binck

Bourse : les tops et flops du CAC 40 en 2018

  • Par
Panneau de la place de la Bourse à Paris
© Bruno Bernier - Fotolia.com

Si 2017 a été une année faste pour les marchés actions, 2018 s’est révélée bien maussade pour le CAC 40. Sur un an, l’indice français de référence a perdu 12% de sa valeur. Toutefois, quelques titres ont tiré leur épingle du jeu : les valeurs du luxe, habituées du palmarès, mais aussi les valeurs aéronautiques.

Pour les boursicoteurs, ayant misé sur des valeurs européennes, l'année 2018 s'achève bien tristement... Le dernier trimestre ayant particulièrement plombé la performance de leur portefeuille d'actifs. Sur un an, du 3 janvier 2018 au 3 janvier 2019, les principaux marchés européens ressortent en effet dans le rouge. Le DAX allemand a ainsi perdu 18% de sa valeur. L’Euro Stoxx 50, qui agrège les 50 sociétés européennes ayant la plus forte capitalisation boursière, a fondu de 15%. Dans l’Hexagone, le CAC 40 – l’indice de référence français qui comprend les 40 entreprises françaises ayant la capitalisation la plus élevée – termine également l’année 2018 largement affaibli. Depuis début 2018, il a perdu plus de 650 points, soit 12% de sa valeur. Un résultat qui contraste avec l’année 2017, marquée, elle, par la flambée des cours boursiers : le CAC 40 avait alors bondi de plus de 9%.

Les secteurs automobile et technologique voient rouge

Ainsi, seules 12 valeurs ressortent en hausse (ou au moins indemnes) de cette année 2018. A l’inverse, la majorité, soit 25 titres, ont perdu plus de 10% de leur cotation depuis le 3 janvier 2018. Parmi elles, 15 titres ont vu leur prix chuter de plus d’un quart. Trois secteurs d’activité ont principalement été affectés : l’automobile, l’électronique et la banque-assurance.

Dans le détail, les entreprises françaises liées à l’automobile ont été particulièrement malmenées cette année, et pas uniquement suite au mouvement des gilets jaunes et aux déboires judiciaires de Carlos Ghosn, le PDG de Renault… Fin juin, elles ont subi de plein fouet l’instauration aux États-Unis de droits de douane sur l’acier et l’aluminium. Plus tard, à l’automne, c’est la baisse des immatriculations nouvelles en Europe qui a été sanctionnée par les investisseurs.

-37% en un an pour Renault

Résultat, sur un an, l’action Renault s’est repliée de 37%. Les titres Michelin et Arcelormittal ont eux perdu respectivement 30% et 38% de leur valeur d’échange. De son côté, Valeo plonge lui de 61%, la contre-performance la plus importante du CAC 40. Les investisseurs ne digèrent vraisemblablement toujours pas les derniers résultats financiers de l’équipementier ainsi que la baisse de ses prévisions de vente pour l’ensemble de l’année 2018. Parmi les valeurs automobiles, PSA fait toutefois figure d’exception : son titre bondit de 6% sur un an. De quoi lui permettre de se hisser dans le top 10 des meilleures progressions de l'indice boursier en 2018 !

Les temps sont durs également pour les valeurs technologiques, à l’image d’Atos (-41%) et STMicroelectronics (-37%). La principale explication avancée par les observateurs : la guerre commerciale. Les récents scandales et les résultats financiers décevants des sociétés emblématiques du secteur, telles Facebook, Apple ou encore Amazon, ayant également pu jeter un froid sur l’ensemble de l’écosystème.

Lire aussi : Les placements gagnants de 2018

Les banques également dans la tourmente

Les titres bancaires connaissent aussi d’importantes baisses depuis un an. Parmi les banques présentes dans le CAC 40, BNP Paribas apparaît la plus chahutée. Son action a été dévaluée de 38% depuis janvier 2018. Société Générale et Crédit Agricole suivent de près et baissent respectivement de 37% et 34%. Pour l’assureur AXA, l’année 2018 s’est avérée aussi quelque peu maussade. Son titre se monnaie en ce moment près de 19 euros, contre 25 euros il y a un an (-25%).

Le Brexit pèse sur les banques

Il faut dire que les banques et assureurs européens sont sur tous les fronts. Largement présentes au Royaume-Uni, ces sociétés doivent de fait s’accommoder bon gré mal gré du Brexit. Exposées également à la dette italienne, les banques ont également pâti de la crise politique en Italie.

Autre élément contextuel défavorable : la faiblesse des taux d’intérêt qui fragilise le modèle économique des banques de détail françaises en pesant sur leur marge. Sur ce point, 2019 devrait être une meilleure année. La BCE se prépare en effet à mettre un point final à sa politique de rachat d’actifs, puis à relever mi-2019 ses taux directeurs. De quoi donc faire tressaillir les taux d’intérêt… et les valeurs bancaires.

Le luxe et l’aéronautique sauvent le CAC 40

Malgré ce contexte politico-économique tourmenté, certaines valeurs ont su tirer leur épingle du jeu. Ainsi, pour gonfler le rendement de leur portefeuille, les épargnants ayant misé sur les valeurs du luxe ont été bien inspirés. Habituées des podiums, les actions Kering (+12%), L’Oréal (+9%) et Hermès (+7%) ont surperformé cette année encore. De son côté, LVMH a redressé la barre en fin d'année, après avoir connu un sérieux trou d’air à l'automne. Résultat, sur un an, l'action termine en hausse de 3%, à 248 euros.

LVMH redresse la barre en fin d'année

La stagnation n’est en revanche pas à l’ordre du jour s’agissant des actions de sociétés du secteur de l’aviation. Dassault Système, la filiale dédiée à la conception de logiciels industriels du groupe éponyme, termine en effet l’année dans le vert. Son action croît de 16% en un an. Même diagnostic pour Safran dont le titre, avec 23% de hausse, connaît la plus forte progression de l'année parmi les valeurs du CAC 40. Son plan stratégique ambitieux pour la période 2019-2022 – hausse de 4 à 6% par an de son chiffre d’affaires - a récemment nourri cette hausse. Ironie de ce top 2018 : fin 2017, ces deux sociétés s’étaient conjointement retrouvées dans la tourmente… Dassault avait dû renoncer, avec pertes et fracas, à son programme Falcon 5X à cause du retard et des difficultés de son motoriste Safran.

ValeurCours au 3 janvier 2018Cours au 3 janvier 2019Evolution sur 1 an
Safran84,02 €103,05 €23%
Dassault Systemes87,918 €102,15 €16%
Kering352,575 €393,9 €12%
L'Oreal181,85 €197,9 €9%
Pernod Ricard130,25 €140,4 €8%
Hermès international442 €472 €7%
PSA Groupe17 €17,955 €6%
Total43,872 €46,035 €5%
Sanofi72 €74,65 €4%
LVMH241,35 €248 €3%
Air Liquide104,5 €105,3 €1%
Airbus83 €83,33 €0%
Essilorluxottica112,45 €110 €-2%
Orange14,53 €14,05 €-3%
Vivendi22,52 €21,08 €-6%
Publicis53,138 €49,37 €-7%
Danone68,97 €60,99 €-12%
CAC 405295,31 €4641,8 €-12%
Engie14,25 €12,485 €-12%
Vinci84,78 €71 €-16%
Veolia Environnement21,17 €17,725 €-16%
Accorhotels43,48 €36,39 €-16%
Capgemini98,88 €82,58 €-16%
Schneider Electric69,96 €58,38 €-17%
Carrefour17,589 €14,66 €-17%
Sodexo111,95 €88,42 €-21%
Legrand64,28 €48,5 €-25%
AXA24,725 €18,626 €-25%
Michelin120,05 €84,52 €-30%
Bouygues43,39 €30,16 €-30%
Credit Agricole14,01 €9,187 €-34%
TechnipFMC26,35 €17,12 €-35%
Unibail - WFD209 €132,7 €-37%
STMicroelectronics18,575 €11,71 €-37%
Société Générale43,345 €27,2 €-37%
Renault84,04 €52,68 €-37%
Saint-Gobain45,61 €28,525 €-37%
BNP Paribas62,32 €38,78 €-38%
Arcelormittal28,155 €17,48 €-38%
Atos120,177 €70,66 €-41%
Valeo61,94 €24,28 €-61%
Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Janvier 2019