psa

La Bourse de Paris poursuit son ascension (+0,64%) à l'abri des banques centrales

Bourse et figurines
© jan S - Fotolia.com

La Bourse de Paris restait bien orientée jeudi à la mi-journée (+0,64%), toujours portée par l'orientation accommodante prise par les banques centrales.

A 13H53 (11H53 GMT), l'indice CAC 40 prenait 35,54 points à 5.553,99 points, dans un volume d'échanges de 1,3 milliard d'euros. La veille, il avait grappillé 0,16%.

La cote parisienne a ouvert en hausse et n'a pas changé de tendance depuis.

Wall Street s'apprêtait à suivre la même voie. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average montait de 0,82%, l'indice élargi S&P 500 de 0,88% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 1,24%.

« Après Mario Draghi, Jerome Powell lui a emboîté le pas hier soir en laissant entendre qu'un assouplissement de la politique de la Fed le mois prochain était possible. C'est du moins le message que les marchés ont retenu », a résumé Franklin Pichard, le directeur général de Kiplink Finance.

« Le comité de politique monétaire de la Fed a évolué en direction d'une baisse » des taux avec « presque la moitié de ses membres qui la jugent justifiée cette année », a également observé Neil Wilson, un analyste de Markets.com.

Et « les actions aiment » cette perspective, « même si la Fed n'a pas été aussi accommodante que les marchés l'espéraient », a-t-il complété.

« Les incertitudes entourant les perspectives se sont clairement accrues depuis notre dernière réunion », a résumé le patron de la Fed Jerome Powell, à l'issue d'une réunion de deux jours, en évoquant les effets de la guerre commerciale.

Il y a donc plus d'arguments en faveur d'une politique monétaire « un peu plus accommodante », a-t-il jugé.

« Les marchés vont pouvoir se concentrer sur le G20 la semaine prochaine, dans des dispositions plus favorables, d'une part parce que les banquiers centraux européens et américains prennent la voie d'un assouplissement de leurs politiques monétaires », a relevé pour sa part Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, s'était aussi montré accommodant en affirmant mardi que des « mesures de relance supplémentaires seront nécessaires » si l'inflation continue à s'éloigner du niveau visé par l'institut.

Du côté des indicateurs, la balance américaine des comptes courants au premier trimestre et l'indice d'activité de la région de Philadelphie en juin sont à l'agenda.

Natixis en berne

Les valeurs les plus affectées par les dernières turbulences s'offraient un beau rebond au sein de l'indice CAC 40 massivement dans le vert.

L'automobile regagnait ainsi du terrain.

Valeo prenait ainsi 1,53% à 26,49 euros, Renault 1,26% à 55,27 euros et Peugeot 1,22% à 21,63 euros.

Le luxe avait également le vent en poupe, Kering en tête avec une hausse de 2,07% à 518,70 euros. LVMH montait de 1,53% à 371,60 euros et Hermès de 1,34% à 637,20 euros.

Les matières premières étaient aussi recherchées. ArcelorMittal montait de 2,01% à 15,62 euros, TechnipFMC de 1,98% à 21,60 euros et Total de 1,13% à 48,86 euros.

Natixis en revanche souffrait (-9,61% à 3,57 euros) de l'annonce par Morningstar de la notation d'un de ses fonds H2O Allegra, en raison d'interrogations sur la liquidité de certaines obligations.

Le reste du secteur bancaire était mal orienté sur fond de taux d'intérêt très bas. BNP Paribas reculait de 1,65% à 41,53 euros, Société Générale de 1,13% à 21,80 euros et Credit Agricole de 2,28% à 10,51 euros.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire