psa

La Bourse de Paris vers une ouverture indécise avant la Fed

Bourse de Paris
© maximeadow - Fotolia.com

La Bourse de Paris devrait ouvrir sans direction mercredi matin, dans un marché suspendu à la décision dans la soirée de la Fed, dont une nouvelle baisse de taux est attendue, et surveillant l'évolution de la situation au Moyen-Orient.

Le contrat à terme sur le CAC 40 cédait 0,10% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en petite hausse de 0,24% à 5.615,51 points.

Wall Street a également fini sur une légère progression.

« Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance ce matin dans l'attente de la réunion de la Réserve fédérale américaine et d'avoir plus d'informations quant à la réparation des installations détruites d'Aramco », la compagnie pétrolière saoudienne, ont observé dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.

« La décision de la Fed aujourd'hui risque à nouveau d'être litigieuse, étant donné les deux dissensions observées lors de la dernière réduction de taux » d'intérêt à laquelle a procédé l'institut monétaire en juillet, a estimé pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine, devrait à nouveau annoncer ce mercredi soir une légère baisse des taux d'intérêt pour compenser les risques que font peser les tensions commerciales sur l'économie américaine.

Depuis mardi soir, les marchés semblaient toutefois plus sceptiques quant à l'opportunité de cette nouvelle détente monétaire, dans un contexte de hausse des cours du brut.

« Le plus gros enjeu sera de voir comment la Fed gère son message sans apparaître encore plus divisée qu'en juillet, dans un contexte de flambée des prix du pétrole qui, s'il se poursuit, pourrait entraîner une hausse de l'inflation », a complété M. Hewson.

Pour l'heure, la situation semblait en voie de normalisation en Arabie saoudite, où le ministre de l'Energie s'est voulu rassurant mardi sur la capacité de son pays à se remettre rapidement de l'attaque qui a réduit de moitié sa production pétrolière au cours du week-end, tout en évitant de pointer un doigt accusateur vers l'Iran.

Du côté des indicateurs, le marché automobile européen a baissé de 8,4% sur un an en août, victime d'un effet de comparaison défavorable, les immatriculations de l'an dernier ayant été artificiellement gonflées sur cette période avant un changement des normes d'homologation.

Au Royaume-Uni et en zone euro, les chiffres de l'inflation pour le mois d'août sont aussi attendus tandis que les Etats-Unis publieront les mises en chantier de logements pour ce même mois ainsi que le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole.

Valeurs à suivre

Renault et Peugeot : les livraisons du groupe Renault (Dacia, Lada, Alpine) ont chuté de 23,6% en août tandis que celles de PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) ont reculé de 5,1%, selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

Vivendi : le groupe Havas, filiale de communication de Vivendi, a annoncé mardi l'acquisition en Inde de l'agence indépendante spécialisée dans le marketing numérique Langoor, après celle de Think Design en mai.

Vallourec : le fabricant de tubes sans soudure a annoncé mardi la nomination pour quatre ans d'Edouard Guinotte comme nouveau président du directoire en remplacement de Philippe Crouzet, dont le mandat expire en mars 2020.

Total : le PDG Patrick Pouyanné s'est dit mardi « profondément inquiet » de la situation au Moyen-Orient après l'attaque contre des installations pétrolières saoudiennes, estimant que cela « aurait des conséquences ».

Par ailleurs, un changement de législation fiscale en France plombe la rentabilité de la bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône), dont la production pourrait devoir prendre le chemin de l'Allemagne, a-t-il déclaré.

Safran : les groupes aéronautiques Safran et Boeing ont annoncé mardi un investissement conjoint dans Electric Power Systems (EPS), spécialiste américain du stockage de l'énergie électrique appliqué à l'aviation.

Visiativ : l'éditeur et intégrateur de logiciels d'entreprises est revenu nettement bénéficiaire en exploitation au premier semestre, lui permettant de tabler sur une nouvelle amélioration de sa rentabilité en année pleine.

Adeunis : la société grenobloise, entrée en Bourse il y a deux ans, a annoncé mardi sa prochaine scission et son recentrage sur le seul domaine de l'« internet des objets ».

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire