Fortuneo

Carte bancaire : 1 petit paiement sur 3 se fait sans contact, selon Visa

Carte bancaire Visa Platinum

A l’occasion de la publication de ses résultats 2015, Visa Europe détaille dans un communiqué quelques chiffres sur les usages de la carte bancaire. Le réseau d’acception, leader en France, souligne notamment la progression du sans contact, désormais utilisé pour un tiers des paiements de moins de 20 euros.

D’année en année, la carte bancaire affirme son emprise sur le marché des paiements en France. Les chiffres dévoilés par Visa Europe le confirment : en 2015, un euro sur quatre dépensé par les Français l’a été par carte, utilisée un jour sur deux en moyenne par ses porteurs.

Cette hausse de la fréquence d’utilisation s’accompagne d’une baisse du montant moyen payé : 45,60 euros en moyenne en 2015, contre 46,60 euros en 2014. Une évolution à rapprocher de l’essor du sans contact, qui a permis de démocratiser l’usage de la carte, au lieu des espèces, pour les achats de faible montant. « 30% des montants inférieurs à 20 euros réglés par carte sont en sans contact », explique Visa Europe. La part des porteurs de cartes Visa sans contact a progressé de 9 points en un an, passant la barre des 50% (53% contre 44%). Dans le même temps, le nombre de terminaux de paiement compatibles est passé à 503.000, soit un tiers du parc.

Près de 45 millions de carte Visa en France

Avec environ 100 millions de transactions, le sans contact reste toutefois une goutte d’eau dans l’océan de Visa Europe, qui revendique 6,35 millions de transactions traitées en 2015 en France - en progression de 10% sur un an - pour un montant total de 289,6 milliards d’euros (+7,8%). La marque dénombre désormais 44,8 millions de cartes en circulation en France, sur un total d’environ 86 millions.

Visa Europe évoque enfin le rapprochement avec l’américain Visa Inc., qui doit se concrétiser au « 2e trimestre 2016 ». Un choix justifié par Nicolas Huss, CEO de Visa Europe : « L’intégration au sein d’une entreprise mondiale nous donnera la puissance financière et l’échelle opérationnelle qui nous permettront de déployer plus rapidement la prochaine génération de paiements dans toute l’Europe en construisant des partenariats de grande envergure avec nos clients, existants ou nouveaux. »

Lire aussi : Pourquoi l'Europe a laissé Visa devenir américain

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Janvier 2016