Placements : le PEA-PME plus attendu que les contrats d'assurance-vie Euro-croissance

  • Par
cac 40
© AMATHIEU - Fotolia.com

Les Français voient toujours l’investissement en actions comme un acte risqué, selon un sondage OpinionWay pour Actionaria. Mais une majorité d’entre eux approuve la probable création du PEA-PME en 2014. Ils sont par contre plus indifférents à la perspective de nouveaux fonds Euro-croissance pour l'assurance-vie.

Les Français jugent la création du PEA-PME, Plan d’épargne en actions dédié aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) et PME, utile à 54% selon l'étude OpinionWay-InfoPro Digital (1). Ce nouveau PEA, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2014, apparaît comme la nouveauté la plus positivement accueillie par les sondés, parmi les quatre choix proposés. Suivent la réforme des plus-values sur les cessions immobilières (48%), la création, au printemps dernier, de la Bourse des PME, EnterNext (44%) et celle du nouveau contrat d’assurance-vie Euro-croissance (40%), à ce jour encore hypothétique.

Lire aussi : Le plafond du PEA relevé, une nouvelle version dédiée aux PME en 2014

EnterNext plébiscité par les investisseurs

L’étude interroge plus précisément une seconde catégorie de personnes, les « investisseurs actifs », en se basant sur un panel de personnes préinscrites à Actionaria, le « salon de la Bourse » qui se tiendra à Paris les 22 et 23 novembre. Si la représentativité de ce panel peut apparaître discutable, ces visiteurs, majoritairement âgés (50% de 65 ans et plus) et disposant à 70% d’un patrimoine de plus de 105.000 euros, se montrent logiquement sensibles aux nouveautés relatives à la finance. Et ils jugent le PEA-PME utile à 68%, « très utile » à 23%.

Une mesure a été légèrement mieux accueillie par ce public spécifique : le création d’EnterNext, appréciée à 71%. Opérationnelle depuis le 23 mai dernier, cette nouvelle place de marché boursière est réservée aux PME et ETI. Fin août, le gouvernement a annoncé compter sur la création de ce nouveau marché pour augmenter le nombre de PME et ETI cotées, afin d’offrir aux épargnants une large palette d’investissements possibles dans le cadre du PEA-PME.

Les contrats Euro-croissance trop peu connus ?

En revanche, les préinscrits au salon Actionaria s’intéressent pour l’instant peu aux contrats d'assurance-vie Euro-croissance. Ils le jugent utile à seulement 51%, loin derrière EnterNext et le PEA-PME. Pourtant, ces fonds, toujours à l’état de projet, devraient permettre aux investisseurs de bénéficier d’une garantie de capital au terme des 8 ans du contrat, tout en offrant d'un rendement potentiellement supérieur aux fonds en euros puisque l’assureur pourra parier sur des placements plus risqués.

Mais la réforme de l’assurance-vie se fait attendre, désormais prévue pour le mois de novembre dans le cadre de la loi des finances rectificative. A contrario, le PEA-PME a bénéficié d’une importante couverture médiatique depuis l’annonce de son lancement fin août, ce qui peut expliquer les différences de jugements exprimées dans ce sondage.

La fiscalité, critère n°1 des investisseurs actifs

Un autre élément a pu influencer les choix des sondés : la fiscalité. Les « investisseurs actifs » en font leur critère n°1 d'arbitrage pour ces nouveaux dispositifs, à 36%, quand les Français interrogés lui préfèrent massivement la sécurité des placements (61%), reléguant la fiscalité au deuxième rang (18%). Or le gouvernement a annoncé que la fiscalité du PEA-PME serait calquée sur celle du PEA. Alors que le flou entoure toujours la future fiscalité des contrats d’assurance-vie.

(1) Etude réalisée par OpinionWay auprès de 1.000 individus représentatifs des Français majeurs du 2 au 4 octobre puis, en parallèle, par InfoPro Digital, organisateur du salon Actionaria, du 11 au 13 octobre auprès de 2.000 préinscrits (327 répondants) à Actionaria.

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Octobre 2013