psa

Epargne : miser sur les actions en bourse, combien ça coûte ?

Des figurines à la bourse
© jan S - Fotolia.com

En direct ou via un fonds : quel que soit le mode d’investissement choisi, parier sur les actions a un coût. L’Autorité des marchés financiers a étudié les tarifs pratiqués par les fonds, les banques et les courtiers web. Tendance globale ? Des tarifs orientés à la baisse.

Bonne nouvelle pour les boursicoteurs, en herbe ou chevronnés : les frais appliqués aux placements en actions continuent de baisser ! Le gendarme boursier, l’AMF, suit les frais de l’investissement en actions en direct ou via des fonds depuis 2011. Ce suivi a ainsi permis de pointer la hausse des frais de courtage dans les grandes banques en 2015. Depuis, la tendance semble plus à la modération : les tarifs pour enregistrer des transactions ont diminué ces dernières années, même si la baisse n’est pas spectaculaire.

L’AMF dévoile les évolutions récentes dans sa lettre de l’observatoire de l’épargne de février : en effectuant un ordre auprès d’une banque, au 1er août 2018, « le coût total moyen d’un ordre internet de 5 000 euros sur Euronext Paris était de 0,52% (soit 25,8 euros) contre 0,53% en 2017 », relève l’AMF. L’autorité pointe surtout les écarts béants d’une enseigne à une autre, « du simple au triple » même entre deux banques traditionnelles : « pour un ordre de 5 000 euros sur Euronext Paris, le coût varie de 0,30% à 0,75% du montant de l’ordre ».

L’observation est en tous points similaire pour les droits de garde, tarif rémunérant « la conservation des titres et des opérations administratives » : pour un portefeuille de 10 000 euros investi sur 10 titres différents, « les droits de garde observés vont de 0,30% à 0,96% du montant du portefeuille », la moyenne étant de 0,65% dans les banques, en légère baisse sur un an (0,67% en 2017).

Combien coûte un ordre de 1 000 euros ?

  • Dans une banque : un ordre internet sur Euronext Paris coûte en moyenne 0,81%, pour un ordre de 1 000 euros, soit 8,1 euros.
  • Chez un courtier web : un ordre internet sur Euronext Paris coûte en moyenne 0,37%, pour un ordre de 1 000 euros, soit 3,7 euros.
  • A savoir : plus le montant de l’ordre augmente, plus le tarif du passage baisse. Ainsi un ordre de 10 000 euros coûte 48,9 euros en moyenne dans une banque traditionnelle (0,49%) et 15,6 euros auprès d’un spécialiste de la bourse en ligne (0,16%) selon l’AMF. Trois fois moins cher !

Pas de droits de garde chez les courtiers en ligne

L’AMF pousse la comparaison entre banque et acteurs en ligne au-delà du seul tarif du passage d’ordre sur internet. Notamment en pointant une différence de taille : les grands réseaux bancaires facturent des droits de garde, à hauteur de 0,65% par an, donc, quand les spécialistes de la bourse en ligne « ne prévoient aucuns droits de garde ».

Par ailleurs, les coûts de transaction peuvent s’envoler dans les banques si l’ordre est passé par téléphone ou directement en agence. Pour un ordre de 5 000 euros, dans une banque, le coût moyen est de 25 euros s’il est effectué sur internet, 66 euros par téléphone et 72 euros en agence. Même au sein d’une banque traditionnelle, le canal internet donc est « trois fois moins cher », comme le souligne l’AMF.

Fonds investis en actions : des frais aussi en baisse

Le gendarme boursier suit aussi les évolutions des frais pesant sur l’investissement indirect en actions : les « frais courants » des OPC (organismes de placement collectif), nouveau nom des OPCVM, ces fonds accessibles en direct mais aussi via les supports en unités de compte de l’assurance vie, par exemple.

Les frais courants, qui correspondent globalement à des frais de gestion annuels, sont en moyenne de 1,41% pour l’ensemble des OPC, de 1,66% pour les fonds actions en 2017 (contre 1,74% en 2015), et de 1,71% sur les fonds diversifiés (1,85% en 2015). Dans la catégorie « fonds actions », les ETF, fonds répliquant un indice, affichent sans surprise un coût réduit : 0,41% pour les ETF actions, et 1,02% pour l’ensemble des fonds indiciels. Hors ETF, la moyenne des frais courants des fonds actions s’est établie à 1,90% selon l’AMF, et à 2,16% pour les fonds investis sur des actions françaises.

L’AMF souligne par ailleurs que les frais courants n’intègrent ni les commissions de surperformance (0,24% en moyenne sur les fonds d’actions françaises), ni les éventuels frais d’entrée. Par ailleurs, les OPC sont le plus souvent investis via un autre produit, comme l’assurance vie, ce qui implique d’autres frais.

Lire aussi : Les frais de l’assurance vie qu’il faut comparer avant de souscrire

Un rebond récent de l’investissement en actions

La dernière enquête de l’AMF (1) au sujet de la détention d’actions montrait un léger rebond depuis 2017. 7,5% des Français sondés déclarent détenir des actions en direct, et une proportion équivalente posséder un PEA, mais l’investissement en actions reste le plus souvent indirect, et passe en premier lieu par l’assurance vie : 12,2% des Français déclarent investir sur les unités de compte de l’assurance vie. Reste à voir si l’année 2018, clôturée dans le rouge pour toutes les familles d’indices, aura eu raison de ce regain d’intérêt pour les placements risqués.

Plus d'infos sur l'investissement en bourse

(1) Kantar TNS, mars 2018.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Février 2019