psa

Les meilleurs placements en 2018 pour les CGP

  • Par Gwenole GUIOMARD
Un immeuble neuf
© Gilles Paire - Fotolia.com

La conjoncture économique 2018 s’annonce favorable, ce qui permet aux épargnants d'envisager cette année sereinement. Les conseils d'experts financiers pour épargnants prudents, ou plus audacieux.

Tous les financiers en conviennent : en termes de placement, 2018 s’annonce comme une très bonne année. La bonne croissance concomitante des pays émergents, de l’Europe et des USA explique cela. L’inflation est aussi maîtrisée. Les taux devraient certes remonter mais de façon lente. Seuls un risque géopolitique (conflits armés, attentats) ou l'éventuel éclatement de la bulle financière pourraient venir perturber ce bel ordonnancement. Pour ceux qui veulent investir, le premier conseil est, comme toujours, de diversifier ses placements. C’est la seule façon de minimiser les risques.

1 - L’assurance-vie

« Même si ses taux baissent, l’assurance-vie demeure le produit idéal pour l’épargnant prudent. Le rendement d’une obligation d’état tutoie les 0%. Celui d’une assurance-vie atteindra les 1% à 1,5%. Ces taux vont demeurer au-dessus de ceux du marché », estime Alfonso Lopez de Castro, directeur du corporate à la financière d’Uzès et président de l’établissement d’enseignement supérieur Financia Business School.

L’assurance-vie est, cette année, d’autant plus intéressante du fait de la nouvelle taxation des revenus du capital à un taux unique de 30%. « La porte d’entrée de l’assurance-vie peut rester le fonds euros. Mais il est indispensable de diversifier son épargne sur d’autres supports pour espérer une meilleure performance. Cela signifie prendre du fonds euros mais, aussi, des fonds patrimoniaux, des fonds actions, de l’immobilier. Un bon fonds euros ne fait pas nécessairement un bon contrat », rappelle Philippe Parguey, directeur associé de Nortia, une plateforme concevant des solutions financières.

2 - L’immobilier et les SCPI

Les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) conviennent aux épargnants prudents. Les performances attendues sur ces produits devraient atteindre les 3 à 4%. Si l’épargnant a 10 ans ou plus devant lui, il est aussi intéressant d’acheter un bien immobilier. Car les taux d’emprunt sont bas et ne pourront que remonter. « Je pense que dans des villes comme le Havre, celle du 1er ministre Philippe, le prix de l’immobilier va bondir », poursuit Stéphane van Huffel, co-fondateur de netinvestissement, une plateforme de produits patrimoniaux.

Pour Elena Azria, directrice associée du promoteur immobilier Océanic, « la pierre fait partie des meilleurs placements à réaliser en 2018. Le risque est minime avec des rendements de 2 à 5% pour peu que l’on choisisse correctement l’emplacement du bien, que l’on achète au prix du marché, que l’on s’assure contre les défaillances du promoteur et que l’on ait conscience que ce type de placement est à long terme (10-15 ans) ».

3 - Les actions européennes

Les épargnants plus audacieux peuvent placer une partie de leurs économies sur le marché action européen. Deux secteurs aux valorisations faibles comme l’automobile ou le secteur bancaire peuvent être à privilégier. « Les performances d’un fonds action en euro sont, rien qu’en janvier 2018, de 3,5% en moins d’un mois. Le fond en obligation d’état est de 0,09%… », précise Gaultier Lauriau, directeur de la cellule patrimoniale de l’assureur Aviva France.

« Les actions européennes font partie des éléments qu’il faut avoir dans son portefeuille de placements, poursuit Philippe Parguey, de Nortia. Le marché européen est aujourd’hui à privilégier car il est en retard en termes de valorisation. Mais le marché action est risqué. L’épargnant ne doit pas hésiter à faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine. »

4 - Or et cryptomonnaies

Attention, ces placements sont très risqués : le capital est loin d’être garanti ! Ainsi, la banque scandinave Nordea interdira, à partir du 28 février 2018, à ses salariés de réaliser des transactions en cryptomonnaie (Bitcoin ou autre Litecoin) « en raison de la non-réglementation du marché ». Mais, « pour un épargnant très audacieux, plaçant entre 2 et 5% de son épargne, ce peut être intéressant », estime Alfonso Lopez de Castro. « Ces monnaies cryptographiques doivent être placées comme de l’or. Il faut en acheter et attendre quelques années pour les revendre. En se plaçant à moyen terme (4 à 5 ans), l’on peut doubler voire tripler son investissement. » On peut aussi beaucoup perdre.

Dans l'idée de réaliser des paris, il est aussi possible de placer une faible partie de son épargne en or ou dans le crowdlending immobilier. Pour ce dernier placement, les risques sont importants mais le gain potentiel peut atteindre les 10%.

Partager cet article :
Par Gwenole GUIOMARD

© cbanque.com / GG avec BL / Janvier 2018