Hello Bank!

Carte débit différé ou débit immédiat : comment choisir ?

Femme tendant une carte bancaire
© olgapetter - Fotolia.com

C’est une tendance lourde des brochures tarifaires des banques : le prix des cartes à débit différé, historiquement plus élevé, se rapproche de celui du débit immédiat. Dans ce contexte, faut-il opter pour le débit différé ? Revue des avantages comparés des deux types de cartes bancaires.

0,87 euro : au 1er janvier prochain, ce sera l’écart du prix annuel moyen d’une carte Visa Premier à débit immédiat, par rapport à la même carte en débit différé (1). Autant dire pas grand chose, voire rien dans certaines enseignes qui ont aligné les deux tarifs.

Bref, l’écart de coût qui séparait historiquement les cartes à débit immédiat de celles à débit différé n’existe plus ou presque plus. La raison de cette convergence est simple : au cours des dernières années, le prix des cartes à débit immédiat a continué d'augmenter, tandis que celui des cartes à débit différé restait quasi-stable ou baissait.

CarteCotisation
janvier 2014
Cotisation
janvier 2019
VisaDébit immédiat38,31 €43,47 € (+13,17%)
Débit différé45,94 €44,83 € (-2,41%)
Écart7,63 €1,36 €
MastercardDébit immédiat38,05 €42,72 € (+12,27%)
Débit différé46,07 €44,62 € (-3,14%)
Écart8,02 €1,90 €
Visa PremierDébit immédiat121,36 €126,87 € (+4,54%)
Débit différé124,75 €127,74 € (+2,39%)
Écart3,39 €0,87 €
Mastercard GoldDébit immédiat116,76 €124,99 € (+7,04%)
Débit différé124,07 €126,25 € (+1,75%)
Écart7,31 €1,26 €
État de la tarification au 19/11/2018

Cette évolution peut étonner. Les cartes à débit différé, en effet, offrent un service supplémentaire : un décalage de trésorerie, sorte de crédit gratuit à très court terme, qui représente un coût pour les banques. Pourquoi alors les enseignes ont-elles massivement décidé d’aligner les prix des deux débits ? Tout simplement parce que les cartes à débit différé, depuis 2015, leur rapportent plus à l’usage que les cartes à débit immédiat.

Lire sur le sujet : Pourquoi la carte de crédit devient moins chère que la carte à débit immédiat

Puisque l’écart des prix n’est plus un argument, faut-il alors se ruer sur le débit différé ? Tout dépend de votre comportement, de vos besoins et de vos objectifs.

Le débit différé, pour la souplesse

Rappel : le débit différé permet de bénéficier d’un délai entre le moment où vous effectuez un achat et le moment où il sera effectivement débité de votre compte. Le solde de l’ensemble des dépenses du mois précédent est ainsi débité en une fois, à date fixe, en général après le versement du salaire. La carte à débit différé est donc particulièrement intéressante pour les personnes en quête de souplesse dans la gestion de leur argent. Exemples :

  • les professionnels qui doivent avancer certaines dépenses (repas, hôtels, essence) liées à leur activité : le débit différé leur permet d’être remboursés par leur entreprise avant même que les achats soient effectivement débités ;
  • les voyageurs qui doivent s’acquitter de cautions pour la location de voitures ou la réservation d’une chambre d’hôtel. A l’étranger d'ailleurs, certains loueurs n’acceptent que les cartes à débit différé.

Le débit différé peut aussi être utile dans des cas de figures plus ponctuels :

  • pour faire face à un coup dur entraînant une grosse dépense (un sinistre automobile, une chaudière qui rend l’âme…) ;
  • pour avancer l’argent d’une dépense commune ;
  • pour se faire plaisir avec un bien coûteux : un ordinateur, un voyage, etc.

« Le différé occasionne des dépenses supérieures »

L’usage du débit différé impose également de bénéficier de rentrées régulières d’argent, pour couvrir les dépenses du mois précédent, et de gérer sainement ses finances. « Il faut rester conscient d'une chose : un différé occasionne des dépenses supérieures, car il facilite l'achat impulsif », explique un professionnel de la monétique. « On remarque ainsi que même les bons gestionnaires ont tendance à dépenser plus lorsqu’ils passent en débit différé, et que leur capacité d'épargne s'en trouve généralement réduite. »

Tout le monde peut-il accéder au débit différé ?

La réponse est non. Dans les banques traditionnelles, le choix d’accorder un débit différé à un client dépend généralement de son historique dans la banque, et de l’arbitrage de son conseiller. Exemple chez LCL : « Un score préconise aux conseillers la carte qui semble la plus pertinente au vu des usages et activités bancaires du client. La notion de débit immédiat ou différé fait partie de ce conseil », explique Cathy Lepape, responsable du développement marketing cartes de l’enseigne. « Par ailleurs, ce sont les échanges entre le conseiller et le client qui vont déterminer la carte qui sera en définitive distribuée, celle-ci devant répondre aux attentes et besoins de chaque client ».

« Quelques conditions à remplir dans les banques en ligne »

Dans les banques en ligne, l’obtention d’une carte bancaire, qu'elle soit à débit immédiat ou différé, nécessite généralement de justifier d’un certain niveau de revenus. Mais certaines enseignes ajoutent des contraintes supplémentaires. Chez BforBank et Fortuneo, les cartes d'entrée de gamme, accessibles à partir de 1 200 euros de revenus, ne sont ainsi pas disponibles en débit différé. Hello Bank, de son côté, impose la domiciliation des revenus. Orange Bank, enfin, demande au client de s’engager à verser au moins 1 800 euros par mois sur son compte.

Plus d’infos sur les conditions d’obtention d’une carte bancaire gratuite dans les banques en lignes

Le débit immédiat, pour le contrôle

Malgré ses atouts, la carte à débit différé présente un risque : celui d’avoir de plus en plus de mal, au fil des mois, à équilibrer dépenses et rentrées d’argent. Vos revenus sont limités et/ou irréguliers ? Vous ne disposez pas d’épargne de précaution ? Vous n’êtes pas contraints d’avancer certaines dépenses pour votre travail ? Vous êtes sujets aux achats impulsifs ? Même à prix similaire, la carte à débit différé est à éviter. Mieux vaut dans ce cas détenir une carte qui débite vos dépenses au fil de l’eau, facilitant ainsi le suivi de vos comptes.

« L’instantanéité de plus en plus recherchée »

Un suivi d’autant plus aisé que, de plus en plus souvent, les cartes à débit immédiat fonctionnent en temps réel, avec contrôle de solde et report immédiat du montant des achats. C’est le cas des cartes des néobanques (Nickel, N26, Revolut, Orange Bank) mais aussi des nouvelles cartes d’ING Direct et de BforBank, ou encore de celle d’Eko, l’offre low-cost du Crédit Agricole. « Les clients recherchant de plus en plus l’instantanéité, le débit immédiat correspond mieux à cette préoccupation », conclut Cathy Lepape, de LCL.

La fin des discriminations selon le type de carte

Vous vous apprêtez à réserver en ligne un billet d’avion et, au moment de payer, vous vous rendez compte que vous êtes facturés de frais supplémentaires parce que vous avez opté pour une carte à débit différé… Cette pratique nommée surcharging, courante sur les sites de voyages, va devenir illégale dans l’Espace économique européen, avec l’entrée en vigueur d’un règlement interdisant toute forme de discrimination liée au mode de paiement.

(1) Selon le comparateur de tarifs bancaire de cBanque. Situation tarifaire au 19 novembre 2018, sous réserve de publication de nouvelles brochures tarifaires d’ici le 1er janvier 2019.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Novembre 2018

Commentaires

Publié le 23 novembre 2018 à 11h52 - #1AnDroKtoNe
  • Saint Divy
  • 50 ans

Pour moi c'est débit immédiat.
Je vois les choses ainsi : j'ai l'argent = j'achète, je n'ai pas l'argent ⁼ je n'achète pas.
Vivre à crédit est juste une hérésie surtout si on a peu de moyens financiers (je suis au RSA mais c'est valable pour touTEs ceulles qui gagnent moins de 1500/2000€ par mois).

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 23 novembre 2018 à 20h47 - #2Dr_No
  • Homme

Cela fait plus de 10 ans que je suis a débit différé. Le seul avantage que j'y vois est qu'on y gagne un chouillas en intérêts avec un débit des dépenses du mois N réalisé au début du mois N+1. Sinon, l'effet crédit mini-gratuit n'a aucune influence sur mes achats: je n'achète que ce que je suis en mesure d'acheter. Jamais eu de crédit de ma vie hormis pour l"immobilier. Si je n'ai pas l'argent, je n'achète pas et je patiente, tout simplement.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 24 novembre 2018 à 00h31 - #3tristanyseu
  • Homme
  • Saint-Denis

Bonjour,
Il faut être clair :
En France une carte de DEBIT est liée à un organisme bancaire , elle est improprement
appelée " Carte de crédit"
Une carte bancaire porte la mention DEBIT si elle est à débit immédiat, avec ou sans autorisation systématique.
Une carte bancaire porte la mention CREDIT si elle est à débit différé.
A l'étranger , on parle de DEBIT CARD ou de CREDIT CARD
Une DEBIT CARD correspond à une carte de CREDIT française ( donc rattachée à un crédit d'argent )
Une CREDIT CARD correspond à une carte de DEBIT française.
Je suis passé d'une carte à débit immédiat à une carte de débit différé , le prix étant le même . Cela ne me gêne pas puisque je surveille mes comptes très régulièrement .

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire