Voiture neuve : les Français délaissent le crédit auto pour la LOA

Stock de voitures neuves
© Tomasz Zajda - Fotolia.com

La production annuelle de prêts à la consommation n’a progressé que de 2% en novembre 2018, une évolution qui contraste avec les mois précédents. S’agissant du crédit pour les automobiles neuves, les banques ont même diminué de 5% les montants prêtés.

Il y a encore quelques années, lorsque vous souhaitiez acheter un véhicule neuf, tout naturellement, vous preniez rendez-vous avec votre banquier pour obtenir un crédit. Désormais, cet enchaînement devient de plus en plus rare… Les Français privilégiant la location avec option d’achat (LOA) pour changer d’auto. Les derniers chiffres publiés le 15 janvier dernier par l’Association française des sociétés financières (ASF) - qui fédère quelques 285 établissements de crédit, établissements de paiement, sociétés de financement et autres banques spécialisées – le confirment une nouvelle fois.

Trois fois plus de LOA que de crédits auto neuve

Et pour cause, en novembre 2018, les adhérents de l’ASF ont accordé pour 184 millions d’euros de crédits automobiles neuves, en repli de 5% sur un an. Et ce mois-ci n’est pas une exception. Novembre dernier est en effet le 4ème mois consécutif durant lequel les banques ont moins prêté pour financer l’achat de véhicules neufs. En revanche, la LOA, qui se souscrit souvent directement chez le concessionnaire, domine le marché de l’automobile neuve. En novembre, ces opérations ont brassé 640 millions d’euros (+8,3% sur un an), soit 3,5 fois plus que la production de crédits auto classiques.

Dans une moindre mesure, la montée en puissance de la LOA s’observe également concernant le financement des véhicules d’occasion. Les concernant, les opérations de location avec option d’achat ont bondi de plus de 30% en novembre 2018, quand, en parallèle, la production de prêts automobiles d’occasion a progressé de 8,7% par rapport à novembre 2017. Toutefois, quand on regarde les montants en jeu, la LOA sur les véhicules d’occasion reste marginale. 39 millions d’euros ont été octroyés par ce biais en novembre, contre 319 millions d’euros pour le prêt amortissable classique.

Concernant les autres prêts affectés, la production du crédit à la consommation apparaît plus dynamique en novembre : +6,8% pour le crédit travaux (296 millions d’euros financés) et +10,1% pour les autres biens et services (70 millions d’euros). Leur progression diminue toutefois par rapport au mois précédent. En octobre, la production annuelle de prêts travaux et de biens divers avait alors grimpé respectivement de 15,6% et 21,3%.

Lire aussi : ce qu'il faut savoir avant d'opter pour la LOA

Un coup de mou sur le prêt personnel et le crédit renouvelable

Le prêt personnel, qui représente un tiers de la masse totale des crédits, est lui resté plutôt stable en novembre, à +0,9% par rapport à l’année précédente. Toutefois, cela contraste avec les précédentes statistiques de l’ASF. En octobre 2018, la production de ce type d’emprunt, qui ne nécessite pas de justifier de l’usage de l’argent, avait alors bondi de 6,7%. Le crédit renouvelable connaît lui aussi un repli. Les montants ainsi empruntés ont baissé de 3,4% à 878 millions d’euros en novembre dernier.

Conséquence de ce mois de novembre moins porteur pour les établissements de crédit, la production de prêts à la conso, tous types de crédits confondus, a progressé de 2% seulement, après avoir grimpé de plus de 9% en octobre. Certains y verront probablement l’impact du mouvement des Gilets jaunes, suspecté d’avoir freiné l’activité des zones commerciales.

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Janvier 2019