Fortuneo

La Banque de Norvège fait une pause dans le relèvement des taux

Drapeau de la Norvège
© Alexander Erdbeer - Fotolia.com

La Banque de Norvège a, comme attendu, laissé son taux directeur inchangé jeudi, à 1,25%, faisant une pause dans le resserrement monétaire amorcé l'an dernier, avant une nouvelle hausse de plus en plus incertaine du fait de la conjoncture internationale.

La banque centrale norvégienne, qui a relevé son taux à trois reprises depuis septembre à rebours de ses homologues dans les autres pays industriels, envisage toujours une nouvelle hausse cette année mais note que les risques pesant sur l'économie mondiale hypothèquent les prévisions.

Si l'économie norvégienne continue de bien se porter, l'aggravation des tensions commerciales et les incertitudes liées au Brexit pourraient peser sur la croissance mondiale et domestique, a-t-elle noté.

« Les risques pesant sur les perspectives économiques mondiales entraînent une plus grande incertitude sur l'évolution future des taux », a souligné le gouverneur Øystein Olsen dans un communiqué.

Un nouveau relèvement du taux norvégien en septembre, présenté comme probable en juin, pourrait ainsi s'éloigner et être repoussé à décembre.

« Intelligent de la part de la Banque de Norvège de s'abstenir de pointer nommément vers septembre », a commenté Kjersti Haugland, économiste chez DNB Markets, en faisant elle aussi valoir les risques pesant sur l'économie mondiale.

« Nous pensons que la (Banque centrale) va devoir renoncer à de nouvelles hausses », a de son côté estimé Kari Due-Andresen chez Handelsbanken.

Plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, la Norvège a renoué avec une croissance solide grâce à un rebond des investissements pétroliers, une politique budgétaire légèrement expansive et la faiblesse de la devise.

La couronne norvégienne s'est nettement affaiblie ces dernières semaines, plombée par la chute du cours du pétrole, ce qui pourrait doper l'inflation en renchérissant le prix des produits importés. L'inflation est déjà supérieure à l'objectif officiel de politique monétaire.

En juillet, l'inflation sous-jacente –hors énergie et variations fiscales– s'est élevée à 2,2%, au-delà des 2,0% visés.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire