BforBank

La Banque Postale : un bénéfice atone, en attendant le pôle financier public en 2020

Un DAB de la Banque Postale
André Tudela – Photographe Le Groupe La Poste

La Banque Postale, filiale bancaire du groupe La Poste qui se prépare à la création du pôle public financier en 2020, a vu son bénéfice stagner (+0,1%) au premier semestre, freiné par les taux bas.

Le produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d'affaires, s'est replié de 2,6% à 2,85 milliards d'euros, pénalisé par le recul des revenus de la banque de détail, qui représentent plus de 90% du PNB du groupe. « Tous nos chiffres commerciaux sont au vert », a affirmé à l'AFP Rémy Weber, président du directoire de La Banque Postale, évoquant la croissance des crédits, notamment dans les « nouveaux métiers » liés au marché des entreprises, ainsi que la conquête de clients. « Nous sommes en diversification accélérée » tant dans la clientèle fortunée que professionnelle car « nous partons de beaucoup plus loin » que nos concurrents, a rappelé le dirigeant du groupe bancaire, lancé en 2006.

Dans le détail, la banque de détail a subi une baisse de 4% de son chiffre d'affaires à 2,59 milliards d'euros. La progression des encours d'épargne et de crédits n'a pas suffi à compenser l'érosion de la marge et des commissions de la branche qui souffre, comme toute l'industrie bancaire européenne, de l'environnement durable de taux bas. « Nous sommes aussi très sensibles ce semestre au plafonnement des frais » d'incident bancaires qui ont coûté 39 millions d'euros sur la période, a souligné Rémy Weber. Les revenus de la gestion d'actifs ont également stagné à 74 millions d'euros. Seule l'assurance a vu ses revenus bondir de 24% à 180 millions d'euros.

Caisse des dépôts + CNP + La Poste

D'où l'importance pour La Banque Postale de la création du pôle financier public, prévue pour début 2020. La banque sera l'un des piliers de cette nouvelle entité, dotée d'un bilan de plus de 1 000 milliards d'euros, avec CNP Assurances et la Caisse des dépôts (CDC), bras financier de l'Etat. Une fois l'opération finalisée, La Banque Postale détiendra 62,13% de CNP Assurances. En contrepartie, la Caisse des dépôts deviendra l'actionnaire principal de La Poste.

« Nous aurons à la fois un rôle d'actionnaire majoritaire et de distributeur partenaire, cela nous donne une ouverture de bancassurance », a précisé Rémy Weber. Un « protocole d'accord engageant » a été signé mercredi entre l'Etat, la Caisse des dépôts (CDC), La Poste et La Banque Postale, qui fixe les modalités de l'opération. La création de ce grand pôle avait été annoncée fin août 2018 et justifiée en particulier par la nécessité de permettre à la Poste de trouver de nouvelles sources de revenus. Elle vise aussi « à renforcer la cohésion des territoires et à lutter contre la fracture territoriale en métropole et dans les outremers ».

Remy Weber s'est également félicité mercredi de l'accord récent conclu avec le groupe bancaire mutualiste BPCE, également actionnaire de CNP Assurances, pour créer une société de gestion commune, détenant plus de 400 milliards d'euros d'actifs sous gestion. Les deux groupes ont aussi validé un nouveau pacte d'actionnaires à échéance fin 2030 autour de CNP Assurances. A terme, BPCE détiendra 16,11% du capital de l'assureur.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 31 juillet 2019 à 20h50 - #1Conseiller La Banque Postale
  • Homme

Je suis conseiller financier La Banque Postale et il y a de grandes différences entre le discours officiel et la réalité du terrain ! On nous mets une pression affolante en nous accusant en local de la perte de 25 000 clients actifs par mois (300 000/an), on nous fait du chantage à la vente en nous disant que 4 filiales sont en quasi-faillite (Lbp Prévoyance, Lbp Iard, Lbp Financement et La Poste Mobile) et que la branche Iard va être arretée. Tout ça après nous avoir harcelé de septembre 2018 à aujourd'hui pour vendre un maximum d'assurances-vie et d'unités de compte sous peine d'être les coupables en cas d'échec de mariage avec la Cnp...
Le nombre de burn-out des conseillers financiers est effarant, le nombre de démission est très important. Sans compter un salaire pas mirobolant par rapport à la concurrence et qui baisse chaque année depuis l'instauration de Malus pour le commissionement quadrimestriel.
Au final, le chiffre d'affaire est en hausse très significative en sachant que 20 à 30% des postes de conseillers financiers sont vacants (en recherche de 15 conseillers rien que dans mon département).
En plus d'avoir honte de travailler à La Banque Postale, je suis ecoeuré par le discours des grands patrons.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20
Publié le 31 juillet 2019 à 22h11 - #2Patience
  • Femme

j'étais conseillère spécialisée et mon poste a été délocalisé à 180 Km de chez moi. Multidiplomée et bien notée j'occupe une fonction qui n'a rien à voir avec mes qualifications. Les profils recherchés sont jeune femme plutot jolie, surtout désihinibée et sans aucune culture bancaire (pour preuve les 50 millions d'amende infligé par l'Acpr) . M. Weber avait promis un Résultat Net de 1 Milliard pour 2020, aujourd'hui il en est loin, va t on délocaliser son poste ?

Trouvez-vous ce commentaire utile ?30
Publié le 1er août 2019 à 00h13 - #3Conseiller La Banque Postale
  • Homme

Rien ne va plus à La Banque Postale ! Ma Directrice (embauchée par piston et pour sa plastique parfaite) sort tout juste de l'école et ne savait même pas ce qu'est Opci avant que je lui explique et elle fait toujours la confusion avec les Scpi! Par contre, comme tous les DS, elle connaît les phrases magiques "donne moi tes prévisions de vente pour la semaine" et "pourquoi tu n'as pas vendu" mais elle a Zéro connaissance bancaire contrairement aux vieux directeurs qui ont franchi tous les échelons. Mon ancien directeur faisait cependant encore mieux dans la guerre des chiffres et des remontées de tableaux : pour tout client ayant une grosse rentrée d'argent sur leur Ccp, il annonçait 50% de la somme en vente Effective de versement assurance-vie aux supérieurs avant même que le Rdv ne soit réalisé !! Je ne vous parle même pas de la pression et l'angoisse pour le conseiller avant un rdv à 200 ou 300ke !! Plein de directeur utilisent malheureusement ces fausses remontées de chiffres pour ne pas se faire démonter par les DT et les DR.
L'infantilisation des conseillers s'est intensifiée, et les objectifs sont irréalistes. Sans compter que 40% de l'activité se fait en Vente à distance par téléphone (on passe pour des charlatans auprès de notre clientèle et la confiance en prends un sacré coup ainsi que notre crédibilité), le Sav est omiprésent et est en pleine croissance suite aux suppressions massives d'emplois et de services au sein des centres financiers.
Une très grande majorité de guichetiers n'ont pas la culture et les capacités pour traiter le sav bancaire, contrairement aux vraie banques qui ont un vrai chargé d'accueil bancaire... (combien de guichetiers viennent me demander le plafond du livret A ou le taux! Combien de guichetiers prennent des rdv en qualifiant de prospects les clients sur l'agenda des conseillers et ne mettent aucun objet de rdv ... alors que le motif est "je n'ai pas reçu mon relevé de compte" et qu'une heure est bloquée sur notre agenda).
Je reçois des appels de clients qui m'engueullent car leur box internet ne fonctionne pas et me menacent de fermer leurs comptes si leur connexion ne refonctionne pas dans la soirée. Autre exemple, il est impossible pour les conseillers d'éditer en bureau un Relevé d'Information d'assurance automobile car la direction de La Banque Postale nous jugent non capables de "sauver" les contrats Iard! Idem, impossible d'effectuer des avenants Iard lors d'un changement de véhicule! L'art de tuer une relation commerciale et de perdre tous les contrats d'un client ! Les cofi 3.1 même avec 30 ans d'ancienneté n'ont pas le droit d'effectuer les reversements Ass Vie supérieurs à 25000e, ils doivent être saisi par le conseiller en Patrimoine ou le référent patrimonial. Idem pour les rachat Ass Vie pour les client détenant un placement Cachemire... De plus, depuis la suppression des conseillers spécialisés en immobilier, la formation des conseillers généralistes a eté minimaliste et on angoisse à chaque dossier et car nous n'avons quasiment aucun appui et ainsi pas les compétences. Pour ma part je dois régulièrement appeler mon ancien Csi qui est en retraite pour m'aider.
Le comble, c'est que les nouveaux embauchés gagnent plus que moi et mes 15 ans d'ancienneté !!
La pénurie des conseillers de La Banque Postale est telle que l'on embauche actuellement quasiment n'importe qui... Sans prétention aucune, 50% des nouveaux embauchés n'ont pas la capacité pour faire ce métier.
Je me lache dans mon commentaire car je dois vous avouer que je suis en pleine négociation de rupture conventionnelle et normalement rejoindre le Crédit Agricole car mon maigre salaire pour 45h semaine est très très léger. On verra si c'est mieux ou pire mais en compensation j'augmenterais mon salaire annuel de 6000e au C.A si mon mercato se déroule sans embûches.
Bon courage aux conseillers de la Banque Postale, et surtout prenez du recul, beaucoup de recul pour protéger votre santé et votre moral. Les autres banques savent que nous avons de nombreuses qualités même si la direction de LBPostale a toujours eu l'art de nous fait croire que nous sommes des nuls.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?20

Ajouter un commentaire