Fortuneo

Banque, assurance : les 10 choses à faire pour partir sereinement en vacances

Valises et sacs dans le coffre d'une voiture
© GTeam - stock.adobe.com

Enfin ! Les vacances arrivent, le grand départ est pour bientôt. Toutefois, avant de tout oublier pour quelques semaines, mieux vaut se préparer et anticiper les désagréments. Voici une check-list, non exhaustive, des 10 choses à faire avant de partir.

Protégez votre domicile

1 - Prévenir les sinistres - Revenir de vacances et se retrouver, chez soi, les pieds dans l’eau : difficile de faire plus désagréable. Pour éviter ce genre de mésaventure, il y a une solution simple, à mettre en œuvre impérativement avant de partir : couper l’arrivée d’eau. C’est d’autant plus important qu’en cas de dégât des eaux en votre absence, vous n’êtes pas sûr d’être indemnisés : nombre d’assurances habitation prévoient en effet des restrictions de garantie quand les mesures de prévention adéquates n’ont pas été prises. En général, les assureurs attendront donc de vous que vous coupiez l’eau, voire que vous vidangiez les conduites et les appareils du type ballon d’eau chaude, dès que vous vous absentez plus de 3 jours.

Le conseil vaut évidemment aussi pour le gaz et, dans la mesure du possible, pour l’électricité. Pas toujours simple, notamment s’il reste des aliments dans votre congélateur. Mais il est conseillé de débrancher tout ce qu’il est possible de débrancher, notamment les appareils sensibles à la foudre : télévision, ordinateur, box internet, etc.

2 - Prévenir les cambriolages - En 2017, plus de 310 000 résidences principales ont été cambriolées et 313 000 ont subi des tentatives (1). C’est malheureux, mais se faire cambrioler pendant ses vacances n’est pas rare.

Il existe toutefois quelques parades pour réduire les risques. La première : simuler autant que possible une présence au domicile. Pour cela, on peut s’appuyer sur des proches et leur demander de relever le courrier ou de venir ouvrir les volets ou allumer les lumières de temps en temps. Certains dispositifs de domotique permettent également de simuler cette présence. Il est en revanche déconseillé de laisser ses volets ouverts en permanence : là encore, cela peut entraîner une restriction de garanties du côté de votre assureur. Vous pouvez aussi choisir de louer votre logement pendant votre absence : vous limiterez ainsi les risques de visites, tout en bénéficiant d’une rentrée d’argent.

Autre conseil : évitez autant que possible de laisser des traces publiques de votre absence. N’indiquez donc pas que vous êtes partis en vacances sur votre répondeur téléphonique, et attendez si possible votre retour pour poster des photos sur les réseaux sociaux.

Préparez votre trajet

3 - Vérifier votre assurance auto - Avant de partir sur la route des vacances, assurez-vous que votre voiture est en état : vérifier l’état et la pression des pneus, le cas échéant faites-la réviser… Une panne ou un accrochage est toutefois toujours possible. Pensez alors à vérifier que vous êtes titulaire d’un contrat d’assistance. Cette garantie est souvent incluse dans votre assurance auto, mais elle peut aussi être optionnelle. Consultez votre police avant de partir, ce qui vous permettra aussi de savoir ce que couvre précisément la garantie - si elle inclut par exemple une franchise kilométrique - et comment la déclencher en cas de souci. Rappel : si vous partez avec une caravane ou une remorque, il faut également les assurer.

4 - Train ou avion : protégez-vous des aléas - Vous partez plutôt en train ou en avion ? Là aussi, vous pouvez subir des aléas : retards, annulations, perte de bagages, etc. Des préjudices dont les conséquences ne sont généralement pas couvertes par votre assurance habitation. Ils le sont, en revanche, par les packages d’assurances inclus avec votre carte bancaire, à condition que celle-ci soit premium (Visa Premier, Gold Mastercard et au-delà). Attention toutefois : ces garanties ne se déclenchent que si vous payez par ce moyen tout ou partie - cela dépend des banques - de votre voyage. Ainsi, si vous détenez une carte premium, utilisez-la pour payer vos billets de train ou d’avion.

Evitez les désagréments sur votre lieu de vacances

5 - Assurez-vous que vous êtes couverts en cas de dégâts dans votre location - Vous avez opté pour une location saisonnière, à un loueur professionnel ou à un particulier propriétaire ? Votre assurance multirisques habitation couvre normalement votre responsabilité en cas de problème : si vous cassez quelque chose, par exemple. Vérifiez toutefois ce point avant de partir. Et n’hésitez pas à emmener un double de votre contrat avec vous. Autre conseil : ne prenez pas l’état des lieux d’entrée à la légère, et pensez à relever les compteurs.

6 - Vérifiez que vos plafonds de carte bancaire sont suffisants - Qui dit vacances dit en général dépenses exceptionnelles. Votre capacité à utiliser votre carte bancaire, toutefois, n’est pas illimitée. Elle est soumise à des plafonds de paiements - sur 30 jours glissants - et de retraits - sur 7 jours glissants en général -, dont les montants par défaut varient de quelques centaines d’euros pour les cartes d’entrée de gamme à plusieurs milliers pour les cartes premium. Une fois ces montants atteints, votre carte se bloquera, même si vous disposez sur votre compte de l’argent nécessaire pour couvrir la dépense.

Avant de partir, vérifiez donc où vous en êtes, sur votre espace client ou votre application mobile. Et si vous craignez un dépassement, demandez une augmentation temporaire à votre banque. Une option généralement gratuite et parfois activable, en autonomie et en temps réel, depuis votre ordinateur ou votre mobile. Au passage, vérifiez aussi la date limite de validité de votre carte bancaire. Et pensez à récupérer la nouvelle si elle arrive à échéance.

Si vous partez à l’étranger

7 - Prévenez votre banque - Parmi les paramètres utilisés par votre banque pour prévenir la fraude à la carte bancaire, la localisation des paiements figure en bonne place. Pour éviter une alerte inutile et un risque de blocage, il est donc fortement conseillé de prévenir votre banque de votre départ à l’étranger. Pas forcément si vous partez dans un pays limitrophe (Espagne, Angleterre, Italie, etc.) mais impérativement si vous quittez l’Europe, notamment pour aller en Asie ou en Afrique.

8 - Vérifiez que vous êtes couverts en cas de dommages causés à vous-mêmes et à autrui - Vous vous baladez en vélo à Central Park, à New York, et vous renversez malencontreusement un piéton. Pour éviter d’avoir à supporter les frais médicaux causés par l’accident - particulièrement élevés dans un pays comme les Etats-Unis - deux garanties s’imposent : la prise en charge de vos frais médicaux, et de ceux du tiers impliqué.

Si vous voyagez en Europe, pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie qui vous permettra de bénéficier d'une prise en charge. Hors d'Europe, il est conseillé de s'équiper d'un contrat d'assistance, prévoyant le remboursement des frais médicaux engagés et, si nécessaire, un rapatriement sanitaire. Des garanties qui peuvent être incluses dans les assurances de votre carte bancaire : vérifiez !

En ce qui concerne les dommages causés à autrui, il est indispensable de disposer d'une couverture de votre responsabilité civile à l’étranger. Elle est parfois incluse par défaut dans les multirisques habitation, mais est le plus souvent optionnelle. Vérifiez ce point avant de partir. Avant de souscrire, vérifiez néanmoins que vous n’êtes pas couvert, là aussi, par votre carte bancaire : la RC à l’étranger est en effet couramment présente dans les packages d’assurance des cartes premium.

9 - Anticipez le coût des paiements et retraits en devises - L’euro a grandement facilité les voyages en Europe : plus besoin de faire du change, plus de frais supplémentaires sur les paiements ou les retraits par carte. Il en va différemment quand vous quittez la zone euro, y compris pour la Grande-Bretagne et tout autre pays n’ayant pas adopté la monnaie unique. Là, à chaque paiement ou chaque retrait, vous devrez régler des frais à votre banque. Avant de partir, vérifiez leurs montants. Et, le cas échéant, équipez-vous d’une carte limitant ces frais. Il y en a de plus en plus sur le marché, par exemple chez Boursorama, N26, Revolut ou encore Max. Et certaines sont gratuites sans conditions.

A consulter : le comparatif des banques mobiles

10 - Vérifiez que vous pouvez utiliser votre mobile - Jamais sans mon mobile ! Il devient de plus en plus difficile de se passer de son smartphone, y compris en voyage. Pour se repérer, réserver un hôtel ou… vérifier l’état de son compte et contacter sa banque en cas de problème.

Utiliser son mobile à l’étranger, toutefois, peut coûter cher. Si vous partez en Europe, pas de soucis : les frais d’itinérance, c’est-à-dire les surcoûts des appels et SMS passés depuis l’étranger, ont disparu depuis 2017, grâce à l’action des institutions européennes. Et la plupart des forfaits intègrent désormais un quota de data à utiliser hors de nos frontières.

Si vous changez de continent, c’est une autre histoire. Avant de partir, vérifiez le prix facturé par votre opérateur pour les communications passées depuis votre pays de destination. S’il vous paraît usuraire, plusieurs solutions. Souscrivez un autre forfait : nombre d’entre eux, y compris chez les opérateurs low cost, intègrent désormais des quotas de data aux Etats-Unis, au Canada, voire en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Ou prenez une option adéquate : tous les opérateurs proposent en effet des pass voyage, qui permettent de maîtriser cette dépense.

(1) Source : enquête « Cadre de vie et sécurité 2007 - 2018 », Insee-ONDRP-SSMSI.

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Juillet 2019