psa

« La bourse, c'est pour les experts ! »

Un dividende
© Coloures pic - Fotolia.com

Jugée aléatoire et risquée, la bourse est délaissée par les Français, qui considèrent qu'elle est réservée aux experts financiers. Résultat, alors que 36,5% des épargnants disposent d'une assurance-vie, moins de 8% détiennent des actions en direct. Et pourtant, ce placement ne s’adresse pas aux seuls spécialistes. Il est possible d’investir en bourse, en prenant un risque mesuré et sans avoir constamment les yeux rivés sur les cours.

Quand il s’agit de préparer sa retraite, les épargnants se tournent en priorité vers les placements à capital garanti et l’immobilier. En revanche, ils intègrent rarement les actions à leur stratégie. L’une des explications : la peur du risque. Dans un rapport publié en juillet 2017, l’Autorité des marchés financiers (AMF) rappelait ainsi que 76% des Français jugent les actions « très risquées » (1). En comparaison, seuls 46% estiment que l’assurance-vie en unités de compte est hasardeuse, alors même que ses supports intègrent des actions.

La crainte de voir son patrimoine financier s’envoler rapidement n’est pas dénuée de fondements. L’histoire récente des marchés financiers, marquée par la crise des subprimes, l’a brusquement rappelé aux investisseurs. Pour rappel, entre mai 2007 et février 2009, le CAC 40 – l’indice composé des 40 sociétés cotées à la Bourse de Paris disposant de la capitalisation boursière la plus élevée – était passé de plus de 6 000 points à seulement 2 700 points, soit une perte de plus de 50%. Mais si, à court terme, la volatilité des titres est importante, à long terme, leur rendement se révèle, au contraire, plutôt stable et positif.

Gagner sans spéculer

En effet, s’appuyant sur les données de l’éditeur de logiciels financiers Harvest, l’AMF constate que « depuis 1950, plus la durée du placement a été longue et moins souvent les placements en actions françaises ont été perdants. Par exemple, sur 3 ans, les rendements réels (inflation déduite) ont été compris entre -20 % et +39 % par an et, sur 20 ans, entre -2 % et +15 % par an », peut-on ainsi lire dans le rapport précédemment évoqué. Passé 30 ans, le rendement réel des actions françaises serait même toujours positif, oscillant entre 3% et 10%. En d’autres termes, le risque des placements en actions diminuerait considérablement avec le temps, suggère ainsi l’AMF.

De quoi aller contre l'idée que la bourse s’adresse uniquement aux spéculateurs, pariant sur les évolutions à très court terme des cotations. Les investisseurs ne souhaitant pas gérer au jour le jour leur portefeuille de titres peuvent, eux aussi, y faire fructifier leur épargne. Mais, pour ce faire, l’argent investi ne doit pas être retiré au gré de leurs besoins de liquidités. Même si les actions sont des placements que l’on peut revendre aisément, elles ne doivent pas être considérées comme des supports destinés à se constituer une épargne de précaution, mobilisable en cas de coups durs. Les livrets, et dans une moindre mesure l’assurance-vie, sont eux dédiés à cela.

A lire aussi : Les meilleurs placements sur les 10 dernières années

Respecter des « règles de bon sens »

Si les statistiques montrent que la probabilité de perdre son capital diminue avec l’horizon de placement, le risque de perte n’est pas nul. Comme pour tout investissement, les épargnants doivent respecter certaines règles de bon sens. Premièrement, il est judicieux de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. En termes financiers, on parle de diversification de son portefeuille d’actions. Celle-ci doit être géographique : ne pas miser que sur des entreprises de l'Hexagone. Par exemple, en détenant des titres de sociétés allemandes ou japonaises, une partie du capital ne dépendra plus des soubresauts de l’économie française. Mieux, il est possible que, dans certains cas, les actions étrangères apparaissent comme un refuge et prennent en conséquence de la valeur.

