Privatisation FDJ : la face cachée de la Française des Jeux

Gros plan d'un bulletin Super Loto de la Française des jeux
© pixarno - stock.adobe.com

La privatisation de la Française des Jeux (FDJ) est lancée. Et vous avez jusqu’au 19 novembre pour réserver des actions. Mais avant d'investir, mieux vaut savoir où vous mettez les pieds.

L’introduction en Bourse de la Française des Jeux est l’occasion de se pencher de plus près sur le 4ème groupe mondial de loteries.

D'étonnants actionnaires historiques

Si l’Etat va se séparer de 52% du capital de la FDJ, il devrait toujours rester le premier actionnaire de l’entreprise avec 20% des titres. Le deuxième actionnaire le plus important est l’Union des Blessés de la Face et de la Tête (UBFT), dite « Les Gueules Cassées ». A la tête de 9,23% du capital, cette association participe dans les années 30 à l’essor de la Loterie nationale française en achetant des billets de loterie vendus 100 francs. Ils émettent ensuite des « dixièmes » à un prix plus abordable. Résultat, jusqu'à 4 millions de Français achètent chaque semaine un « entier » ou un « dixième » vendus par des veuves ou des mutilés de guerre. Initialement dédiée aux soldats défigurés lors de la guerre de 1914-18, « l'association est encore bien vivante aujourd'hui et apporte une assistance aux militaires blessés en opérations extérieures, aux gendarmes, pompiers, et policiers. Le dividende de la FDJ, entre 8 et 12 millions d'euros bruts par an, est notre seule ressource », explique Olivier Roussel, directeur de l'UBFT, interrogé par l’AFP.

Autre actionnaire majeur avec 4,2% du capital, la Fédération Maginot des Anciens combattants qui regroupe des vétérans de la Deuxième Guerre mondiale, de la guerre d'Algérie ou de conflits plus récents. Parmi les autres porteurs, outre les salariés de la FDJ qui détiennent 5% du capital, on retrouve la société familiale IDSUS (2,63%), les buralistes (2%), mais aussi la mutuelle des fonctionnaires du Trésor public (1%). Deux petits actionnaires toujours en lien avec le secteur des jeux, comme la Comalo - Compagnie marseillaise de loteries (0,59%), ou encore les Emissions Berger (0,37%) figurent au capital.

Les dirigeants pourraient profiter de la privatisation

Est-ce payant de diriger la Française des Jeux ? Dans le document d’enregistrement publié par la FDJ et l’Autorité des marchés financiers, on apprend que Stéphane Pallez, la pédégère depuis 2014, a touché 321 278 euros (dont 56 400 pour la partie variable) en 2018. Cette année, sa rémunération pourrait même atteindre 357 500 euros si elle récupère l’intégralité des 71 500 euros de son variable. L’ancienne responsable de France Télécom Orange se rapproche ainsi du salaire maximum pour les dirigeants du public, fixé à 450 000 euros par an. Un seuil qui reste cependant très loin des niveaux atteint par les patrons du CAC 40 en 2018.

De son côté, Charles Lantieri, le directeur général délégué, émargeait à 250 671 euros en 2018 (dont 44 180 euros en variable). En 2019, il pourrait gagner 277 500 euros dans le cas où il bénéficie de l’intégralité de son variable : 55 500 euros.

Grâce à la privatisation, la rémunération des deux dirigeants pourrait bien être revue à la hausse en s'alignant sur les pratiques des entreprises du privé. Si jusqu'ici, ils n’avaient pas encore reçu d’option de souscription ou d’achats d’action, l'assemblée générale du 4 novembre devait autoriser le conseil d’administration à attribuer gratuitement des actions nouvelles ou existantes à des salariés et/ou mandataires sociaux, dans la limite de 0,6% du capital.

Des risques spécifiques à la FDJ

Très dense, près de 400 pages, le document d’enregistrement met en garde les futurs actionnaires : « FDJ exerce son activité dans un environnement susceptible de faire naître des risques variés, dont certains sont hors de son contrôle ». Et non des moindres.

Il s’agit par exemple de la remise en cause des droits exclusifs, accordés par la loi Pacte, sur les jeux de loterie en points de vente et en ligne, et des paris sportifs en points de vente. En contrepartie de ces droits exclusifs pour une durée de 25 ans, qui représentent plus de 95% des mises de FDJ, l’entreprise doit verser à l’Etat une compensation de 380 millions d’euros. Or, rien n’est gravé dans le marbre. Non seulement la FDJ « pourrait, à l’échéance des 25 ans, ne pas obtenir le renouvellement des droits exclusifs… mais il ne peut être exclu qu'au cours de cette période, le cadre général relatif à l’exploitation des jeux d’argent et de hasard évolue vers une libéralisation du secteur, avec une ouverture à la concurrence des segments actuellement exploités sous droits exclusifs ou vers la légalisation de jeux aujourd’hui interdits en France (par exemple, casino en ligne ou machines à sous ou Video Lottery Terminals en points de vente hors casinos) », précise le document. A raison, puisque comme le rappelle un intervenant sur le forum de MoneyVox, un rapport de la Cour des comptes (1) soulignait en 2016 que « certains États membres ayant choisi de conserver leurs monopoles ont toutefois été contraints, sous l’influence de la Commission européenne, de les réformer ».

Parmi les autres risques, la FDJ prévient qu’elle « peut être la cible de multiples formes de cybercriminalité, internes ou externes, notamment intrusions, escroqueries, usurpation d’identité numérique, fishing hacking, détournements financiers, déni de service, d’effacement de sites web, extorsion de fonds, vol de données sensibles ou personnelles (par exemple base clients, base grands gagnants). En effet, les agressions contre les acteurs du secteur du jeu sont de plus en plus fréquentes. « Des opérateurs ont fait l’objet d’attaques en déni de service (DDoS) et de piratages de comptes joueurs en ligne et de données des clients », explique le document. Malgré la mise en place de procédures de sécurité, « ces attaques pourraient conduire à une interruption de tout ou partie des activités du Groupe, entraîner des risques de contentieux et provoquer des pertes financières ». Pour assurer ses arrières, la FDJ a souscrit d’ailleurs une assurance contre les « risques cyber ».

Citons également le risque de fraude qualifiée de « naturel » au regard de l’activité exercée par la FDJ : les jeux de loterie et les paris sportifs en ligne. Elle constate ainsi être exposée non seulement à la cupidité des joueurs, des détaillants, mais également à des fraudes internes à l’entreprise. Des actes « susceptibles de se manifester à toutes les étapes de la chaîne des jeux d’argent, notamment lors des tirages ou à l’occasion du paiement des lots ».

Un développement limité par l’addiction au jeu

C’est un débat qui ressurgit avec la privatisation de la FDJ. Actuellement, le jeu dit « problématique » touche environ 5% des joueurs, soit un peu plus d'1,2 million de personnes, selon les chiffres de l'Observatoire des Jeux (ODJ). Si un million d'entre elles présentent un risque « modéré », 223 000 personnes pratiquent un jeu excessif et pathologique. « Ces joueurs problématiques sont minoritaires, mais ils génèrent 40% du chiffre d'affaires des jeux. On estime que pour chaque point de pourcentage de progression du chiffre d'affaires de la FDJ, on accroît d'environ un millier le nombre de joueurs pathologiques », estime Jean-Michel Costes. Le secrétaire général de l'ODJ, interrogé par l’AFP, s’inquiète des conséquences du désengagement de l’Etat : « La recherche de la croissance du chiffre d'affaires et la protection de l'addiction au jeu sont antagonistes. Augmenter le chiffre d'affaires, c'est augmenter les dépenses des joueurs. Or, il y a une corrélation nette entre dépenses de jeu et problèmes de jeu ».

« Susceptibles de présenter un caractère addictif, les jeux d’argent et de hasard peuvent engendrer chez certains joueurs un risque de dépendance », reconnaît la FDJ dans son document d’introduction en Bourse. Mais elle insiste sur son engagement en faveur d’un modèle de jeu qui se veut récréatif et responsable. Le groupe a pris l’engagement, par exemple, dès cette année de consacrer 10% de son budget publicitaire télévisé à la lutte contre le jeu des mineurs et à la prévention du jeu excessif. « En dépit de ces efforts, les comportements d’addiction au jeu d’argent peuvent conduire à des dommages tant matériels que psychologiques pour les personnes concernées et leur entourage. De telles situations pourraient donner lieu à des poursuites de la part des joueurs ou de leurs proches et engager la responsabilité des détaillants (en tant qu’interlocuteurs directs des joueurs) ou de FDJ elle-même », anticipe la Française des Jeux.

De son côté, l'Etat souhaite renforcer la régulation avec le remplacement, au 1er janvier, de l'Agence de régulation des jeux en ligne par l'Autorité nationale des jeux, aux pouvoirs étendus à l'ensemble du secteur (loteries, grattage, courses hippiques, paris sportifs, jeux en ligne...), même si ses modalités, fixées par le gouvernement dans une ordonnance et deux décrets, n'ont pas encore été discutées au Parlement

Les buralistes avantagés par rapport aux particuliers

Tous les futurs actionnaires de la FDJ ne sont pas logés à la même enseigne. Pour s’assurer un succès populaire, l’Etat propose des conditions avantageuses pour acheter des titres de la FDJ. Ainsi, les particuliers bénéficient d’une décote de 2% sur le prix de l’action. Ils peuvent même espérer une action gratuite pour dix achetées, sous réserve de la conserver pendant 18 mois, dans la limite de 5 000 euros de titres achetés. Au-delà, non seulement il n’y aura pas d’actions gratuites, mais il n’est pas garanti qu’il soit possible d’obtenir plus d’actions FDJ. Tout dépendra du succès de l’opération.

