BforBank

Roland-Garros : pourquoi BNP Paribas mise des millions sur le tennis

Publicité tennis de BNP Paribas
Archives historiques BNP Paribas - Copyright Agence Bélier - DR

A partir du 26 mai, Rafael Nadal, Roger Federer, Gaël Monfils et autres stars du tennis mondial s'attaquent à la terre ocre de Roland-Garros. Un rendez-vous sportif majeur, auquel la banque BNP Paribas s'accroche à tout prix. Zoom sur la longue histoire de la banque et du tournoi parisien.

Voici un demi-siècle, BNP n’était pas la banque du tennis mais la « banque du Tour ». En 1966, la jeune Banque nationale de Paris (BNP), issue du rapprochement BNCI-CNEP, prend le relais de la BNCI dans la caravane du Tour de France avec des camionnettes-guichets. BNP restera associée au Tour de France jusqu’en 1987 avant de s'effacer quand le Crédit Lyonnais a pris place sur le maillot jaune.

La passion de BNP pour la petite balle jaune commence en 1973 : la banque parisienne s’accorde avec la Fédération française de tennis (FFT) pour financer la construction de loges sur le court central de Roland-Garros. En contrepartie, les trois lettres de BNP trouvent leur place sur les célèbres bâches vertes au fond du court. Une place stratégique sur un terrain de tennis.

Un sponsoring à vocation internationale depuis 2001

Depuis, jamais cette présence sur les courts de terre battue n’a été remise en cause. Bien au contraire. Au fil des années, la banque a cherché à associer de plus en plus fortement son image à la petite balle jaune. En 1991, « la BNP décide donc de renforcer la visibilité de son partenariat, en concevant une campagne publicitaire aux slogans décalés et en clin d’œil à l’univers du tennis », raconte la banque dans ses archives. Les slogans ? « Entrez, vous serez frappés par nos services » ou « T’as pas deux balles ? »

« T’as pas deux balles ? »

Cette association va bien au-delà de Roland-Garros, surtout depuis 2001. Avec la fusion entre BNP et Paribas, la banque « a choisi résolument d’axer sa stratégie de sponsoring sportif sur le tennis, deuxième sport majeur en termes d’audience, revendiquant sa position de ''partenaire de tous les tennis'' à l’échelle mondiale », lit-on dans le rapport annuel 2001. A partir de 2002, le nom de la banque est officiellement associée à la prestigieuse « coupe du monde de tennis », la « Coupe Davis by BNP Paribas », ainsi qu’à son équivalent féminin la « Fed Cup by BNP Paribas ». En 2009, la banque a aussi mis la main sur le très renommé tournoi américain d’Indian Wells.

BNP Paribas : Roland-Garros plutôt que Bercy et la Coupe Davis

Un autre événement a été historiquement associé à BNP Paribas : le tournoi de Bercy, créé en 1984 et dont la banque devient le sponsor dès 1986. S’il n’appartient pas à la caste des quatre tournois du Grand Chelem, comme Roland-Garros, il figure dans la deuxième catégorie, celle des Masters. En 2002, le « Tennis Masters Series » de Paris est même renommé « BNP Paribas Masters ».

Un contrat supérieur à 10 millions d'euros par an ?

Une association qui prend fin en 2017. Le tournoi, qui se tient chaque année à l'automne, a fait sa mue en « Rolex Paris Masters ». Pourquoi la banque a-t-elle laissé sa place à la marque d'horlogerie ? Selon L’Equipe, BNP Paribas aurait refusé une importante revalorisation de contrat réclamée par la FFT pour le « package » des deux tournois parisiens, Bercy et Roland. Finalement, BNP Paribas a officialisé, le 13 février 2017, « poursuivre l’aventure » avec Roland-Garros, mais pas avec le tournoi de Bercy (enceinte rebaptisée AccorHotels Arena). « Le contrat [avec la fédération] sera ainsi supérieur à 10 millions d'euros mais inférieur aux 20 millions d'euros que souhaitait initialement la FFT », croit savoir Challenges, le groupe ne communiquant ni sur les montants investis, ni sur les retombées publicitaires.

Un million d'euros sur les « jeunes talents »

En 2019, la banque a cette fois mis fin à son partenariat avec la Coupe Davis, la « coupe des nations » du tennis mondial. Mais la fin de ce sponsoring est plus probablement liée à la réforme de la Coupe Davis, critiquée par de nombreux tennismen. BNP Paribas reste d'ailleurs partenaire de la Fed Cup, l'équivalent de la Coupe Davis pour les femmes. Et la banque a annoncé en 2018 investir 1 million d'euros sur 3 ans pour développer la « Team BNP Paribas jeunes talents » : un programme de soutien à de jeunes joueurs et joueuses de tennis.

En quelques années, BNP Paribas a certes perdu un événement automnal, Bercy, et un événement au long court, la Coupe Davis, mais la banque est assurée d'être associée à l'éclosion de jeunes talents tricolores. Et elle s'est surtout assurée de bénéficier de l’exposition mondiale de Roland-Garros jusqu’en 2022. Toujours en tant que partenaire majeur (« parrain officiel »). En 2022, le partenariat fêtera son 49e anniversaire.

Lire aussi notre dossier sur le sport et les banques

Partager cet article :

© cbanque.com / BL / Août 2017 - MAJ mai 2019