise de contact avec un conseiller, il délivre un taux d’intérêt personnalisé. Explications de Pierre Chapon, le co-fondateur de Pretto.

Quelle est la genèse du projet Pretto ?

Pierre Chapon : « Mon associé et moi sommes deux ingénieurs qui souhaitions monter une société dans les services financiers. Nous nous sommes lancés sur le courtage immobilier suite nos expériences personnelles avec le crédit immobilier. Nous trouvions le processus très complexe et peu transparent… La technologie n’ayant, à notre sens, pas encore infusé dans ce segment de la banque de détail. »

L’usage de la technologie est donc ce qui vous différencie principalement des courtiers traditionnels ?

« Dès la première simulation, nous communiquons un taux d'intérêt affiné »

P.C. : « Depuis notre espace client, l’internaute peut suivre l’avancée de son projet, échanger avec un conseiller et constituer son dossier. Il peut modifier en toute autonomie son besoin de financement (apport, durée d’emprunt, travaux...) et le conseiller est directement notifié des changements. Mais la technologie est présente bien en amont. Dès la première simulation, sans que l’internaute ait besoin de renseigner ses coordonnées, nous lui communiquons directement un taux d’intérêt. Pour ce faire, nous utilisons des algorithmes qui s’appuient sur les dossiers déjà instruits auprès des banques. Ils nous permettent d’avoir une idée précise des projets financés et des taux pratiqués en ce moment par les établissements. Cela nous permet de fournir une première estimation plus fine que les seuls barèmes des banques transmis aux courtiers. »

Pour que cette technologie fonctionne, cela nécessite d’avoir un volume de transactions important…

P.C. : « Au stade de développement où nous sommes, il y a effectivement des régions dans lesquelles nos algorithmes sont plus entrainés. C’est le cas en Ile-de-France qui concentre la part la plus importante de notre activité et où nous sommes présents depuis notre lancement. »

Signalez-vous aux internautes quand le taux n’est pas significatif, comme par exemple en cas de projets immobiliers atypiques ?

P.C. : « Pour un projet complexe – le dixième investissement dans le cadre d’une société civile immobilière par exemple –, donner un taux précis est plus compliqué. Dans ce cas, l’humain prend le relais. »

Concrètement, quels services proposez-vous aux candidats à l’emprunt immobilier ?

« Le client est accompagné par un unique conseiller qui le suit de A à Z »

P.C. : « L’accompagnement que nous proposons peut être scindé en deux étapes. Durant la première, le client va affiner son projet. A ce stade, nous ne discutons pas avec la banque et nous aidons l’internaute à déterminer son besoin de financement et à monter son dossier. Dans un deuxième temps, nous ciblons les banques les mieux positionnées grâce à notre technologie. Et comme n’importe quel courtier immobilier, nous entrons dans une phase de négociation avec elles. Durant l’ensemble du processus, le client est accompagné par un unique conseiller qui le suit de A à Z, de la simulation jusqu’à la signature de l’acte de vente. La relation entre l’expert crédit et le client passe beaucoup par SMS, e-mails et chat. Le client ne rencontre jamais son conseiller. Il a accès à son agenda et peut fixer des rendez-vous téléphoniques. »

Vous arrivez à avoir le même rapport de force qu’un courtier ayant pignon sur rue ?

P.C. : « Les banques valorisent d’abord la qualité des dossiers pour consentir des conditions d’emprunt intéressantes. Le fait que nous ciblions chirurgicalement les banques pertinentes signifie, pour elles, qu’elles ne vont pas travailler pour rien. Ensuite, l’importance d’un réseau de courtage s’apprécie localement et non à l’échelle de la France entière. A Paris notamment, de part notre volumétrie, nous avons noué des relations solides avec les banques. »

Vous travaillez avec l’ensemble des banques de la Place ?

P.C. : « Globalement oui. Nous sommes vus par les banques comme un courtier, et avons donc progressivement accès à l'ensemble des banques qui fonctionnent avec des courtiers. »

Vos services de courtage en ligne sont gratuits pour le particulier. Vous vous rémunérez donc uniquement avec les commissions versées par les banques ?

« Nous ne facturons pas d'honoraires aux clients »

P.C. : « Concernant notre modèle économique, nous n’innovons que partiellement. Tous les courtiers sont des apporteurs d’affaires pour les banques et à ce titre perçoivent des commissions lorsqu’un dossier est accepté. Nous avons néanmoins décidé de ne pas cumuler cette commission avec des honoraires facturés aux clients, quand traditionnellement les courtiers se rémunèrent des deux côtés. »

Combien de personnes ont fait appel à vos services ?

P.C. : « Nous ne communiquons pas à ce stade sur le nombre de clients finalisés. Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que, en toute autonomie, l’utilisateur peut déjà obtenir un semblant de pré-devis. En 2018, 100 000 internautes ont ainsi effectué une simulation sur Pretto. Parmi eux, une petite partie est devenue cliente. Depuis notre lancement, nous avons accordé pour 250 millions d’euros de prêts. »

Vous venez de lever 8 millions d’euros. A quoi va servir cet argent frais ?

P.C. : « Nous allons doubler l’équipe technique pour renforcer notamment la fiabilité de nos algorithmes. Nous voulons aussi apporter plus de valeur aux banques : la technologie peut améliorer significativement l'efficacité du traitement entre un intermédiaire et les banques, et nous investissons sur des développements en ce sens. Concernant nos experts crédits, des campagnes de recrutement et de formation sont prévues. Nous avons en effet pour projet d’ouvrir un second centre d’expertise en province, en complément de l’équipe de conseillers déjà installée à Paris. »

Fiche d'identité : Pretto
ActivitéCourtier immobilier en ligne
Site webwww.pretto.fr
Date de créationJanvier 2017
Date de lancementAvril 2017
Clientèle viséeGrand public
Chiffre d'affairesNon communiqué
Nombre de prêts réalisésNon communiqué (plus de 250 millions d'€ de prêts octroyés en 2018)
Effectif actuel40
Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Mars 2019