Crédit conso : une demande sur deux pour l'automobile

  • Par
Voiture dans un chariot de courses
© alexstr - Fotolia.com

Meilleurtaux vient de publier le portrait de l’emprunteur-type. Mais cette fois-ci, le courtier ne se penche pas sur le crédit immobilier, mais sur le crédit à la consommation. Ainsi, 47% des demandes de financement soumises au courtier concernent des crédits auto.

Alors que la production de crédit à la consommation est repartie à la hausse en 2014 (+1,1% par rapport à 2013), le courtier Meilleurtaux a dressé le portrait de l’emprunteur-type, sur la base des demandes qu’il reçoit (« près de 100.000 […] par an »).

Ainsi, le montant du prêt moyen est estimé à 11.449 euros, à rembourser en 47 mensualités. Meilleurtaux précise néanmoins que les crédits travaux et auto sont généralement d’une durée supérieure à 4 ans, contrairement à la trésorerie et aux prêts personnels affectés. « C’est évidemment lié à l’emprunt d’un montant supérieur pour ces projets qui nécessite une durée de remboursement plus longue afin de ne pas peser dans l’équilibre budgétaire des familles », constate Maël Bernier, sa directrice de la communication.

En effet, le montant moyen d’un prêt auto (qui représente environ 47% des demandes de prêt conso chez Meilleurtaux) est de 12.800 euros, celui d’un prêt travaux 15.000 euros (14%), contre 8.500 euros pour un prêt personnel (19%) et 8.400 euros pour de la trésorerie (20%).

Des revenus disparates selon le type de prêt

L'emprunteur est en moyenne âgé de 38 ans. Là encore, Meilleurtaux note des différences : un peu moins de 37 ans pour le crédit auto contre près de 44 ans pour le prêt travaux. Même chose pour le revenu moyen de l’emprunteur-type. Seul, il perçoit en moyenne 1.707 euros par mois, contre 2.259 euros de revenus pour un couple. D’ailleurs, les couples ont tendance à demander le financement d’une voiture ou de travaux, tandis que les célibataires ou divorcés souscrivent ces crédits pour des prêts personnels affectés ou pour combler un besoin de trésorerie. Le courtier remarque également que « le plus “riche“ est l’emprunteur pour un crédit travaux avec 2.244 euros nets mensuels, et le plus “pauvre“ est l’emprunteur d’un prêt personnel avec 1.351 euros nets par mois ».

Habitué à établir le portrait robot de l’emprunteur immobilier, Meilleurtaux en profite pour établir un comparatif, par la voix de Maël Bernier. « Le constat est simple si l’âge est quasi-identique, les revenus d’un foyer varient du simple au double entre les emprunteurs d’un crédit à la consommation et ceux d’un crédit immobilier, à la faveur de ces derniers. »

Partager cet article :
Émilie LONGIN

© cbanque.com / EL / Mai 15