La diversification vaut également au niveau des secteurs d’activité des entreprises. Par exemple, une baisse du prix du pétrole devrait peser sur la cotation de Total. En revanche, elle ne devrait avoir que peu d’effets sur les sociétés du tertiaire comme Publicis.

Autre conseil, il est préférable d’effectuer des investissements réguliers à de gros versements ponctuels. Cela diminue le risque de réaliser un achat d’un montant important juste avant un retournement du marché et donc de voir s’effondrer la valeur de son portefeuille. Autant de réflexes de bon sens que chaque investisseur, quel que soit le niveau de son épargne financière, peut adopter.

Loi Pacte et actionnariat individuel

Dans le cadre de la loi Pacte, pour « plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises », le gouvernement souhaite organiser la privatisation d'Aéroports de Paris, de la Française des jeux et la cession d'actifs d'Engie. Pour les particuliers, cela pourrait être l'occasion de prendre leurs premières participations. En effet, en juin dernier, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, expliquait qu'une « partie de capital cédée par l'Etat sera réservée aux Français souhaitant investir dans les entreprises concernées ».

Voir Loi Pacte : ce qui change pour les épargnants

Confier ses deniers à un spécialiste

Les épargnants disposant de liquidités conséquentes - généralement à partir de quelques dizaines de milliers d’euros à placer - peuvent confier la gestion de leur capital à un professionnel : un conseiller en gestion de patrimoine indépendant ou salarié d’un groupe bancaire. Les investisseurs signent alors un mandat de gestion tenant compte de leur aversion au risque et de leur horizon de placement. Ils n’ont dès lors plus rien à faire ! C’est leur conseiller qui gère leur pécule, achète et vend des titres en fonction de l’évolution des marchés. Inconvénient, la gestion sous mandat occasionne des frais… Le gérant gardant généralement une part des bénéfices. Mais cela permet aux épargnants ne se sentant pas à même de s’occuper de leur patrimoine d’investir en bourse.

Moins onéreux que cette gestion dite active, les trackers ou fonds indiciels cotés (ETF) facilitent les prises de participation et le suivi de son portefeuille. Ces produits, derniers nés de l'ingénierie financière, répliquent un indice boursier (CAC40, Euro Stoxx 50...). Accessibles dès quelques centaines d'euros investis, ils permettent aux épargnants de diversifier leur exposition et d'obtenir le rendement de l'indice de référence, sans avoir à acheter individuellement tous les titres le composant.

Pour plus de conseils, lire aussi la partie Titres et valeurs du forum cBanque

(1) « Stimuler l’investissement de long terme en actions », publications « Risques & tendances » de l’AMF – juillet 2017

Partager cet article :

© cbanque.com / MEF / Août 2018

Commentaires

Publié le 22 août 2018 à 09h23 - #13270gerardc
  • Homme
  • Paris
  • 68 ans

Gagnant à long terme!!!!
Regarder ce que valent les valeurs BNP.Natixis,France télécom etc.....

Trouvez-vous ce commentaire utile ?71
Publié le 24 août 2018 à 12h53 - #2patrick67
  • Homme

Gagnant à long terme : OUi!!!!
Regardez ce que gagnent ces valeurs : Hermès, L'Oréal, Air Liquide, Eurofins Scientific, Boiron, Précia, Essilor, Danone, Seb, Interparfums, Robertet...........