Ce seuil est relevé à 7 500 euros pour les buralistes, selon « l’arrêté du 6 novembre 2019 fixant les modalités de transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société La Française des Jeux ». Par ailleurs, les 2 218 salariés de la FDJ vont également obtenir des conditions préférentielles pour acquérir les 9 millions d’actions qui leur sont réservées. Au final, d'après la FDJ, les coûts d’introduction en Bourse sont « estimés à environ 34 millions d’euros, dont 10 millions d’euros correspondant à la décote et à l’abondement comptabilisés dans le cadre de l’offre réservée aux salariés ».

Voir aussi : Comment investir en Bourse

(1) La régulation des jeux d'argent et de hasard - Enquête demandée par le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale - Octobre 2016

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / MB / Novembre 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 14 novembre 2019 à 12h48 - #1ismard fel
  • Homme
  • Abymes
  • 68 ans

les particuliers non pas acces a votre direct qui nexiste pas sur vos publicités..!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?12
Publié le 14 novembre 2019 à 22h02 - #2Petit louis
  • Homme
  • 67 ans

Une voix discordante dans l'engouement pour les actions FDJ.
La société Alphavalue estime que l'action est surévaluée !
A suivre.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?60
Publié le 15 novembre 2019 à 15h58 - #3clara1949
  • Femme
  • Basse-Normandie
  • 70 ans

Je ne mettrai pas un centime dans cette arnaque. les actions ? très peu pour moi et de plus avec ce gouvernement de pacotille, je n'ai vraiment aucune confiance.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?62
Publié le 15 novembre 2019 à 17h01 - #4endiendo
  • Homme
  • 68

je pense qu'il faut attendre que l'engouement du début se tasse...
pourquoi pas regarder le prix de l'action en Février prochain.... et éventuellement en prendre...
Une recommandation de beaucoup d'investisseurs: faire l'inverse de tout le monde.
acheter quand tout le monde vend (donc quand ça baisse), et vendre quand tout le monde achète (quand ça monte)

Trouvez-vous ce commentaire utile ?52
Publié le 15 novembre 2019 à 20h11 - #5AB
  • Homme
  • Pas de calais
  • 45 ans

la fourchette de 16,50 à 19,90 euros par action est tellement large que souscrire à des actions FDJ revient quasiment à faire un chèque en blanc à l'Etat.
que doit faire une personne acheteuse à 17 euros et vendeuse à 19,50 ?
doit-elle souscrire ou s'abstenir ?
si elle souscrit, pourra-t-elle finalement se désister si elle estime le prix définitif trop élevé ?
avec un CAC 40 au plus haut et un Etat ruiné comme jamais, il y a fort à parier que le prix final sera plutôt dans le haut de la fourchette.
étant contre cette technique de vente à un prix non déterminé à l'avance, je m'abstiendrai uniquement par principe.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 15 novembre 2019 à 20h17 - #6endiendo
  • Homme
  • 68

Oui. Je trouve aussi que ce prix aléatoire est un non sens...
Ils veulent faire des pseudo enchères pour faire grimper artificiellement?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?31
Publié le 16 novembre 2019 à 02h59 - #7Fred51
  • Homme

Je trouve anormal le peu d’information concernant les prévisions de rentabilité et de dividende ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 17 novembre 2019 à 13h02 - #8pipoux
  • Homme
  • Albi
  • 55 ans

@endiendo attendre février, c'est se priver de l'action gratuite pour 10 achetées. Quant à acheter en février quand les autres vendront, faut pas oublier que la plupart des particuliers vont attendre 18 mois pour toucher leur action gratuite. Donc même si ca baisse brutalement en février à cause d'un cours sur-évalué (mais faudrait qu'il y ait des vendeurs institutionnels), les simples particuliers partiront du principe que "temps qu'on ne vend pas, on ne perd pas"

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 17 novembre 2019 à 13h10 - #9endiendo
  • Homme
  • 68

200 euros les 10. 11 gratuite. Total 220.
Et en fevrier, 13 euros. Ou 15 euros.
150 euros les 10. 11e pas gratuite donne donc 165 euros les 11.
Donc une offerte, c'est peanuts. Pas comme si une a tion coutait 50 ou 100.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 17 novembre 2019 à 20h16 - #10pipoux
  • Homme
  • Albi
  • 55 ans

