Crédits immobiliers : des taux en hausse mais encore loin de la cote d'alerte

prix des maison en hausse
© aytuncoylum - Fotolia.com

En ce début de mois de décembre, les barèmes de taux de crédits immobiliers affichés par les banques frémissent légèrement à la hausse. Pas de quoi tirer la sonnette d’alarme toutefois, pour les courtiers spécialisés, qui constatent que les conditions de financement restent très favorables aux emprunteurs.

Des banques toujours en quête de nouveaux clients pour boucler leurs objectifs annuels ; d’autres qui ont déjà commencé à lever le pied. Le marché français du crédit immobilier est traversé par des tendances contradictoires en ce début de mois de décembre. Rien d’anormal toutefois, il s’agit d’une « situation classique de fin d’année », estime Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com : « Certains établissements choisissent de remonter de 0,10% leur moyenne, d’autres au contraire baissent dans les mêmes proportions et les dernières restent stables ». « Quelques enseignes nationales ont augmenté (ou vont augmenter) leurs grilles de taux », confirme Empruntis. Mais « il faut remettre ces augmentations dans le contexte », explique Cécile Roquelaure, directrice de la communication et des études du courtier. « (…) Nous sommes (…) loin de la fin des taux bas. »

« Un engougement inédit pour les décotes »

Il est d’autant plus difficile pour les courtiers de dégager une tendance claire que la disparité des offres de taux existe non seulement d’une banque à l’autre, mais aussi au sein des banques elles-mêmes. « Nous avons constaté, tout au long de l'année 2018, un réel engouement pour les décotes », explique ainsi Cécile Roquelaure. « Si les banques nous transmettent toujours leurs grilles tarifaires, celles-ci ont de moins en moins de sens et sont de plus en plus de l'ordre de l'indicatif ». Confirmation de Meilleurtaux, qui observe également « de très légères hausses pour les profils les moins aisés et toujours des baisses et des grosses décotes pour les profils hauts de gamme ».

Les taux du marché, début décembre, selon les courtiers

  • Empruntis - Prêt immobilier sur 10 ans : 1,10% ; 15 ans : 1,35% ; 20 ans : 1,60% ; 25 ans : 1,85%
  • Meilleurtaux - Prêt immobilier sur 10 ans : 1,10% ; 15 ans : 1,39% ; 20 ans : 1,59% ; 25 ans : 1,80%
  • Vousfinancer - Prêt immobilier sur 15 ans : 1,30% ; 15 ans : 1,39% ; 20 ans : 1,59% ; 25 ans : 1,80%
  • Le Partenaire - Prêt immobilier sur 10 ans : 1,03% ; 15 ans : 1,25% ; 20 ans : 1,50% ; 25 ans : 1,69%

Retournement de tendance en 2019 ?

Avec les fêtes de fin d’année, le marché du crédit immobilier va s’offrir sa pause traditionnelle, période où, rappelle Maël Bernier aux emprunteurs, « les taux de traitement des dossiers pourrait (…) légèrement augmenter ». La nouvelle année commencera ensuite comme la précédente s’est terminée, « avec des barèmes toutes durées confondues toujours largement sous la barre des 2% », promet Meilleurtaux.

Est-on néanmoins en train d'assister aux prémices du retournement de tendance annoncé depuis de longs mois ? Pour Philippe Taboret, la réponse est clairement oui. « Il s’agit pour [les banques] de préparer l'avenir », analyse le directeur général adjoint de Cafpi. « Avec une conjoncture pour 2019 pleine d'aléas, la fin annoncée des rachats de dettes d’Etats pour la BCE au cours du 1er semestre, et l'annonce d'une probable remontée des taux directeurs au 2e semestre, les banques anticipent en remontant légèrement leurs conditions de crédit ».

2019, « une année de transition »

Plus qu’une franche rupture, 2019 sera une « année de transition », tempère de son côté Cécile Roquelaure, d’Empruntis, avec des tendances toujours contradictoires entre et au sein des banques, et des effets incertains : « A droite, des banques qui se fixent toujours des objectifs élevés et qui donc auront à cœur de maintenir le niveau des taux attractifs (…). A gauche : une problématique sur les marges de l'activité crédit immobilier, encore resserrées du fait des dernières réglementations, une offre de biens toujours insuffisante et un premier trimestre qui pourrait être attentiste (effet psychologique pouvoir d'achat, taxes, et prélèvement à la source). Qui sortira gagnant de ce match ? »

Crédit Logement confirme la hausse

1,44% : l’Observatoire Crédit Logement-CSA, qui se base sur les données de l’organisme de cautionnement, a également noté une légère hausse du taux moyen des crédits à l’habitat en novembre, après une baisse au 1er semestre et une période de stabilité depuis l’été. Les taux, note cet observatoire, restent toutefois proches de leur plancher historique et inférieurs à l'inflation.

Lire aussi : Crédits immobiliers : les taux se redressent en novembre

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Décembre 2018

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire