BforBank

Banque Populaire-Caisse d'Epargne : la lourde facture de Fidor

Cartes bancaires Fidor
DR

Acquise en juillet 2016 par BPCE, Fidor a certes été lancée en France, mais en catimini et dans une version dépourvue de services bancaires. A l’origine de ce choix, la mauvaise santé financière de la néobanque allemande, selon Le Monde.

Le rachat, en juillet 2016, de Fidor par BPCE avait tout d’un évènement. Jusqu’ici quasi-absent du marché de la banque digitale, le groupe bancaire français, qui chapeaute notamment les enseignes Caisse d’Epargne et Banque Populaire, s’offrait la première des néobanques, fondée en 2009 à Munich. Une entreprise à l’équilibre, équipée d’une licence bancaire et comptant près de 160 000 clients réguliers en Allemagne. Son lancement en France était programmé pour la fin 2017 : Fidor semblait alors prête à se lancer dans la bataille face à N26, Revolut ou Orange Bank.

Lire sur le sujet : Fidor, la banque mobile « nouvelle définition » de BPCE

Rien toutefois ne semble s’être passé comme prévu. Fidor a bien fini par être lancée dans l’Hexagone, en juin 2018, mais sans aucune promotion et dans une version allégée de tout service bancaire : pas de compte, pas de carte et un simple accès à la plateforme communautaire, originalité de son modèle.

Nouvelle stratégie de développement

Dans un article publié vendredi dernier, Le Monde revient sur les coulisses de ce rachat. A l’origine des réticences de BPCE, selon le quotidien, le choix des dirigeants de Fidor d’investir une partie des dépôts de leurs clients allemands, à hauteur de 130 millions d’euros, dans « un portefeuille de crédits à la consommation automobile subprimes au Royaume-Uni afin de doper ses résultats ». Un placement risqué dont BPCE n’ignorait pas l’existence, mais dont la valeur s’est dégradée rapidement « entre la signature de la convention de cession et le transfert de la propriété des actions ».

Résultat : après avoir déboursé 142 millions d’euros pour racheter Fidor, le groupe français a dû procéder depuis à deux recapitalisations, portant le coût total du rachat de la néobanque à 230 millions d’euros. De quoi refroidir les ardeurs de BPCE, qui ne semble pas prêt dans l’immédiat à investir plus pour développer la marque hors d’Allemagne. Toujours selon Le Monde, le groupe bancaire aurait ainsi mandaté le cabinet de conseil Oliver Wyman pour réfléchir à « une nouvelle stratégie de développement de Fidor en Europe ».

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Août 2018

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 28 août 2018 à 11h50 - #1jeanne

Quel gâchis... et pendant ce temps du coté de BPCE : suppression de postes, fermeture d’agence et salaires gelés.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire