La Bourse de Paris finit la semaine sans prendre de risque (-0,13%)

Bourse de Paris
© Xiongmao - Fotolia.com

La Bourse de Paris a fini en léger recul (-0,13%) vendredi, préférant ne pas prendre de risques en l'absence de nombreux investisseurs américains et en attendant d'y voir plus clair dans les négociations commerciales entre Washington et Pékin.

L'indice CAC 40 a cédé 7,55 points à 5.905,17 points, dans un volume d'échanges faible de 2,9 milliards d'euros. La veille, il avait fini en léger repli (-0,24%).

Au cours de la semaine écoulée, l'indice a pris 0,20%. Depuis le début de l'année, ses gains atteignent 24,83%.

La cote parisienne a débuté en léger repli, sous le seuil des 5.900 points, avant de s'installer à proximité de l'équilibre où elle a passé l'essentiel de la séance.

« La journée a été très calme », a noté auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions à Dôm Finance.

« Le marché avait débuté légèrement négativement dans le sillage des places asiatiques » inquiètes des tensions entre Pékin et Washington au sujet de Hong Kong, a-t-il poursuivi. « Mais il est ensuite remonté dans des volumes très faibles et sans véritable catalyseur pour s'orienter plus fermement ».

La promulgation par Donald Trump mercredi soir d'une loi soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong a provoqué une vive réaction de Pékin qui a menacé Washington de représailles et a entraîné un regain de prudence sur les marchés.

« La place parisienne est sur une espèce de plateau depuis quelque temps : le manque de visibilité sur la signature d'un premier accord entre la Chine et les États-Unis l'empêche de monter, mais comme elle croit toujours à cet accord, elle n'a pas de velléité de baisse importante non plus », a analysé M. Larrouturou.

La fermeture de Wall Street pour une séance et demie à l'occasion de la fête de Thanksgiving et « le fait que le marché est à un très haut niveau joue également en faveur d'un statu quo », selon lui.

Côtés indicateurs, l'inflation a progressé en novembre et le chômage a reculé en octobre dans la zone euro.

- Soitec pénalisé -

En matière de valeurs, Soitec a continué à souffrir (-14,2% à 96 euros) après la publication de résultats qui a conduit certains analystes à revoir à la baisse certaines de leurs prévisions. Le groupe, qui fait parties des plus fortes progressions de l'indice SBF 120 depuis le 1er janvier, a également fait l'objet de prises de bénéfices.

Renault a avancé de 0,35% à 43,46 euros. Déstabilisée pendant un an par les déboires judiciaires de son ancien patron Carlos Ghosn, l'alliance franco-japonaise Renault Nissan Mitsubishi a lancé jeudi de nouveaux grands projets industriels.

Société Générale a profité (+0,76% à 28,56 euros) d'une hausse de recommandation par Barclays de « neutre » à « surpondérer ».

Air France a pâti à l'inverse (-2,02% à 10,68 euros) d'un abaissement de la sienne à « sousperformer » contre « neutre » par Crédit Suisse.

PSA a reculé de 1,44% à 21,92 euros. Le groupe automobile français et son partenaire chinois Changan ont l'intention de vendre leurs parts dans Capsa, leur coentreprise chinoise spécialement dédiée à la marque DS et en proie sur ce marché à des difficultés.

Alstom s'est élevé de 0,61% à 39,58 euros à la suite de la commande « historique » passée par Ile-de-France Mobilités et la RATP auprès d'un groupement associant à parts égales Alstom et Bombardier pour renouveler le matériel de huit lignes du métro parisien,pour 2,9 milliards d'euros.

TF1 s'est effrité de 0,14% à 7,34 euros. Les droits télévisés français de la Ligue des champions de football pour la période 2021-2024 ont été attribués à Canal+ et beIN Sports, TF1 obtenant la diffusion de la finale en clair, selon le quotidien L'Equipe.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire