Hello Bank!

Les banques restent accros aux paradis fiscaux selon Oxfam

Mise en scène organisée par Oxfam, le 27 mars 2017 à Paris
Photo : Oxfam

L’ONG britannique Oxfam dénonce dans une étude les bénéfices réalisés par les vingt plus grandes banques européennes dans des pays comme le Luxembourg ou l'Irlande, « en décalage flagrant » avec le chiffre d'affaires qu'elles y réalisent.

« Nous pointons le décalage entre l'activité déclarée par les banques dans les paradis fiscaux et l'activité réelle qu'elles y ont. C'est énorme ! », a affirmé Manon Aubry, co-auteure du rapport, lors d'une mise en scène organisée par l'ONG au cœur de Paris pour la sortie du rapport. A la station de métro Luxembourg, des faux banquiers de l'ONG se sont avancés sur un tapis rouge comme pour prendre l'avion avec des mallettes portant les noms de grandes banques françaises comme Crédit Agricole, Société Générale, BNP ou encore BPCE.

« C’est notre façon de mettre en image l'envol des bénéfices des banques vers le Luxembourg spécifiquement », a expliqué Manon Aubry. « Ce n'est pas le seul pays, mais c'est celui qui ressort le plus de notre étude, les banques européennes y ayant déclaré collectivement plus de 4,9 milliards [d'euros] de bénéfices », a-t-elle ajouté. A une « semaine de l'anniversaire du scandale des Panama Papers » et à un mois du premier tour de l'élection présidentielle, l'ONG a voulu attirer l'attention des candidats. « Je n'ai pas entendu beaucoup d'entre eux faire des propositions concrètes dans la lutte contre les paradis fiscaux ».

Des activités deux plus lucratives dans les paradis fiscaux

Selon l'ONG, qui publie cette étude avec le réseau Fair Finance Guide International, les banques européennes « déclarent 26% de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit 25 milliards d'euros en 2015, mais seulement 12% de leur chiffre d'affaires et 7% de leurs employés », un « décalage flagrant ». Ces mêmes établissements déclarent même « au global 628 millions [de bénéfices] dans des paradis fiscaux où elles n'ont pourtant aucun employé ».

Cette « utilisation abusive des paradis fiscaux » peut permettre aux banques de « délocaliser artificiellement leurs bénéfices pour réduire leur contribution fiscale, faciliter l'évasion fiscale de leurs clients ou contourner leurs obligations règlementaires », souligne Oxfam.

Leurs activités sont ainsi plus de deux fois plus lucratives dans les paradis fiscaux que dans les autres pays. Pour 100 euros de chiffre d’affaires, elles y déclarent 42 euros de bénéfices, contre 19 euros en moyenne. Les employés y sont aussi 4 fois plus productifs qu’un employé moyen au niveau global.

Friandes de l'Irlande

L'ONG classe parmi les paradis fiscaux les Etats figurant dans les principales listes en la matière, dont celles de l'OCDE et du Fonds monétaire international. Elle y ajoute d'autres pays selon des critères propres comme un taux d'imposition effectif faible. Les auteurs de l'étude s'appuient sur des données « pays par pays » dont la publication a été rendue obligatoire pour les banques par l'Union européenne à des fins de transparence. Le Luxembourg, l'Irlande et Hong-Kong font partie des paradis fiscaux privilégiés par les établissements étudiés.

En Irlande, cinq banques - la Britannique RBS, la Française Société Générale, l'Italienne UniCredit et les Espagnoles Santander et BBVA - « ont même obtenu une rentabilité supérieure à 100% et dégagent plus de bénéfices qu'elles ne font de chiffre d'affaires », souligne Oxfam. Dans ce pays, le taux d'imposition des banques étudiées s'élève en moyenne à 6% et descend à 2% pour certaines banques, « bien en deçà du taux normalement en vigueur de 12,5%, déjà le plus faible de l'Union européenne ».

Quatre banques françaises encore aux Caïmans

Les cinq plus grands groupes bancaires français, c'est-à-dire BNP Paribas, BPCE (Banque Populaire-Caisse d'Epargne), le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel-CIC et la Société Générale - « ont déclaré 5,5 milliards d'euros de bénéfices dans les paradis fiscaux ». La Société Générale et BNP Paribas restent les plus gros consommateurs français et y déclarent respectivement 3,2 milliards d’euros et 1,3 milliard d’euros.

Quatre d'entre elles - le Crédit Agricole, la Société Générale, BNP Paribas et BPCE - restent par ailleurs présentes aux Iles Caïmans, où elles ont réalisé « 174 millions d'euros de bénéfices bien qu'elles n'y emploient personne ».

Partager cet article :

© cbanque.com / VM avec AFP / Mars 2017