Trouvez-vous ce commentaire utile ?40
Publié le 24 août 2018 à 14h19 - #3Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

Je ne vais que sur des OPCVM ou des trackers pour éviter de suivre constamment l'évolution des cours. Le portefeuille est ainsi diversifié sans multiplier les frais de transaction...
Et je sais bien que les allers retour sur du court terme ne sont pas vraiment gagnants sauf pour les intermédiaires...
Je diversifie géographiquement car la bourse ce n'est pas que la France ou le CAC40...Heureusement d'ailleurs quand on regarde les performances.
Et pour les débutants prenez tout simplement un tracker monde il y en a chez lyxor et Amundi.
Ça fera très bien l'affaire et c'est eligible au PEA !
Sur longue période et dividendes réinvestis il n'y a pas plus rentable que les actions.
Les gros patrimoines en ont beaucoup dans leur patrimoine ce n'est pas pour rien. Si c'était catastrophique ils n'en auraient pas !
Et pensez aux enveloppes PEA et assurance vie. Question fiscalité c'est plutôt bien !

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 24 août 2018 à 20h25 - #4Pod
  • Homme
  • France
  • 50 ans

Pas convaincu par l'article.
J'ai eu des actions en auto-gestion durant une décennie. Puis en suis sorti à temps avant 2008. Le ratio temps vs investissement n'a jamais été positif… Auparavant, et initialement, j'avais ouvert un PEA en banque (géré par Natixis si je me souviens bien). Résultat : queues de cerises même avec un profil d'invest. relativement peu dynamique.
D'autre part, je n'oublie jamais qu'un gérant — bon comme mauvais —, se rémunère sur les versements et en dehors de la performance : on peut (parfois/souvent) perdre en ayant (toujours) payé. De plus, "les performances passées ne présagent pas des…etc" est des plus vrais.
La bourse reste un risque d'experts et comme le disait W. Buffet (il me semble) : "les pertes d'une majorité créent les bénéfices d'une minorité" (en termes plus crus : les gogos rincent les gestionnaires…). Sans moi. A moins d'avoir un ami de longue date correctement placé dans la profession, je ne suis pas suffisamment fortuné pour avoir confiance.
Et iI en va de même avec l'épargne retraite, PERP… et consorts en 'crédit-papier' que j'ai stoppé au lendemain de l'épisode chypriote de 2013… les banques et les Etats ne feront aucun cadeau lors de leur(s) défaillance(s). Too big to fail… ah !
A présent, je gère personnellement l'ensemble de mes valeurs — essentiellement de l'immo locatif — et je n'ai depuis, pas perdu le moindre cent et ai gagné ce que j'en attendais, en ayant évalué, choisi et piloté moi-même les biens acquis.
Enfin, l'absence de liquidité CT d'un portefeuille actions amène à "n'investir" que l'argent dont on n'a pas besoin (immédiatement). Tout comme le loto en fait.
A mon niveau, je ne suis pas assez fortuné pour jouer de cette manière…

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 25 août 2018 à 00h17 - #5Manu SIFP
  • Homme
  • Alsace
  • 42 ans

La bourse c'est de la diversification et du long terme au moins 8 ans.
Jusqu'à présent je ne connais pas de cas perdants sur plus de 8 ans avec l'allocation suivante :
30 % OPCVM obligataires ou fonds général
10 % immobilier style OPCI, SCPI, SCI..
30% actions américaines
30% actions européennes dont la moitié en petites ou moyennes capitalisations
Et d'autant plus en comptant les dividendes réinvestis.
C'est sûr que si on est 100% actions France ou zone euro ça peut faire mal même sur 8-10 ans...
Quelle que soit la société qui gère les fonds...
Il faut trouver le bon conseiller.
Quant a l'immobilier qui est un actif d'endettement la plupart des cas tout va bien quand ça monte..
.
Mais quand ça descend et qu'on doit vendre et qu'on a acheté avec l'argent de son banquier qu'il faut restituer... Sachant que les frais de notaire ne sont pas récupérés au moment de la vente ni les frais de garanties ou de dossier ni les impôts versés à l'Etat...
Je ne parle pas des locataires qui ne paient pas où dégradent le logement...
Tout le monde n'est pas gagnant avec la pierre qui peut faire aussi mal.
Même si c'est intéressant d'en avoir a dose raisonnable dans son patrimoine...surtout la résidence principale...

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10