@endiendo, OK pour ton calcul, mais qui va vendre en février 156 euros, une action achetée 2 euros en novembre ? Pour que ca baisse, il faut plus de vendeurs que d'acheteurs, or les petits porteurs ne vendront pas à ce prix. Pour moi, aucune chance que ca baisse de façon aussi forte avant la fin des 18 mois... Après peut-être, quand les petits porteurs auront reçu leur action gratuite, il y a un risque de vente, mais pas avant.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 17 novembre 2019 à 20h26 - #11endiendo
  • Homme
  • 68

Ok. j'Attendrai plus alors. Faut acheter quand c'est bas, pas quand c'est haut. J'Attendrai d'autres occasions.... et y a pas que la fdj ds la vie. Si dans dans 2 ans ça deviendra une bonne occasion, oui. Mais pas maintenant. Les introductions sont rarement de bonnes occasions.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 18 novembre 2019 à 23h24 - #12AB
  • Homme
  • Pas de calais
  • 45 ans

tant que le dividende n'est pas connu, impossible de qualifier cette action de valeur de rendement et donc de soutenir le cours.
pourquoi ne pas annoncer un taux de distribution de 60 % du résultat sous forme de dividendes(à moins que ce ne soit immoral ou politiquement incorrect) ?
le résultat actuel est-il déjà menacé à moyen terme ?
d'un autre côté, j'avais cru lire quelque part que la FDJ s'est fait ou va se faire ponctionner toute sa trésorerie par l'Etat avant privatisation(ou juste après en garantie d'un maintien hypothétique du monopole des jeux ou pour combler par avance la perte de dividendes du Cupide Etat)
l'Etat veut le beurre (la trésorerie avant la privatisation) et l'argent du beurre(privatisation à un cours élevé sans pouvoir annoncer de gros dividendes à coup sûr), ça va finir par coincer quelque part… mais quand ?
dans 6 mois, après l'attribution d'une action gratuite pour 10 achetées(dans 18 mois donc) ou plus tard ?
quel sera l'avenir de la FDJ ?
la disparition du monopole des jeux(j'entends déjà que ce n'est pas la faute de l'Etat, c'est une obligation forcément imposée par la méchante Europe) ou un Etat affamé qui finira par augmenter encore sa taxe sur les jeux (on en est déjà là avec le prélèvement exceptionnel actuel en plus des 3,5 milliards annuels) ou une suppression(ou baisse de la taxe de 3,5 milliards d'euros sur les mises accompagnée d'une baisse des taxes sur les casinos) en contrepartie d'un taux d'impôt sur les sociétés plus élevé sur les sociétés exerçant dans le domaine du jeu ?
on peut tout imaginer et même un mix alliant disparition du monopole, baisse des taxes directes sur les mises et hausse spécifique de l'IS sur tout le domaine du jeu(incluant les casinos)
on nous vend la FDJ comme sûre, stable et sans grande surprise, sans risque industriel mais les risques sont là : les décisions politiques, pires qu'un accident Lubrizol car beaucoup plus fréquentes.
je sais déjà qu'il y aura de profonds changements car l'état est cupide et n'a aucune parole. les règles du jeu vont forcément changer.
reste à savoir si ce sera pour le meilleur(grâce au lobby des jeux) ou pour le pire(cupidité de l'état) pour la FDJ et ses actionnaires.
la pseudo action de rendement risque de se transformer en montagnes russes…
je ne peux donc conseiller l'action FDJ qu'aux plus joueurs, au 1er degré, sans mauvais jeu de mots.
les jeux sont faits, rien ne va plus… l'action FDJ ressemble à s'y méprendre au jeu de la roulette en fait.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 20 novembre 2019 à 07h00 - #13manx
  • Homme
  • 60 ans

Je n'ai déjà aucune confiance dans le marché actions en général, alors pour fdj, je ne suis absolument pas convaincu !!! Une société dans laquelle l'État est actionnaire et peut puiser dans la caisse, très peu pour moi !!!

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 22 novembre 2019 à 07h15 - #14Stunt38
  • Homme
  • 100 ans

Alors les râleurs ? Ça valait pas le coup de faire un petit 15% le 1er jour ???

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 22 novembre 2019 à 07h21 - #15endiendo
  • Homme
  • 68

On en reparle en fevrier..

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 22 novembre 2019 à 07h38 - #16Stunt38
  • Homme
  • 100 ans

Si tu veux, mais perso je compte pas attendre plus de quelques jours pour tout revendre

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire