BforBank

Brésil : la Banque centrale maintient son taux directeur à 6,5% (officiel)

Drapeau du Brésil
© Lobo Images - Fotolia.com

La Banque centrale du Brésil a une nouvelle fois maintenu son taux directeur à 6,5%, son plus bas niveau historique depuis mars 2018, a annoncé mercredi l'institution monétaire qui est présidée depuis peu par Roberto Campos Neto.

Le choix de la prudence dans la politique monétaire de la première puissance d'Amérique latine était attendu par le marché. La décision a été prise à l'unanimité des neuf membres du Comité de politique monétaire (Copom), a souligné la BCB dans un communiqué.

Voilà un an que ce taux, le Selic, principal outil de lutte contre l'inflation, est à son plus bas historique de 6,5%.

Malgré cela, les pressions se multiplient pour un nouvel abaissement du taux, car l'activité économique peine à repartir depuis la récession de 2015-2016 : le PIB du Brésil a crû de 1,1% en 2017 et 2018 et les premiers signes de contraction ont fait leur apparition en janvier.

« La faible performance de l'activité économique montre que le Brésil doit réduire les taux », a ainsi affirmé la puissante Confédération nationale des industries (CNI) dans un communiqué.

Mais la Banque centrale n'aime pas agir sous pression, comme l'a indiqué le communiqué du Copom, qui souligne « l'importance d'observer le comportement de l'économie brésilienne sur le long terme » avant de se prononcer.

« Le Copom estime que cette évaluation demande du temps et ne doit pas être conduite de manière court-termiste », ajoute l'institution.

La BCB devrait maintenir ce taux à ce niveau tout au long de l'année 2019 avant de le relever à 7,75% en 2020, selon l'enquête hebdomadaire Focus de la BCB publié mardi, qui parie sur une reprise de la croissance.

« Le Copom estime que faire preuve de prudence, sérénité et persévérance dans les décisions de politique monétaire, y compris face à des contextes volatiles, a été utile pour maintenir l'inflation en accord avec les objectifs », souligne la BCB, en référence aux conseils de « prudence, sérénité et persévérance » énoncés par le président sortant de l'institution Ilan Goldfajn dans son dernier communiqué.

Le ministre de l'Economie Paulo Guedes, d'inspiration ultra-libérale, a annoncé qu'il mettrait tout en œuvre pour faire approuver en juin ou en juillet la réforme des retraites, jugée essentielle pour réduire le déficit public.

Pour que le taux Selic descende sous la barre des 6,5%, « l'inflation devrait être maintenue sous contrôle et l'économie continuer de tourner au ralenti. Mais il faudrait aussi que la réforme des retraites soit votée, car un budget plus austère contribue à une maîtrise de l'inflation », a affirmé Alex Agostini, du cabinet Austin Rating.

En 2018, le taux d'inflation s'est établi à 3,75%, inférieur à l'objectif de la Banque centrale, mais supérieur à celui de 2017 (2,95%). Pour 2019, les analystes tablent sur une inflation de 3,89%.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.