Fortuneo

Fermer son compte bancaire : comment éviter les complications ?

Mains coupant une carte bancaire avec une paire de ciseaux
© Africa Studio - stock.adobe.com

Clôturer un compte bancaire n’est pas toujours une sinécure. Voici quelques infos et conseils à avoir en tête au moment de franchir le pas, de façon à anticiper au mieux d’éventuelles complications.

Vous avez décidé de changer de compte principal ? Ou de vous débarrasser d’un compte secondaire dont vous n’avez plus l’usage ? Dans les deux cas, vous allez donc être confronté à une clôture de compte bancaire. Une opération sensible qui, malgré certains progrès récents, reste généralement fastidieuse. Surtout si on la compare avec ce qui se passe quand on change d’opérateur téléphonique ou de de fournisseur d’énergie ! Selon un récent sondage OpinionWay pour MoneyVox.fr, 30% de ceux qui ont changé de banque ont trouvé ça compliqué, contre 8% pour l'électricité et 12% pour les télécom ou le gaz (1). Le degré de complication dépend toutefois de votre situation. Voici, au cas par cas, ce à quoi vous devez vous attendre.

Dans une banque traditionnelle

Vous êtes clients d’une banque traditionnelle, et vous avez décidé d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs… Opérer la transition entre votre futur ex compte principal et le nouveau est plus simple depuis l’introduction, en février 2017, du mandat de mobilité.

Ce mandat, une fois que vous l’avez signé, entraîne le transfert, en 22 jours maximum, de vos paiements récurrents : salaires, remboursements de santé, factures, abonnements… Il permet également, avec votre permission, la fermeture automatique de votre ancien compte une fois la transition achevée. Autre avantage : ce mandat est signé, au moment de l’ouverture du nouveau compte, en faveur de votre nouvelle banque, qui devient votre unique interlocutrice.

Le mandat de mobilité, toutefois, n’est pas parfait. Il peut parfois y avoir des « trous dans la raquette », et il est donc conseillé de suivre de près l’évolution du processus : les transferts effectifs de domiciliation, le passage de vos chèques, etc.

Lire sur le sujet : Le nouveau mode d'emploi du changement de banque

Si dans le doute, vous préférez vous charger vous-mêmes de la clôture, vous devrez en revanche vous adresser à votre ancienne banque. Une fois que vous avez changé la domiciliation de tous vos virements (entrants et sortants) et prélèvements, et que vous êtes assurés que tous vos chèques étaient passés, rendez-vous de préférence en agence pour clore le compte. Cela vous permettra d’éviter les aléas et les frais d’envoi d’un courrier postal - parfois perdu - et de restituer en main propre vos carte bancaire et chéquier.

Dans une banque en ligne

Vous êtes client d’une banque 100% en ligne ? Les points de vigilance sont globalement les mêmes que ceux décrits pour les banques traditionnelles. A une nuance près : si vous faites le choix de prendre en charge vous-même la procédure, sans mandat de mobilité, vous n’aurez pas d’agence pour la finaliser.

Pas d’autre choix, donc, que d’initier la demande de clôture depuis votre espace bancaire en ligne. La suite est plus ou moins simple selon les enseignes. Chez Boursorama par exemple, tout se fait en ligne, à moins qu’il ne s’agisse d’un compte joint : dans ce cas, un courrier papier est nécessaire. Chez ING et Fortuneo, il faut imprimer des formulaires, puis les compléter, les signer et les renvoyer par courrier postal. Quant aux moyens de paiement devenus obsolètes, il faudra généralement vous engager sur l’honneur à les détruire.

Reste la question des délais avant la fermeture effective, très variable selon les enseignes. Dans un test effectué par MoneyVox début 2017, ils allaient de 3 jours (chez Monabanq) à plusieurs mois (chez BforBank, Boursorama, Fortuneo…) Mieux vaut, donc, ne pas être trop pressé.

Chez une néobanque

Les néobanques sont promptes à mettre en avant l’efficacité de leurs procédures. C’est le cas à l’entrée en relation : toutes promettent des ouvertures de compte faciles et effectives en quelques minutes, et des cartes bancaires expédiées en quelques jours au plus.

La fermeture, en revanche, n’est pas toujours aussi simple. Premier écueil : ces nouveaux acteurs ne prennent pas tous en charge les mandats de mobilité, soit parce qu’ils sont de simples établissements de paiement (Nickel, Max, etc.), soit parce qu’ils sont des établissements de crédit étrangers (N26, Revolut…), donc non tenus d’appliquer la réglementation française sur ce point.

Il reste bien sûr possible de gérer la fermeture soi-même. Et là encore, il y a en a pour tous les goûts. Orange Bank permet de tout faire depuis l’application mobile. N26, un peu moins pratique, demande une confirmation rédigée par email. Chez Revolut, il faut d’abord vider le compte, puis interagir par tchat avec un conseiller. Chez EKO, enfin, la démarche est plus contraignante : il faut passer par une agence Crédit Agricole, notamment pour restituer en main propre les moyens de paiement.

Attention, pour finir, à ne pas fermer sur un coup de tête : en effet, certaines néobanques (N26, Revolut notamment) traînent des pieds, voire refusent de rouvrir un compte à un ancien client.

En résumé

Quel que soit le compte que vous souhaitez fermer, voici en résumé les quelques conseils à connaître pour éviter les complications.

  • Si vous changez de compte principal, réfléchissez à utiliser un mandat de mobilité. Malgré tout, soyez attentifs à la bonne marche de la transition.
  • Si vous préférez procéder à la fermeture vous-mêmes, soyez méthodiques en vérifiant notamment que les changement de domiciliation des prélèvements ont bien été pris en compte, et en pointant vos chèques. Ce qui nécessite de laisser son compte d'origine ouvert plusieurs mois pour éviter les mauvaises surprises.
  • Ne laissez pas trop d’argent sur le compte à clôturer, mais suffisamment pour honorer les paiements en cours et éviter les incidents de paiement ;
  • Si vous êtes à découvert, veillez bien à alimenter le compte pour le ramener à zéro ;
  • Pensez à télécharger vos relevés de compte et les coordonnées de vos bénéficiaires de virements. Une fois votre compte clos, l’accès à votre espace bancaire en ligne va en effet être restreint puis fermé.
  • Rappel : la fermeture d’un compte bancaire est possible sans préavis et elle ne peut être facturée par les banques.

A consulter : notre page consacrée au changement de banque, et le comparatif des offres des banques en ligne.

(1) Etude réalisée en ligne entre le 14 et le 20 juin 2019, par OpinionWay pour MoneyVox.fr, auprès d’un échantillon de 2 002 Français âgés de 18 ans et plus, représentatif de la population, et constitué selon la méthode des quotas.

Partager cet article :

© cbanque.com / MoneyVox / VM / Septembre 2019

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 24 septembre 2019 à 14h55 - #1Gaï

Merci pour ces infos.
Clôture de compte particulièrement difficile chez la caisse d'épargne (avec détention de parts sociales). L'agence ne réponds plus à nos requêtes. Ne reste plus qu'à faire intervenir le médiateur.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?50
Publié le 24 septembre 2019 à 17h36 - #2Back
  • Paris

Bonjour, pour clôturer un compte a la caisse d'épargne avec ses parts sociales, il faut s'y prendre bien a l'avance car une clôture définitive est parsemée d'embûche. Les parts sociales doivent être revendus au moment du conseil général, soit une fois par an (début mai) donc il faut envoyer un recommandé un mois avant demandant la revente et donc récupérer la ou les sommes sur son compte. Le virement s'effectue entre juin et juillet. Entre temps il faut demander la clôture des assurances associées aux comptes liés à CNP Assurances et autres organismes. (Ou bloqué les prélèvements de celles-ci qui les clôtures aux deuxième rejets) A partir de juillet/août, vous pouvez commencer à gérer la clôture définitive, une fois la mobilité bancaire effectué par la nouvelle banque. En tenant compte du préavis d'un mois une fois le recommander avec AR envoyé.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?40
Publié le 24 septembre 2019 à 18h08 - #3Gaï

En effet.
Mon agence s'est bien gardée de me communiquer la marche à suivre.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?
Publié le 25 septembre 2019 à 07h02 - #4Stunt38
  • Homme
  • 100 ans

En tant que pro du secteur, ce qui est surtout long c'est le temps de reaction de certains organismes en particulier les impôts et les retraites.
On voit parfois des bugs intersidérals sur ceux là malgré plusieurs relances.
Parfois c'est aissi un refus de mobilité de la banque cedante sur un motif futile, faut donc relancer et pas lacher le morceau mais au passage on perd 15 jours.
Je déconseille la clôture automatique, ça évite les incidents du type chèque égaré qui se représente ou un organisme qui n'aurait pas encire mis le rib à jour.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?10
Publié le 4 octobre 2019 à 19h26 - #5Banker
  • Homme
  • IdF
  • 40 ans

J’ai effectué un mandat de mobilité récemment. Cela fonctionne plutôt bien mais j’ai noté une bizarrerie : les impôts ont bien pris en compte le nouveau compte pour le prélèvement à la source mais ni pour la taxe foncière ni la taxe d’habitation

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire